Aller au contenu

Classement


Contenu populaire

Affichage du contenu avec la meilleure réputation depuis le 23/06/2019 dans toutes les zones

  1. 1 point
    pzorba75

    Variation fonction réciproque

    Tu peux prendre les variations des fonctions exponentielle et logarithme népérien pour illustrer ta démonstration.
  2. 1 point
    Boltzmann_Solver

    Echantillonage

    En effet, il faut utiliser la calculatrice. Tu peux utiliser cette vidéo pour la TI-83 Ce : https://www.youtube.com/watch?v=7k4ZYdfWEY8 L'interface a été revue mais les touches sont les mêmes. Si tu bloques, je tacherais de trouver une autre vidéo.
  3. 1 point
    Boltzmann_Solver

    Echantillonage

    Bonjour, C'était bien [a/n;b/n]=[29/200;51/200]=[0.145 ; 0.255]. De mon temps, a était défini comme le plus grand entier tel que P(X a) 0,025. Désolé.
  4. 1 point
    C8H10N4O2

    Sens de variation d'une suite

    Si on pose que , avec , on peut se ramener à l'étude de la variation d'une fonction du second degré, ce que tu sais faire (ce que Boltzmann_Solver appelle réaliser une extension dans R pour une suite fonctionnelle, c'est-à-dire dont le terme général Un est fonction de n). Mais attention, montrer que le terme général Un est positif sur un intervalle donné ne montre pas en soi que la suite (Un) est croissante ! Ici, il faudrait ajouter à ton argumentaire une justification du type : "étant donné les variations des fonctions du second degré dont le coefficient du monome de degré 2 est positif, alors on peut conclure que (Un) est croissante sur tel intervalle." Sans quoi ton correcteur pourrait imaginer que tu confonds deux notions. En tout état de cause, ici étudier le signe de Un+1 - Un est largement suffisant.
  5. 1 point
    Barbidoux

    Suite

    un+1=un*(1-0.6*un)=un-0.6*un2 ==> un+1-un=-0.6*un2 <0 donc un est une suite décroissante
  6. 1 point
    Boltzmann_Solver

    Sens de variation d'une suite

    Bonsoir à tous les deux Une autre manière de faire est de remarquer que 1 est une racine évidente de Un. Or, le produit des racines est de c/a = -1/2. Donc, la deuxième racine est -1/2. Ainsi, pour n => 1, on est en dehors des racines et comme a = 2 > 0. On en conclut que la suite (Un) est croissante.
  7. 1 point
    C8H10N4O2

    Sens de variation d'une suite

    qu'en déduis- tu ?
  8. 1 point
    Barbidoux

    Sens de variation d'une suite

    un+1-un=2*(n+1)2-(n+1)-1-(2*n2-n-1)=1+4*n >0 pour n≥1. La suite un est donc .....
  9. 1 point
    julesx

    Définition D.L.

    Ce n'est pas un lien, il faut entrer MHT204_chap4-1.pdf dans ton moteur de recherche.
  10. 1 point
    julesx

    Définition D.L.

    A mon avis, c'est parce que, dans la relation que tu cites, on a mélangé deux choses, la formule de Taylor-Young et celle de Taylor-Lagrange. Voir par exemple ce pdf : MHT204_chap4-1.pdf
  11. 1 point
    julesx

    Équations différentielles

    Première question Primitiver = trouver une primitive Si deux expressions sont égales, leurs primitives sont égales à une constante près (d'où l'apparition du terme k dans l'exemple que tu cites). Deuxième question A priori, une primitive de y'/y est ln|y| car, même si on postule que y ne s'annule jamais, rien ne permet d'affirmer que y est positif. Par contre, comme, ensuite, on passe à l'exponentielle, en ne tenant pas compte ici des termes a et b, il vient |y|=ket. On distingue alors deux cas en fonction des hypothèses faites sur y : y>0 => |y|=y et la solution est y=ket. y<0 => |y|=-y et la solution est y=-ket . Comme k est une constante quelconque, on peut supprimer le signe - et continuer à écrire la solution sous la forme y=ket, k prenant une valeur négative si on fixe une condition initiale y(0)<0.
  12. 1 point
    pzorba75

    Équations différentielles

    je ne comprends pas pourquoi la primitive de y'/y est ln y(t) : il ne s'agit pas de comprendre, c'est une propriété de ln(u) dont la dérivée est u'/u (avec u qui va bien....)
  13. 1 point
    julesx

    Équations différentielles

    Théoriquement, il n'y a pas de différence significative de niveau car, jusqu'à récemment, le recrutement se faisait à partir de niveaux similaires (TS ou TF). Actuellement, le recrutement en TS se fait beaucoup à partir de terminales Bac Pro. N'ayant plus de contacts avec les enseignements de mathématiques de ces sections, je ne sais pas comment cela se passe dans la pratique. En ce qui concerne la forme de la solution particulière, la méthode de base est celle de la "variation de la constante", voir la littérature à ce propos. Mais, pour simplifier, dans un certain nombre de cas, on préfère utiliser des résultats de cette méthode. Ainsi, : * pour un polynôme de degré n, on cherche la solution sous forme d'un polynôme de même degré. * pour une exponentielle, on cherche la solution sous forme d'une exponentielle de même exposant. etc... sachant qu'il y a des exceptions, là encore, essaie de trouver des cours à ce propos. Dans le cas que tu signales, ay'1 + by1 = c c étant une constante, donc un polynôme de degré 0, la solution particulière est un polynôme de degré 0, c'est à dire une constante. Comme la dérivée d'une constante est nulle, la solution particulière vérifie by1=c, soit y1=c/b. Par contre, si le second membre était de la forme ct+d, la solution particulière serait de la forme y1=At+B, qui vérifie donc aA+b(At+B)=ct+d d'où par identification des termes de même degré A=c/b et B=(d-a*c/b)/b (aux erreurs de transcription près).
  14. 1 point
    julesx

    Équations différentielles

    En principe, tous les liens avec un pdf sont gratuits. Essaie celui-ci : BTS Electrotechnique Cours de Mathématiques en prenant le cours de François THIRIOUX. C'est un cours complet, mais le chapitre sur les équations différentielles me parait convenir à ce que tu recherche.
  15. 1 point
    moîravita

    Alain bosquet « passage d’un poète »

    C'est un poème sur les pouvoirs qu'a le poète à transformer le monde qui l'entoure . Chaque strophe commence par la même phrase (anaphore) : "Le poète est passé" : emploi du singulier pour le pluriel (= les poètes , ou chaque poète, même si un seul poète est passé) et du passé composé qui fait référence à un temps révolu : peut-être le lecteur doit-il avoir le temps de comprendre le poète , et faire un effort pour décrypter son message .Le présent de vérité générale est ensuite adopté : le pouvoir du poète ne change jamais . Str.I : le poète a le pouvoir de transfigurer la réalité la plus évidente en une oeuvre grandiose :une simple motte de terre deviendra sous sa plume un monument dont émaneront des sentiments d'amour suggérés par les bras(embrasser le monde) , les lèvres(donner un sens second au langage) , l'oeil (avoir une autre vision des réalités terrestres). Str.II: comme un être supérieur doué de pouvoirs divins, le poète transforme un ruisseau en fleuve et utilise les figures de style :ici, une comparaison "comme un cheval" suggère noblesse, force et liberté . Str.III : après avoir exercé son pouvoir sur les choses tangibles, le poète l'exerce sur les abstractions comme la pensée , la musique : il a le pouvoir de faire coïncider toutes les sensations , qu'elles soient auditives , visuelles, olfactives grâce à la sensibilité de son imagination . Ainsi, il joue sur les silences et la musique (des vers), et sur les couleurs (lilas) et les parfums (fleur du lilas)et fait réfléchir son lecteur, lui donne un accès au monde visible et invisible ("une pensée se pense" / personnification ," le monde s'est ouvert"/personnification). Qu'en penses-tu ? Je continue ? As-tu compris la démarche ? Il faudra synthétiser tout cela en suivant une méthode d'analyse pour un poème et en choisissant, au moins, deux axes de lecture .
  16. 1 point
    julesx

    Limite exponentielle

    De rien, bonne soirée.
  17. 1 point
    julesx

    Limite exponentielle

    Je ne sais pas ce que vont te répondre d'autres intervenants, mais, moi, je ne vois pas comment utiliser le binôme de Newton autrement qu'avec n entier. J'ai trouvé sur la toile une généralisation à n réel du calcul de (xn)' mais qui n'utilise le binôme que pour n entier,. Voir à l'adresse ci-dessous comment l'auteur gère les autres cas : http://edugemath.ch/3e/ch2-derivation-applications/ma3-ch2-aller-plus-loin/ma3-ch2-derivee-de-la-fonction-x-n
  18. 1 point
    julesx

    Limite exponentielle

    Ça n'en fait pas un "réel" pour autant ! J'insiste lourdement car il faut que tu évites les ambiguïtés dans tes questions.
  19. 1 point
    Barbidoux

    Limite exponentielle

    Oui après voir vu la formule du binôme de Newton permettant de developper (a+h)^n
  20. 1 point
    Barbidoux

    Limite exponentielle

  21. 1 point
    julesx

    Limite exponentielle

    A priori, les sites donnent généralement la formule de la dérivée pour n appartenant à N*, donc excluent le cas n=0. Certains précisent que, pour n=0, on postule que x0=1, donc une constante dont la dérivée est nulle, sans chercher d'autres justifications comme celle que tu cites (et qui me paraît pour le moins tirée par les cheveux). Mais ce n'est que mon opinion, d'autres intervenants ne manqueront pas de te donner la leur.
×
×
  • Créer...