Aller au contenu

un site d'aide aux dissertations et explications de texte


Messages recommandés

  • E-Bahut

Si votre professeur vous reproche de manquer de méthode, gardez près de vous les notes copiées d'un site universitaire, lorsque vous préparez votre devoir.

http://www.ifac.univ-nantes.fr/IMG/pdf/methodologie_de_la_dissertation.pdf

La consultation du site d'un professeur peut vous aider: philolog

 

et rappel de ce conseil

Un truc pour problématiser en philo : « vraiment » et « au contraire »

Publié le mai 15, 2007 par François Jourde

La dissertation de philosophie n’est pas la réponse directe à la question posée par le sujet, mais la réflexion sur le problème ouvert par cette question.
Autrement dit, une dissertation de philosophie pose (introduction), traite (développement) et tente de résoudre (conclusion) un problème philosophique.

La difficulté est alors de transformer le sujet (question posée) en un problème philosophique.

Je vous propose un « truc ».

 

1) Introduisez l’adverbe « vraiment » dans la question.
2) En utilisant « au contraire« , formulez une thèse opposée ou différente.
3) Reformulez le problème.

Exemple 1 :

  • Sujet (bac) : L’ignorance est-elle parfois un bien ?
  • Ajout de l’adverbe : L’ignorance est-elle vraiment parfois un bien ?
  • Fomulation de l’opposition : L’ignorance n’est-elle pas au contrairetoujours un mal ?
  • Reformulation du problème : Autrement dit, l’ignorance (ne pas connaître la vérité) peut-elle être un bien (une chose juste et désirable), ou est-ce au contraire toujours un mal ? L’ignorance peut-elle vraiment parfois être désirée, ou doit-elle toujours être pourchassée ?

Exemple 2 :

  • Sujet (bac) : La tradition est-elle la soumission à un passé révolu ?
  • Ajout de l’adverbe : La tradition est-elle vraiment la soumission à un passé révolu ?
  • Fomulation de l’opposition : La tradition n’est-elle pas au contraireun autre rapport au passé ? N’est-elle pas au contraire une liberté ?
  • Reformulation qui pose le problème : Autrement dit, la tradition (la transmission et la répétition des pratiques et des pensées de nos ancêtres) est-elle vraiment la soumission à un temps ne correspondant plus à notre présent ? la tradition n’est-elle pas au contraire une forme de liberté ? La perpétuation du passé ne permet-elle pas de mieux vivre le présent ?

Exemple 3 :

  • Sujet (bac) : La persuasion est-elle l’ennemie de la raison ?
  • Ajout de l’adverbe : La persuasion est-elle vraiment l’ennemie de la raison ?
  • Fomulation de l’opposition : La persuasion n’est-elle pas au contrairel’alliée de la raison ?
  • Reformulation qui pose le problème : Autrement dit, le fait de provoquer un sentiment de certitude est-il opposé à l’exercice de la pensée rationnelle ? Il y a sans doute de bonnes raisons de le penser. Mais n’y a-t-il pas aussi de bonnes raisons d’affirmer que la persuasion peut être rationnelle ?

voir également le message complété par Liu:France culture révisions bac philo

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
  • 4 mois plus tard...
  • 3 semaines plus tard...
  • 3 semaines plus tard...
  • E-Bahut
  • 10 mois plus tard...

Bonjour à tous, je vous partage mes fiches de philo, ça peut toujours servir je suis en train de faire les deux notions restantes, je trouve qu'elles sont assez synthétiques et ça permet une petite base :), bon courage à tous !

Le sujet.pdf La politique.pdf La culture.pdf

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
  • 3 semaines plus tard...
  • 1 année plus tard...
Le 23/11/2017 à 23:09, Micheline a dit :

Si votre professeur vous reproche de manquer de méthode, gardez près de vous les notes copiées d'un site universitaire, lorsque vous préparez votre devoir.

http://www.ifac.univ-nantes.fr/IMG/pdf/methodologie_de_la_dissertation.pdf

La consultation du site d'un professeur peut vous aider: philolog

 

et rappel de ce conseil

Un truc pour problématiser en philo : « vraiment » et « au contraire »

Publié le mai 15, 2007 par François Jourde

La dissertation de philosophie n’est pas la réponse directe à la question posée par le sujet, mais la réflexion sur le problème ouvert par cette question.
Autrement dit, une dissertation de philosophie pose (introduction), traite (développement) et tente de résoudre (conclusion) un problème philosophique.

La difficulté est alors de transformer le sujet (question posée) en un problème philosophique.

Je vous propose un « truc ».

 

1) Introduisez l’adverbe « vraiment » dans la question.
2) En utilisant « au contraire« , formulez une thèse opposée ou différente.
3) Reformulez le problème.

Exemple 1 :

  • Sujet (bac) : L’ignorance est-elle parfois un bien ?
  • Ajout de l’adverbe : L’ignorance est-elle vraiment parfois un bien ?
  • Fomulation de l’opposition : L’ignorance n’est-elle pas au contrairetoujours un mal ?
  • Reformulation du problème : Autrement dit, l’ignorance (ne pas connaître la vérité) peut-elle être un bien (une chose juste et désirable), ou est-ce au contraire toujours un mal ? L’ignorance peut-elle vraiment parfois être désirée, ou doit-elle toujours être pourchassée ?

Exemple 2 :

  • Sujet (bac) : La tradition est-elle la soumission à un passé révolu ?
  • Ajout de l’adverbe : La tradition est-elle vraiment la soumission à un passé révolu ?
  • Fomulation de l’opposition : La tradition n’est-elle pas au contraireun autre rapport au passé ? N’est-elle pas au contraire une liberté ?
  • Reformulation qui pose le problème : Autrement dit, la tradition (la transmission et la répétition des pratiques et des pensées de nos ancêtres) est-elle vraiment la soumission à un temps ne correspondant plus à notre présent ? la tradition n’est-elle pas au contraire une forme de liberté ? La perpétuation du passé ne permet-elle pas de mieux vivre le présent ?

Exemple 3 :

  • Sujet (bac) : La persuasion est-elle l’ennemie de la raison ?
  • Ajout de l’adverbe : La persuasion est-elle vraiment l’ennemie de la raison ?
  • Fomulation de l’opposition : La persuasion n’est-elle pas au contrairel’alliée de la raison ?
  • Reformulation qui pose le problème : Autrement dit, le fait de provoquer un sentiment de certitude est-il opposé à l’exercice de la pensée rationnelle ? Il y a sans doute de bonnes raisons de le penser. Mais n’y a-t-il pas aussi de bonnes raisons d’affirmer que la persuasion peut être rationnelle ?

voir également le message complété par Liu:France culture révisions bac philo

Bonjour, 

pouvez vous m’aider pour mon 1er sujet de philosophie : Si « c’est scientifique », n’y a t’il plus rien à ajouter? 
 

je suis perdu. 
merci pour vos précieux conseils pour la dissertation 

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
  • 4 mois plus tard...

Bonjour, 

J'ai un devoir maison en philosophie à rendre dans peu de jours, et je stagne au niveau du plan. Si quelqu'un pourrait m'aider dans la réalisation du plan, ça serait super gentil.

Le sujet est: peut-on se passer d'interpreter une œuvre d'art?

J'ai réalisé ce plan, mais il me manque un grand III:

I) L'art ne se reduit pas à un message

 

II) l'oeuvre d'art est l'objet d'une interprétation

 

III)?

 

Mercii beaucoup. 

 

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Rejoindre la conversation

Vous pouvez publier maintenant et vous inscrire plus tard. Si vous avez un compte, connectez-vous maintenant pour publier avec votre compte.

Invité
Répondre à ce sujet…

×   Collé en tant que texte enrichi.   Coller en tant que texte brut à la place

  Seulement 75 émoticônes maximum sont autorisées.

×   Votre lien a été automatiquement intégré.   Afficher plutôt comme un lien

×   Votre contenu précédent a été rétabli.   Vider l’éditeur

×   Vous ne pouvez pas directement coller des images. Envoyez-les depuis votre ordinateur ou insérez-les depuis une URL.

Chargement
×
×
  • Créer...
spam filtering