Aller au contenu

Classement


Contenu populaire

Affichage du contenu avec la meilleure réputation depuis le 19/05/2018 dans toutes les zones

  1. 3 points
    Nègrepierre

    Mémoire de la 2nde guerre mondiale

    Bonjour Solène, Ne jetons pas la pierre à l'école... même si il y aurait beaucoup à dire, notamment en histoire. La grande difficulté est que l'enseignement de l'histoire, aujourd'hui, est soumis aux schémas politiques d'aujourd'hui. Il y a les collaborateurs d'un côté, les résistants de l'autre, les premiers étant, nous dit-on, plus nombreux que les seconds avec cet a priori : tout non résistant est un collaborateur. Or ceci est totalement faux. Certes, il y a eu beaucoup "d'attentistes". Mais beaucoup d'autres, au jour le jour, traînaient les pieds notamment dans les administrations et les services publiques. Quant à la résistance, elle a été plurielle. Dans ton résumé, on a l'impression que les communistes ont "récupéré" la résistance alors qu'à cause du pacte germano-russe ils n'y avaient pas participé. Or, beaucoup de communistes ont été d'authentiques résistants et cela dès avant l'envahissement de l'URSS par Hitler. N'oublie pas que le PCF (parti communiste français) a été interdit immédiatement après l'armistice. Ma professeure de français en 1949 était une authentique résistante de la première heure, déportée à Dachau et qui en était revenue par miracle tuberculeuse au dernier degré et sauvée de justesse. C'était, depuis l'avant guerre une militante communiste convaincue et qui l'est restée après mais l'a quitté lorsque les crimes de Staline ont été connus. Bien sûr, le PCF, comme à son habitude, a beaucoup gonflé les chiffres : on peut estimer à 3000 (et non 75 000) les communistes fusillés. Mais ce chiffre est très aléatoire. L'article de wiki sur le PCF n'est pas mal fait, même s'il y a des aspects critiquables. Quant aux déportations des juifs, il faut, là aussi en voir la réalité. Elle est importante, mais la moins importante de tous les pays occupés par l'Allemagne. Voici un extrait de l'article Shoah en France https://fr.wikipedia.org/wiki/Shoah_en_France, incomplet mais fiable et dont voici un extrait : Grâce à l'existence d'une zone non occupée permettant de se soustraire aux mesures d'extermination prises par les Allemands, grâce aussi à l'aide de nombreux Français souvent restés anonymes, les trois quarts des Juifs vivant alors en France survivent (90 % si l'on fait référence aux Juifs de nationalité française, 60 % si l'on se réfère uniquement aux Juifs étrangers), un taux important comparés à d'autres pays occupés d'Europe, tel la Belgique qui n’a compté que 55 % de survivants et les Pays-Bas 20 %21. Malgré cela, 74 182 des 330 000 Juifs présents en France sont déportés, dont 11 000 enfants et 55 000 étrangers. Seulement 3 % des déportés juifs de France vers les camps de la mort survivent22. À ces chiffres, il faut ajouter les 1 200 Juifs assassinés par la police allemande ou ses complices français, et les 3 000 autres Juifs morts d'épuisement ou de maladie dans les camps français. On arrive ainsi à plus de 76 000 victimes juives. Bien sûr, je ne minimise pas les déportations : mon grand-père était juif, a été déporté de 41 à 44 et en a réchappé par miracle... Mais il faut regarder les faits tels qu'ils sont, ni les minimiser, ni les surinterpréter.
  2. 2 points
    Micheline

    Preparation BAC

    En complément éventuel Spinoza (1632/1677) la nature est un tout, Dieu est la nature ( panthéisme) et chaque partie est animée d’une partie de la puissance divine. Cette puissance, c’est le désir, ou conatus “cet effort pour persévérer dans notre être” qui détermine la valeurs des choses pour nous. « ce qui fonde l’effort, le vouloir, l’appétit, le désir, ce n’est pas qu’on ait jugé qu’une chose est bonne ; mais, au contraire, on juge qu’une chose est bonne par cela même qu’on y tend par l’effort, le vouloir, l’appétit le désir. ». Cependant, l’homme ignore les causes qui le déterminent à agir, il est dans l’illusion du libre arbitre. Les hommes se croient libres car ils ignorent les causes qui les déterminent dans leurs actions. Ce qu’il illustre avec le fameux exemple de la pierre. Locke( 1632/1704) , philosophe anglais empiriste pour qui, contrairement aux innéistes et rationalistes, toute connaissance vient de l’expérience. C’est ce qu’il illustre avec la fameuse image de la table rase, surface de cire vierge de toute empreinte, sur laquelle vous venir s’imprimer les idées: « supposons donc qu’au commencement l’âme est ce qu’on appelle une table rase, vide de tous caractères, sans aucune idée, quelle qu’elle soit. l'’expérience : c’est là le fondement de toutes nos connaissances, et c’est de là qu’elles tirent leur première origine. Les observations que nous faisons sur les objets extérieurs et sensibles, ou sur les opérations intérieures de notre âme, que nous apercevons et sur lesquelles nous réfléchissons nous-mêmes, fournissent à notre esprit les matériaux de toutes ses pensées. Ce sont là les deux sources d’où découlent toutes les idées que nous avons, ou que nous pouvons avoir naturellement.” David Hume (1711/1776), Philosophe écossais ,empiriste qui remet en question la certitude de nos connaissances et jugements. Toute connaissance, toute idée vient de l’expérience.Les idées sont des images d’impressions issues de nos sens. Toute pensée trouve son origine dans les impressions, donc dans ce qui est particulier et contingent, voire accidentel. Toute idée abstraite est une composition d’idées simples issues des impressions Pour Hume: le moi est insaisissable ( critique de Descartes et de la certitude du cogito, de l’indentification du Je à une substance pensante) Montesquieu (1689/1755) « Les lois sont bonnes lorsqu’elles réalisent non pas l’équité et la justice en soi, mais la part d’équité et de justice qui s’accommode avec le climat, le terrain et les mœurs. »). Il est celui qui proposa la séparation des pouvoirs législatif, exécutif et judiciaire. Kant (1724/1804) Pour lui, le vrai, le bon, le beau doivent être universels définition du beau comme étant « ce qui plaît sans concept universellement » ( par opposition à l’agréable qui ne procure qu’il plaisir sensible relatif au goût de chacun et au parfait, objet d’un jugement déterminant réservé aux connaisseurs) et procure un « plaisir de l’âme », celui du libre jeu des facultés que sont entendement et imagination, définition du Bien étant ce qui est en accord avec les deux impératifs catégoriques de la raison « agis de telle sorte que la maxime de tout action puisse être érigée en loi universelle de la nature » et « Agis de telle sorte que tu traites l’humanité aussi bien dans ta personne que dans la personne de tout autre jamais simplement comme un moyen mais toujours en même temps comme une fin » Etre moral, c’est faire son devoir uniquement par devoir.
  3. 2 points
    Liu

    Preparation BAC

    Les enseignements de Socrate n'étaient des cours; Socrate était un orateur de rue si on peut dire : il discutait avec ceux qu'il rencontrait. Les échanges étaient oraux et ce faisaient au fil des rencontres, des intepéllations, d'où l'absence d'écrits car l'enjeu était dans la confrontation immédiate plus que dans le souci de laisser une trace écrite. Ce qu'a tout de même très bien fait Platon. Pour Socrate/Platon , le plus important à retenir c'est bien ce que tu as écrit : l'ironie socratique, la maieutique et savoir présenter au besoin le mythe de la caverne et sa signification. Tu peux citer sans problèmes des philosophes récents. La question que tu dois te poser lorsque tu utilises une citation c'est : est-ce que cela sert mon argumentation ? Est-ce que mon choix de citation est pertinent par rapport à ce que je veux montrer ?
  4. 2 points
    Nègrepierre

    Mémoire de la 2nde guerre mondiale

    Ne t'inquiète pas : nous avons le temps. Je ne suis pas professeur d'histoire, mais j'ai fait des études de lettres et d'histoire... et de musique, et je suis devenu professeur de musique ! Mais je m'intéresse à l'histoire depuis toujours. Je pense que l'histoire est indispensable pour comprendre le présent, même si l'histoire ne se répète pas... si on la connait. Et je m'intéresse beaucoup à cette période parce qu'elle a marqué à la fois mon enfance, mon adolescence et ma jeunesse. Mes propres souvenirs sont nourris par ceux de mes parents et spécialement ceux de mon père pour la "drôle de guerre" : je possède toutes ses lettres à ma mère sur la période septembre 39 août 40... J'ai eu la chance qu'il ne soit pas prisonnier. Et puis il y a les témoignages sur 14/18 venant de mon grand-père dont j'étais très proche, sans oublier sa période d'internement puis de déportation...
  5. 2 points
    Liu

    La question qui fâche...

    Merci Moiravita pour votre message ! Ce qui me console un peu c'est qu'apparemment mon professionalisme n'est pas en cause. Ce n'est pas mon attitude qui a provoqué la rupture du contrat mais des causes qui ne dépendent pas de moi comme dirait l'autre. Je ne sais pas pour autant si "c'est un mal pour un bien" dans la mesure où je n'ai aucun plan B professionnel. De ce fait, j'aurais préféré un "pas grand-chose" professionnel plutôt qu'un "rien du tout." Je vais me remettre à chercher un emploi dès maintenant (dans n'importe quel domaine) avec de la chance, je ne resterais pas longtemps au chômage.
  6. 2 points
    moîravita

    La question qui fâche...

    Nous comprenons ta déception . Hélas, c'est la vie . D'autres nous circuitent pour prendre nos places , souvent acquises par népotisme . Ne te décourage ps , Liu , car c'est peut-être un mal pour un bien . Sache que tes interventions judicieuses en philo sont appréciées et qu'ici, tu as ta place .Tes collègues françaises pourront t'aider, t'aiguiller et t'encourager, comme elles le font depuis longtemps . Tomorrow is another day !
  7. 2 points
  8. 2 points
    corcega

    Mémoire de la 2nde guerre mondiale

    Très intéressant toutes ces informations ! Merci du partage de votre culture historique
  9. 2 points
    Nègrepierre

    Mémoire de la 2nde guerre mondiale

    Bonjour Solène, J'ai un petit moment avant de partir. Je précise donc un peu. Il y a une ambiguïté lorsque tu parles des relations entre de Gaulle et les américains. Les américains n'ont jamais soutenu ni aimé de Gaulle. Malgré des relations tendues et parfois conflictuelles, c'est Churchill qui a soutenu de Gaulle en lui permettant d'installer à Londres son gouvernement provisoire. Les américains ont soutenu tant que ça a été possible le général Giraud, puis ils ont essayé de concilier Giraud et de Gaulle. Giraud avait d'abord reconnu Vichy tout en étant à Alger... Mais si tu veux te faire une idée de la complexité de la situation entre 40 et 44, lit l'article de wikipédia sur le Général Henri Giraud. L'appel du 18 juin de de Gaulle n'a pas été pratiquement entendu en France : les postes de Radio étaient encore assez peu nombreux et écouter la BBC relevait de l'exploit... Ce n'est que peu à peu que l'existence de de Gaulle et son action se sont diffusées. Un dernier point pour ce matin : les américains avaient bien l'intention de faire de la France une colonie américaine. Ils avaient prévu une monnaie qui a effectivement servi dans les premiers mois après la libération, concurremment à la monnaie française. Ils avaient aussi imprimé et mis en service une série de timbres-poste : la série Arc de Triomphe. Pour éviter que la France soit satellisée par les américains, de Gaulle a dû maintenir en poste de nombreux membres de l'administration française (préfets, notamment) pour éviter que les américains ne prennent en main l'administration de la France. A cause de cela, l'épuration de la haute fonction publique ne put être faite qu'en demi-teinte... A suivre, si ça t'intéresse.
  10. 2 points
    Nègrepierre

    Mémoire de la 2nde guerre mondiale

    Bonjour Solène, Même dans un résumé, il faudrait soigner un peu l’orthographe... Mais voyons le fond. Je suppose que tu t'es appuyée sur ton cours et ton bouquin. Tu as bien restitué l'actuelle "doxa" c'est à dire ce qu'on enseigne comme une vérité établie et indiscutable. Moi qui ai fait mon primaire sous l'occupation et mon secondaire sous la quatrième république, j'aurais bien des choses à nuancer ! Mais passons. En vrac, quelques remarques : Les sources sont non seulement partielles mais partiales : Paxton, Ophuls sont des sources orientées. Deux éléments dont tu ne tiens pas compte : en 40, on ne savait pas si la France serait occupée pour 5 ans, dix ans... Bien sûr, les anglais continuaient la lutte, mais les américains ne se sont réveillés qu'en 42 après Pearl Harbour... Et Hitler nous en avait promis pour mille ans. D'autre part, par rapport à Pétain, ceux qui avaient fait la guerre de 14, les hommes de plus de 45/50 ans, avaient une sorte de culte pour "le vainqueur de Verdun"... Les plus jeunes étaient beaucoup moins dupes... Si tout cela t'intéresse, dis-le moi : j'y reviendrai. Demain je ne suis pas disponible... Mais de nouveau à partir de lundi.
  11. 1 point
    Si votre professeur vous reproche de manquer de méthode, gardez près de vous les notes copiées d'un site universitaire, lorsque vous préparez votre devoir. http://www.ifac.univ-nantes.fr/IMG/pdf/methodologie_de_la_dissertation.pdf La consultation du site d'un professeur peut vous aider: philolog et rappel de ce conseil Un truc pour problématiser en philo : « vraiment » et « au contraire » Publié le mai 15, 2007 par François Jourde La dissertation de philosophie n’est pas la réponse directe à la question posée par le sujet, mais la réflexion sur le problème ouvert par cette question. Autrement dit, une dissertation de philosophie pose (introduction), traite (développement) et tente de résoudre (conclusion) un problème philosophique. La difficulté est alors de transformer le sujet (question posée) en un problème philosophique. Je vous propose un « truc ». 1) Introduisez l’adverbe « vraiment » dans la question. 2) En utilisant « au contraire« , formulez une thèse opposée ou différente. 3) Reformulez le problème. Exemple 1 : Sujet (bac) : L’ignorance est-elle parfois un bien ? Ajout de l’adverbe : L’ignorance est-elle vraiment parfois un bien ? Fomulation de l’opposition : L’ignorance n’est-elle pas au contrairetoujours un mal ? Reformulation du problème : Autrement dit, l’ignorance (ne pas connaître la vérité) peut-elle être un bien (une chose juste et désirable), ou est-ce au contraire toujours un mal ? L’ignorance peut-elle vraiment parfois être désirée, ou doit-elle toujours être pourchassée ? Exemple 2 : Sujet (bac) : La tradition est-elle la soumission à un passé révolu ? Ajout de l’adverbe : La tradition est-elle vraiment la soumission à un passé révolu ? Fomulation de l’opposition : La tradition n’est-elle pas au contraireun autre rapport au passé ? N’est-elle pas au contraire une liberté ? Reformulation qui pose le problème : Autrement dit, la tradition (la transmission et la répétition des pratiques et des pensées de nos ancêtres) est-elle vraiment la soumission à un temps ne correspondant plus à notre présent ? la tradition n’est-elle pas au contraire une forme de liberté ? La perpétuation du passé ne permet-elle pas de mieux vivre le présent ? Exemple 3 : Sujet (bac) : La persuasion est-elle l’ennemie de la raison ? Ajout de l’adverbe : La persuasion est-elle vraiment l’ennemie de la raison ? Fomulation de l’opposition : La persuasion n’est-elle pas au contrairel’alliée de la raison ? Reformulation qui pose le problème : Autrement dit, le fait de provoquer un sentiment de certitude est-il opposé à l’exercice de la pensée rationnelle ? Il y a sans doute de bonnes raisons de le penser. Mais n’y a-t-il pas aussi de bonnes raisons d’affirmer que la persuasion peut être rationnelle ? voir également le message complété par Liu:France culture révisions bac philo
  12. 1 point
    solene2019

    Preparation BAC

    Mais pourquoi n'y a t il pas d'écrit de Socrate ? tout le rese je prend note XD mais pour dire vrai ca e dis rien :/ enfin je devais etre absente se jour la merci beaucoup. juste une autre question, quand on traite un sujet de philosophie en regle générale pour le bac, est ce que l'on peu citer des philosophe plus moderne ou moins connu que socrate ou seulement socrate platon et freud ( et autre du meme style) qui sont, a ce que je vois dans mon cours, des pilliers de la philosophie?
  13. 1 point
    julesx

    Coefficient de Fourier

    Bonsoir JLN, Je n'ai pas compris votre remarque. L'énoncé précise que la fonction f est impaire et vaut x( π -x) sur [0; π]. Son intégrale sur cet intervalle n'est pas nul, comme probablement l’intégrale des multiplications par différentes fonctions trigonométriques (mais je n'ai pas vérifié). Ce que je voulais surtout faire dans mon dernier post, c'est rectifier une réponse précipitée due à une lecture trop rapide, où je confondais la notion de parité de fonction et la notion d'harmoniques d'indice pair ou impair. Mais il y a peut-être quelque chose qui m'a échappé...
  14. 1 point
    Micheline

    La question qui fâche...

    Peut--être un mal pour un bien de ne pas pouvoir continuer pour postuler en AESH...
  15. 1 point
    JLN

    Coefficient de Fourier

    Bonjour, Il y a quand même une histoire d'imparité sous-jacente. En posant x=pi/2-u la fonction f(x) =x(pi-x) sin(2px) devient g(u)= (pi2/4-u2) sin(2pu), évidemment impaire . Il en résulte que l'intégrale de f sur sa demi-période [0 ; pi] est nulle. Mais, bon, c'est pour le fun, l'essentiel est ce qu'a fort bien rappelé julesx que je salue.
  16. 1 point
    solene2019

    Aide SVT -- travail pré bac---

    Merci d'avoir pris ma défense C'est vrai que c'est assez dur d'entendre des remarques sur mon orthographe de la part de personne qui n'y connaissent rien :') mais en vérité je suis habituée... il n'est pas le premier et ne sera pas le dernier :') En tout cas merci beaucoup !!
  17. 1 point
    Micheline

    Correction pour lettre de réorientation

    Corrigé modifié, et supprimé, après avoir vu la réponse plus rapide que la mienne donnée par Moîravita
  18. 1 point
    corcega

    supprimer compte

    Bon vent, ça nous fera du repos.
  19. 1 point
    volcano47

    Primitive de 1/x

    c'est bien toi qui a raison c'est le corrigé qu'il faut corriger et le rédacteur aussi ! (-1/x² est la dérivée de 1/x : dérivée de x^(-1) = dérivée de x^n avec n= -1 )
  20. 1 point
    corcega

    Aide SVT -- travail pré bac---

    Bonjour, Avec tout le respect que je vous dois volcano, cette élève demande de l'aide afin de préparer son bac en SVT, pas à ce qu'on la traite d’illettrée.
  21. 1 point
    Micheline

    Dissertation

    Bonjour Il ne suffit pas de donner le libellé de ton devoir pour recevoir une aide. As-tu commencé par en définir les termes et recherché ta problématique? Les exigences de la justice idéale, qui est d'ordre moral, et les prescriptions de la justice légale, qui est d'ordre social , sont-elles toujours conciliées?
  22. 1 point
    cesseprin

    le shrek :'')))

    le shrek :'')))
  23. 1 point
    volcano47

    Devoir Maison Proba/Loi TS

    f(x) est définie sur [0, +oo[ ; lim e^ - ax =0 pour x----> + oo car a>0 : la fonction exponentielle est décroissante de 1 à 0 pour x variant sur l'intervalle de définition (les exponentielles d'une quantité négative sont décroissante: revois le cours e^ -ax = 1/ exp ax qui, elle, est croissante) donc si tu fais (0,+oo) f(x) dx tu trouves 1 , ce qui implique que f(x) est une densité de probabilité autrement dit : 100% des appareils ont une durée de vie comprise entre 0 et +oo. Evidemment la probabilité que la durée de vie d'un appareil soit très courte ou très longue est infime . pour vérifier cela, tu appliques la définition d'une densité de probabilité ici ,la probabilité qu'un appareil tombe en panne avant un an est l'intégrale p(x<1) = (0,1) f(x)dx et pzorba te dis que c'est 1- exp (-a) et c'est de là qu'on tire la valeur de a si cette probabilté est égale à 0,18
  24. 1 point
    pzorba75

    Devoir Maison Proba/Loi TS

    1) lim{t->infini}ae^(-at)=0 2) p(X<b)=1-e^(-ab) 3) avec b=1, il vient 1-e^(-a)=0,18 équation simple à résoudre À vérifier et au travail.
  25. 1 point
    Denis CAMUS

    supprimer compte

    Non mais le pseudo devient "invité".
×