Aller au contenu

Barbidoux

E-Bahut
  • Compteur de contenus

    11 942
  • Inscription

  • Dernière visite

  • Jours gagnés

    293

Barbidoux a gagné pour la dernière fois le 6 mai

Barbidoux a eu le contenu le plus aimé !

À propos de Barbidoux

  • Rang
    Recteur posteur
  • Date de naissance 31/10/1944

Pour vous contacter sur les réseaux sociaux

  • Website URL
    http://
  • ICQ
    0

Informations

  • Classe
    Autre
  • Sexe
    Garçon
  • Pays/Ville
    Grenoble

Visiteurs récents du profil

74 332 visualisations du profil
  1. Barbidoux

    isotherme

    Quelques remarques concernant tes résultats. - Il ne faut pas relier les points expérimentaux entre eux. - Si possible faire figurer une barre d’incertitude correspondant à chacune des points. - faire une expérience à la concentration de 012 ou 0.14 mol - pour les concentrations 0.04 et 0.08 refaire une expérience pour avoir une idée de la répétabilité des résultats Le graphe tracé Abs=f(C) correspond à l’isotherme expérimental d’adsorption de l'ion linoléate sur la poudre de fluorite. Interpréter ces résultats est un autre problème. Il faut choisir un modèle. Soit un modèle macroscopique, plus ou moins complexe ( http://nte.mines-albi.fr/STP/co/uc_IsothermeAdsorption.html), soit un modèle microscopique obtenu par dynamique moléculaire, et comparer les courbes théoriques de ce modèle et les courbes expérimentales obtenues. Si j’ai bien compris ton sujet ce n’est pas la voie qui a été retenue. Le modèle qui est en cours d’élaboration est un modèle qui fait appel à la dynamique moléculaire. Une première approche du modèle effectuée en DFT aurait permis de modéliser cette adsorption qui reste à confirmer en dynamique moléculaire ab-initio. Ce n’est qu’au terme de cette modélisation que tu pourras vérifier, en comparant les graphes Abs=f(C) théoriques et ceux pratiques que tu as obtenus, que ton modèle décrit correctement tes résultas expérimentaux. Tu pourras ensuite utiliser ton modèle pour prédire l’adsorption de l'ion linoléate sur la poudre de fluorite dans de nouvelles conditions expérimentales.
  2. Barbidoux

    Je ne comprends pas la correction/ Dérivée

    h(x)=u*v+cst ==> h'(x)=u'*v+u*v' ==> avec u=(3-x) et v=exp(x) ==> u'=-1 et v'=exp(x) ==> h'(x)=-exp(x)+(3-x)*exp(x)=(2-x)*exp(x)
  3. Barbidoux

    Estérification

    1/2————————— ……….ROH +R’-COOH = R’-COOR+H2O t=0……(a)…….(b)…………….(0)…….(0) tfin……(a-x)….(b-x)………….(x)………(x) où a est le nombre d moles initial d’alcool, b le nombre de moles intima d’acide et x l’avancement de la réaction à l’équilibre (avancement final) K=x^2/((a-x)*(b-x) ==> où x est solution de (k-1)*x^2-K(a+b)*x-+K*a*b=0 dans le cas où a=3 et b=1 avec K=4 ==> deux solutions x=0.903 et x=4.431. On conserve la valeur x=0.903 qui est la seule à avoir un sens physique. 3————————— x=2/3 on recherche la valeur de b ==> 4=(2/3)^2/((1-2/3)*(b/3-2/3)) ==> b=3. IL faut don rajouter deux moles d’acides. 4————————— La réaction ayant lieu entre réactifs dans des proportions correspondant à la stoechiométrie de la réaction, l’ajout étant effectuée dans ces mêmes proportions l’équilibre reste inchangé. Preuve : dans le cas où a=4 et b=4 avec K=4 ==> deux solutions x=2.6667 et x=8. On conserve la valeur x=2.6667 qui est la seule à avoir un sens physique et qui correspond à un taux d’avancement de 2.6667/4=0.6667=2/3
  4. Barbidoux

    isotherme

    nb de moles adsorbée = (concentration entre la solution sans fluorine - concentration de la solution après mise en contact avec la fluorite)*Volume de la solution solution mise en contact avec la fluorite. Il conviendra de vérifier aussi que le nb de moles adsorbée varie linéairement avec la masse de fluorite mise en contact avec la solution. Pour cela il faudra se placer à la concentration pour laquelle la quantité adsorbée est la plus grande et faire des essais avec 250,500, 750,1000 et 1500 mg de fluorite ajoutée (autres conditions expérimentales inchangées : temps de mise en contact agitation etc...)
  5. Barbidoux

    compréhension d'un sujet d'adsorption

    Je ne pense pas qu’il y a ait des méthodes permettant de visualiser in situ l’adsorption à une interface solide liquide, et même si elles existaient, l’observer ne permettrait pas pour autant d’expliquer cette adsorption. En science ce on progresse à partir de l’élaboration de modèles qui permettent une exploration plus rapide et pertinente du champ expérimental qu’un empirisme systématique. Plusieurs méthodes peuvent être utilisées pour l’élaboration de ces modèles. Les méthodes déductives ou inductive. Il semblerait que dans ton cas le choix se soit porté sur la voie inductive et l’utilisation de dynamique moléculaire pour l’élaboration d’un modèle d’adsorption des sels acide gras sur la fluorite. Une première approche en DFT aurait permis de modéliser cette adsorption qui reste à confirmer en dynamique moléculaire ab-initio. L’identification paramétrique du modèle avec d résultats expérimentaux devrait, si elle s’effectue avec succès, permettre de l’utiliser pour prédire le comportement de nouvelle conditions expérimentales que l’on pourra ensuite explorer puisque, lorsque l’on dispose d’un modèle d’un processus valide pour certaines conditions expérimentales il peut être utilisé pour prédire ce qui peut se passer avec d’autres conditions expérimentales, ce qui est plus facile à faire en utilisant le modère qu’en réalisant les expériences. Si pour de nouvelles conditions expérimentales le modèle prédit un comportement particulièrement intéressant, on réalise alors l’expérience pour ces conditions. Si l’expérience est conforme aux prédictions, cela conforte la validité du modèle, qui devient de plus en plus robuste au fil des nouvelles expériences. Sinon on améliore le modèle pour qu’il « colle » aux nouvelles données expérimentales et l’on continue l’exploration. La recherche ne se fait plus au hasard mais en fonction de prédictions fournies par un modèle.
  6. Barbidoux

    isotherme

    A partir de ces résultats et de la courbe d'étalonnage tu peux donc tracer l'évolution du nombre de moles de linoléate de sodium adsorbées en fonction de la concentration.
  7. Barbidoux

    Bonjour :D

    et Bis repetita ..... Une version IPES des années 70 en moins "couteux voilà une idée qu'elle est bonne . https://fr.wikipedia.org/wiki/Institut_de_préparation_aux_enseignements_de_second_degré C'est pourtant pourtant pas bien difficile de comprendre que se voir proposer un salaire de 1.3 SMIC pour un niveau Bac+5 n'est guère motivant
  8. Barbidoux

    compréhension d'un sujet d'adsorption

    Dans ce sujet, si je l'ai bien compris, il s'agit de prolonger une étude purement théorique de l'adsorption sur la fluorine par dynamique moléculaire ab-initio et plus précisément dans un permet temps de vérifier les résultats obtenus lors d'une approche DFT statique précédemment effctuée. Je suppose que les étude expérimentales concernant l'adsorption de l'oléate ou le linoléate de sodium sur la fluorine dont tu m'as parlé dans tes précédent messages sont destiné à la validation du modèle élaboré ce qui permettrait, en cas de validation, de prédire les conditions optimales théoriques de séparation des matériaux qu'il ne resterait plus qu'à vérifier expérimentalement. Ne connaissant pas la modélisation par dynamique moléculaire ab-initio je ne peux pas t'aider pour la réalisation des modèles. Mon aide éventuelle ne peut concerner que le domaine expérimental.
  9. Barbidoux

    Dm maths

    J'ai eu la flemme de redresser la figure et j'ai donc lu en travers et de travers..... je n'étais pas allé jusqu'au sucre et aux lipides, et la réponse que j'ai donnée ne correspondait pas à la question posée.... j'en était resté au RNJ global ... suit les indication de JulesX. Pour le second, je pense qu'en sixième on sait calculer la surface ou l'aire d'un cercle donc d'un moule à tarte..... Le diamètre actuel de la plante est de 50 cm son rayon r vaut donc 25 cm soi 0.25 m et sa surface vaut S=π*r2=π*0.252=0.20 m2. Cette surface augmente de 30%=30/100=0.3 donc au bout d'un an elle vaudra 0.20 +0.3*0.20=(1.3*0.20)=0.26 m^2 autrement dit sa surface aura été multipliée par 1.3 et il en est ainsi toutes les années ce qui fait que au bout de deux ans elle vaudra π*0.252*1.3*1.3=0.26*1.3=0.33 m2 au bout de 3 ans π*0.25^2*1.3*1.3*1.3= 0.43 m2 etc….
  10. Barbidoux

    Dm maths

    Exact JulesX j'ai eu la flemme de redresser la figure et j'ai donc lu en travers et de travers.... en fait je n'étais pas allé jusqu'au sucre et aux lipides, j'en était resté au RNJ global ...
  11. Barbidoux

    Dm maths

    ----------------- Exercice 1 ----------------- en mangeant 20 g de pâte à tartiner il a consommé 546*20/100= 109.2 kcal ce qui représente 109.2/2000=0.0586=5.86% des RNJ journalier d'un adulte, ce qui est encore loin des 1/8=0.125=12.5% qu'il croit avoir consommé. (cette réponse ne correspond pas à la question posée.... je n'ai pas lu l'exercice jusqu'au bout ....) ----------------- Exercice 2 ----------------- coefficient annuel d'augmentation de son aire 1+30%=1,3. Au bout d'un an son aire qui vaut π*0.252= 0.20 m2 vaudra π*0.252*1.3=0.26 m2 au bout de deux ans π*0.25^2*1.3*1.3=0.33 m2 au bout de 3 ans π*0.25^2*1.3*1.3*1.3= 0.43 m2 etc….
  12. Barbidoux

    isotherme

    La solution 1.10^(-4) mol/L dont la valeur semble s'écarter de la droite d'étalonnage demanderait à être refaite pour vérification. Question : les mesures ont elles été faite par une méthode différentielle (cuves appareillées) ou avec une cuve unique ? (je pencherai pour la seconde hypothèse la droite d'étalonnage ne passant pas par l'origine) Les mesures faites avec la solution la plus concentrée montent que la cinétique d'adsorption est rapide puisque pour toute valeur du temps de mise en contact avec la fluorine la concentration mesurée est pratiquement la même. (là encore l'expérience avec un temps de 10 min, la seulle qui s'écarte des autres aurait mérité d'être répétée). De toute manière il serait plus convenable de faire pour chaque durée de mise en contact avec la fluorine plusieurs expériences identiques afin d'estimer la répétabililté des mesures. Les expérience faites ne permettent de connaitre qu'un point de l'isotherme (une seule concentration utilisée). Pour avoir une idée de l'isotherme, il conviendrait d'effectuer un série d'expériences en faisant varier la concentration de linoléate de sodium et en gardant les mêmes conditions échantillons de 100 ml +500 mg de fluorine agité pendant une même durée (5 min) puis filtré et ensuite analysé chaque échantillons en UV-Vis. Dans le cas où l'on admet qu'il n'existe à la surface de la fluorine que des sites libres d'adsorbant ou occupés, autrement dit si l'on admet que le l'ion linoléate ne recouvre qu'un seul site d'adsorption, l'adsorption de l'ion linoléate sur la fluorine peut être décrit par un mécanisme réaction qui s'écrit : A(sol)+S(s) <--->AS(s) où A est l'ion linoléate et S un site d'adsorption, AS un site recouvert par l'adsorbat. Le tableau d'avancement de la réaction à l'équilibre s'exprime selon : …….A(sol)+S(s) <--->AS(s) teq….(n°A-x)…..(nS-x)……(x) où nA est la nombre initial de moles de linoléate, nS le nombre de sites d'adsorption à la surface où K la constante d'équilibre d'adsorption a pour expression K={x}/({nA-x}*{nS-x}) L'isotherme peut alors être "potentiellement" tracé à partir de cette expression.
  13. Barbidoux

    Chromatographie liquide

    Lorsque l'on désire explorer un domaine scientifique la première chose à faire et de dresse un état des lieux autrement dit effectuer une recherche bibliographique sérieuse. Il est fort rare que l'on explore un terrain parfaitement inconnu. Si comme je le pense ton problème concerne l'étude des isotherme d'adsorption de l'oléate et du linolétate de sodium sur la fluorine tu devrais commencer par effectuer une étude bibliographique concernant les méthodes d'étude des isothermes d'adsorption. Ensuite collecter les articles faisan référence à l'oléate et au linoléate de sodium (propriétés, dosage caractérisation etc…) cela devrai te donner quelques pistes d'étude. Faire une recherche bibliographique est une opération assez complexe. On ne la fait pas sur Google ou Google Scholar qui sont des bases généralistes mais sur les chemicals abstracts, bases scientifiques accessible depuis un terminal d'unité de recherche autorisé à les consulter. Il faut essayer des mots clefs et évaluer rapidement le contenu des articles trouvés. Il faut aussi explorer le catalogue des thèses et des brevets. En général lorsque l'on trouve un article ou un thèse présentant de l'intérêt pour le sujet que l'on désire étudier, sa bibliographie permet de remonter la chaine et d'en trouver d'autres. Il faut ensuite extraire de ces articles les parties intéressante et en faire un résumé ou état des lieu avant étude. Cela permet de définir et justifier les méthodes choisies (pertinence, intérêt, mise en oeuvre…) pour l'étude entreprise. On sait où l'on va et comment on y va ce qui augmente les chance de mener l'étude à terme. Pour conclure : si le dosage d'acides gras en HPLC à déjà été réalisé cela doit figurer dans un ou des articles (ou une thèse ou un brevet) qu'il faut débusquer. Tu y trouveras en principe les élément nécessaires à nécessaire à sa réalisation (type de colonne, conditions, concentrations). Si ce n'est pas le cas alors ce n'est certainement pas la méthode à utiliser pour ce que tu veux faire.
  14. Barbidoux

    Chromatographie liquide

    Je ne suis pas un spécialiste de la HPLC et j'ignore s'il est possible de doser les acides gras par cette méthode.
×