Aller au contenu
Micheline

un site d'aide aux dissertations et explications de texte

Messages recommandés

Si votre professeur vous reproche de manquer de méthode, gardez près de vous les notes copiées d'un site universitaire, lorsque vous préparez votre devoir.

http://www.ifac.univ-nantes.fr/IMG/pdf/methodologie_de_la_dissertation.pdf

La consultation du site d'un professeur peut vous aider: philolog

 

et rappel de ce conseil

Un truc pour problématiser en philo : « vraiment » et « au contraire »

Publié le mai 15, 2007 par François Jourde

La dissertation de philosophie n’est pas la réponse directe à la question posée par le sujet, mais la réflexion sur le problème ouvert par cette question.
Autrement dit, une dissertation de philosophie pose (introduction), traite (développement) et tente de résoudre (conclusion) un problème philosophique.

La difficulté est alors de transformer le sujet (question posée) en un problème philosophique.

Je vous propose un « truc ».

 

1) Introduisez l’adverbe « vraiment » dans la question.
2) En utilisant « au contraire« , formulez une thèse opposée ou différente.
3) Reformulez le problème.

Exemple 1 :

  • Sujet (bac) : L’ignorance est-elle parfois un bien ?
  • Ajout de l’adverbe : L’ignorance est-elle vraiment parfois un bien ?
  • Fomulation de l’opposition : L’ignorance n’est-elle pas au contrairetoujours un mal ?
  • Reformulation du problème : Autrement dit, l’ignorance (ne pas connaître la vérité) peut-elle être un bien (une chose juste et désirable), ou est-ce au contraire toujours un mal ? L’ignorance peut-elle vraiment parfois être désirée, ou doit-elle toujours être pourchassée ?

Exemple 2 :

  • Sujet (bac) : La tradition est-elle la soumission à un passé révolu ?
  • Ajout de l’adverbe : La tradition est-elle vraiment la soumission à un passé révolu ?
  • Fomulation de l’opposition : La tradition n’est-elle pas au contraireun autre rapport au passé ? N’est-elle pas au contraire une liberté ?
  • Reformulation qui pose le problème : Autrement dit, la tradition (la transmission et la répétition des pratiques et des pensées de nos ancêtres) est-elle vraiment la soumission à un temps ne correspondant plus à notre présent ? la tradition n’est-elle pas au contraire une forme de liberté ? La perpétuation du passé ne permet-elle pas de mieux vivre le présent ?

Exemple 3 :

  • Sujet (bac) : La persuasion est-elle l’ennemie de la raison ?
  • Ajout de l’adverbe : La persuasion est-elle vraiment l’ennemie de la raison ?
  • Fomulation de l’opposition : La persuasion n’est-elle pas au contrairel’alliée de la raison ?
  • Reformulation qui pose le problème : Autrement dit, le fait de provoquer un sentiment de certitude est-il opposé à l’exercice de la pensée rationnelle ? Il y a sans doute de bonnes raisons de le penser. Mais n’y a-t-il pas aussi de bonnes raisons d’affirmer que la persuasion peut être rationnelle ?

voir également le message complété par Liu:France culture révisions bac philo

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant

×