Aller au contenu

Laura Dubois

Membres
  • Compteur de contenus

    9
  • Inscription

  • Dernière visite

Informations

  • Classe
    Premiere
  • Sexe
    Fille
  • Pays/Ville
    France

Visiteurs récents du profil

Le bloc de visiteurs récents est désactivé et il n’est pas visible pour les autres utilisateurs.

  1. Le Royaume de M.Joseph Bonjour, je passe mon oral de bac de français dans pas longtemps et j'aurais besoin d'aide concernant un texte sur le moulin de Pologne de giono sur le royaume de M.Joseph. Voici ce que j'ai fais merci de donner votre avis I- Destin des Costes A/ Malediction personnifiée Métaphore qui désigne la mort qui menace les Coste:"quelqu'un d'aussi peu coulant". Cette methaphore désigné le créancier avec qui il est difficile de parler. Métaphore qui désigne Julie: "l'irrésistible Don Juan des ténèbres" montre que sa générosité, quoi qu'elle fasse ne suffise pas face à Don Juan qui est dominant. Et évoquer "le créancier" qui montre que M.Joseph a désormais une dette à vie et qu'il doit donc de l'argent. Il est donc difficile négocier avec cette force manipulatrice. B/ La jalousie Le narrateur compare l'attitude de M.Joseph vis-à-vis du destin à celle d'un mari face un rival amoureux. Le couple qu'il forme avec Julie semble combler si l'on en juge par la transfiguration suivante"qui d'ailleurs n'était plus laide qu'un homme l'aimait"(quelqu'un pourrait m'expliquer cette expression svp)Il est donc simple d'aimer Julie en raison d'un destin contaient menaçant. Ainsi la jalousie tient une place importante vu que le narrateur nous décrypte sa stratégie. M. Joseph n'a pas peur de perdre l'amour de Julie mais Julie en personne. C/ Une bataille de taille M.Joseph n'est pas de taille face à ce destin qui le menace de "faillite totale". Désormais il a une dette à vie et Juli acquiert donc une valeur inestimable. Il s'agit d'un destin difficile d'affronter. M.Joseph se remet à "une générosité que personne ne pouvait rendre suffisante". Sa seule force est sa lucidité:"il est trop avertir pour s'illusionner" On a un personnage héroïque puisqu'il est soumis à un duel. II- Pouvoir de l'argent A/ le seul bouclier La notion d'achat revient à plusieurs reprises: "il avait acheté toutes les boutiques, il en avait acheté à nous même", "il avait acheté des territoires entiers" On voit que le seul pouvoir est celui de l'argent B/ Patrimoine Il se transmet de génération en génération:"l'hypothèque" "La dotte","l'héritage de Léonce" Cette analogie entre une menace abstraite et biens matériels justifient les rames de M.Joseph vu que la melediction n'est pas moneable. C/ Le royaume Le décor construit autour de cette mascarade:"azur pur et simple" sert à éblouir et tromper Julie et Léonce. M.joseph espère que la "ronde d'espace organisé pour l'espoir terrestre" protégera sa descendance avec cette héritage du malheur il expose son propre héritage. On a une certaine comédie de bonheur Voici l'extrait de texte: Tout était tellement beau et lumineux dans l'atmosphère de M.Josehq je j'avais perdu de vue le destin des Coste, l'hypothèque que Julie avait apporté en dit à ce mariage et qui devait peser sur l'héritage de Léonce. M.Joseph ne l'avait pas oubliée; il y pensait sans cesse. Il était trop avertit des choses de ce monde pour s'illusionner sur la bonne volonté de créancier; il était impossible de s'imaginer qu'on puisse s'entendre et transiger avec quelqu'un d'aussi peu coulant. Il ne pouvait même pas se dire:"qui doit a therme ne doit rien". Il était débiteur d'une taire à vue qui pouvait, n'importe quand le mette en faillite totale dans laquelle il n'était même pas question de lui réserver un oreiller pour reposer sa tête ; alors que chacun(et meme moi a l'époque où je le jugeais semblable au commun des mortels) le croyait riche du Moulin de Pologne engraissé et rebondi, il n'était riche que de Julie et Léonce. Aimer cette femme( qui d'ailleurs n'était plus laide maintenant qu'un homme l'aimer) cela devrait être facile en raison meme de ce destin contaient menaçant. J'ai connu des jaloux qui avaient trouvé le mouvement perpétuel de l'amour en apprenant l'existence d'un rival amoureux ayant des chances. Ils devenaient des cancers de générosité. Ici certes il ne s'agissait pas de banalités: d'équipage, de bijoux, de boudoirs,de satin ou de soies, ni d'un banale infidèle qu'au bout du compte ces mediocres cadeau ce , sans aucun rapport de valeur avec l'esprit qu'ils provoquent trompent plus complètement qu'elle ne pourra jamais le faire avec sa simple matière. Il s'agissait de cette Julie qui de guerre lasse, s'était donnée au mépris public et d'une générosité qu'aucune démesure ne pourrait jamais rendre suffisante en face de l'irrésistible don Juan des ténèbres. Aussi bien M.Joseph ne se ruinait pas en trotteurs, en grooms, en étoles et en fourrures;il se ruinait en raison d'espérer. Il en avait acheté à toutes les boutiques, il nous en avait acheté à nous-même. C'est pour donner des raisons d'espérer à Julie qu'il avait abbatiale M. De k ... et subjugué du même coup toutes nos têtes. C'est dans ce meme but qu'il tenait en bride toutes les bonnes familles du canton et qu'il faisait une fois par semaine virevolter à la chambrière dans ses salons ou passer au pas espagnol près du fauteuil le de sa femme et autour de son fils; c'est dans ce meme but qu'il achetait des territoires entiers. Malgré tous les actes notariés et les territoires assemblées sur lesquelles la charrue et la herse du meilleur fermier de la région tiraient droit à perte de vue sur du solide, le royaume qu'ils construisaient était loin d'être de ce monde. C'était l'azur pur et simplr etablissant ainsi autour de Julie et de Léonce et préparant autour des descendant de cette race traquée une ronde d'espace organisés pour l'espoir terrestre. Je trouve que c'est important de commenter la place du narrateur dans ce texte et de plus détaillée l'analyse. Je remercie toute personne me venant en aide vous en faites déjà beaucoup en me répondant.  
  2. Le Royaume de M.Joseph Bonjour, je passe mon oral de bac de français dans pas longtemps et j'aurais besoin d'aide concernant un texte sur le moulin de Pologne de giono sur le royaume de M.Joseph. Voici ce que j'ai fais merci de donner votre avis I- Destin des Costes A/ Malediction personnifiée Métaphore qui désigne la mort qui menace les Coste:"quelqu'un d'aussi peu coulant". Cette methaphore désigné le créancier avec qui il est difficile de parler. Métaphore qui désigne Julie: "l'irrésistible Don Juan des ténèbres" montre que sa générosité, quoi qu'elle fasse ne suffise pas face à Don Juan qui est dominant. Et évoquer "le créancier" qui montre que M.Joseph a désormais une dette à vie et qu'il doit donc de l'argent. Il est donc difficile négocier avec cette force manipulatrice. B/ La jalousie Le narrateur compare l'attitude de M.Joseph vis-à-vis du destin à celle d'un mari face un rival amoureux. Le couple qu'il forme avec Julie semble combler si l'on en juge par la transfiguration suivante"qui d'ailleurs n'était plus laide qu'un homme l'aimait"(quelqu'un pourrait m'expliquer cette expression svp)Il est donc simple d'aimer Julie en raison d'un destin contaient menaçant. Ainsi la jalousie tient une place importante vu que le narrateur nous décrypte sa stratégie. M. Joseph n'a pas peur de perdre l'amour de Julie mais Julie en personne. C/ Une bataille de taille M.Joseph n'est pas de taille face à ce destin qui le menace de "faillite totale". Désormais il a une dette à vie et Juli acquiert donc une valeur inestimable. Il s'agit d'un destin difficile d'affronter. M.Joseph se remet à "une générosité que personne ne pouvait rendre suffisante". Sa seule force est sa lucidité:"il est trop avertir pour s'illusionner" On a un personnage héroïque puisqu'il est soumis à un duel. II- Pouvoir de l'argent A/ le seul bouclier La notion d'achat revient à plusieurs reprises: "il avait acheté toutes les boutiques, il en avait acheté à nous même", "il avait acheté des territoires entiers" On voit que le seul pouvoir est celui de l'argent B/ Patrimoine Il se transmet de génération en génération:"l'hypothèque" "La dotte","l'héritage de Léonce" Cette analogie entre une menace abstraite et biens matériels justifient les rames de M.Joseph vu que la melediction n'est pas moneable. C/ Le royaume Le décor construit autour de cette mascarade:"azur pur et simple" sert à éblouir et tromper Julie et Léonce. M.joseph espère que la "ronde d'espace organisé pour l'espoir terrestre" protégera sa descendance avec cette héritage du malheur il expose son propre héritage. On a une certaine comédie de bonheur Voici l'extrait de texte: Tout était tellement beau et lumineux dans l'atmosphère de M.Josehq je j'avais perdu de vue le destin des Coste, l'hypothèque que Julie avait apporté en dit à ce mariage et qui devait peser sur l'héritage de Léonce. M.Joseph ne l'avait pas oubliée; il y pensait sans cesse. Il était trop avertit des choses de ce monde pour s'illusionner sur la bonne volonté de créancier; il était impossible de s'imaginer qu'on puisse s'entendre et transiger avec quelqu'un d'aussi peu coulant. Il ne pouvait même pas se dire:"qui doit a therme ne doit rien". Il était débiteur d'une taire à vue qui pouvait, n'importe quand le mette en faillite totale dans laquelle il n'était même pas question de lui réserver un oreiller pour reposer sa tête ; alors que chacun(et meme moi a l'époque où je le jugeais semblable au commun des mortels) le croyait riche du Moulin de Pologne engraissé et rebondi, il n'était riche que de Julie et Léonce. Aimer cette femme( qui d'ailleurs n'était plus laide maintenant qu'un homme l'aimer) cela devrait être facile en raison meme de ce destin contaient menaçant. J'ai connu des jaloux qui avaient trouvé le mouvement perpétuel de l'amour en apprenant l'existence d'un rival amoureux ayant des chances. Ils devenaient des cancers de générosité. Ici certes il ne s'agissait pas de banalités: d'équipage, de bijoux, de boudoirs,de satin ou de soies, ni d'un banale infidèle qu'au bout du compte ces mediocres cadeau ce , sans aucun rapport de valeur avec l'esprit qu'ils provoquent trompent plus complètement qu'elle ne pourra jamais le faire avec sa simple matière. Il s'agissait de cette Julie qui de guerre lasse, s'était donnée au mépris public et d'une générosité qu'aucune démesure ne pourrait jamais rendre suffisante en face de l'irrésistible don Juan des ténèbres. Aussi bien M.Joseph ne se ruinait pas en trotteurs, en grooms, en étoles et en fourrures;il se ruinait en raison d'espérer. Il en avait acheté à toutes les boutiques, il nous en avait acheté à nous-même. C'est pour donner des raisons d'espérer à Julie qu'il avait abbatiale M. De k ... et subjugué du même coup toutes nos têtes. C'est dans ce meme but qu'il tenait en bride toutes les bonnes familles du canton et qu'il faisait une fois par semaine virevolter à la chambrière dans ses salons ou passer au pas espagnol près du fauteuil le de sa femme et autour de son fils; c'est dans ce meme but qu'il achetait des territoires entiers. Malgré tous les actes notariés et les territoires assemblées sur lesquelles la charrue et la herse du meilleur fermier de la région tiraient droit à perte de vue sur du solide, le royaume qu'ils construisaient était loin d'être de ce monde. C'était l'azur pur et simplr etablissant ainsi autour de Julie et de Léonce et préparant autour des descendant de cette race traquée une ronde d'espace organisés pour l'espoir terrestre. Je trouve que c'est important de commenter la place du narrateur dans ce texte et de plus détaillée l'analyse. Je remercie toute personne me venant en aide vous en faites déjà beaucoup en me répondant.
  3. Mais quelle est la différence entre les deux ? Et ou voyez vous que je confond svp
  4. Je comprend peut être essaye de synthétiser et de noter uniquement les idées essentiels
  5. COMMENTAIRE chapitre 1 moulin de Pologne Bonjour, élève de 1re s, dans quelques jours je passe mon oral de francais et j'aurais besoin que vous me disiez si mon analyse de texte est réussi ou non car il s'agit d'un texte peu travaillé en classe Voici ce que j'ai fait: I-Médiocrité A/ Le commérage Giorno fait le satire des mœurs de Provence s'en caricaturant la curiosité et le commérage des habitants de la provence: "gens se pencher","suivre quelque chose", "les musiciens quittaient l'embouchure" Les habitants s'exprime avec des animations plus forte que l'orchestre. En effet on repère une hyperbole montrant que la présence de Julie a un impact sur l'attire de chacun. L'atmosphère est angoissante en raison des musiciens qui s'arrêtent et observe eux aussi à leur tout la scène:" les musiciens quittaient l'embouchure pour rester la bouche en cul de poule" B/ La curiosité Giono est curieux, il donne son avis au lecteur en même temps que les habitants:" certaines rumeurs inhabituelles" montre la curiosité ressentit. En effet, giono connaît les habitudes de cette ville. Une idée de dégoût est présente: " comme un acide", " j'eclatais de rire au moment même où le rire général éclata" accentué l'idée de dégoût, Julie étant incluse dans un groupe social non menaçant , subitement la crainte chez les habitants. Ainsi le rire évoque est un moyen d'oublier la malaediction des Coste et de se préserver. C/ les habitants Connaissant les habitants, Ginon s'inclur avec eux dans cette peur d'être atteint de la malediction. La réaction des habitants est un moyen d'oublier ce destin contaient menaçant II- Julie A/ malediction Julie est issue de la famille Coste où règne depuis des générations une menace de mort ce qui a tendance a effrayé.Elle est décrite péjorativement. En effet elle danse seule alors que les autres femmes sont accompagnés: "dansant seul" Son vissage est qualifié d"atroce et déchire ce qui suscite la crainte et est malheureuse selon les habitants:" La malheureuse Julie" Malgré l'atmosphère qui règne la solitude et le regard des autres, elle reste présente et ne semble pas être préoccupé par eux. B/ Un être d'exception Le destin des cistes pèse déjà sur Julie et est une crainte pour les habitants mais elle s'en détache en publiant l'assemblée:" on La désignait du doigt" C/ changement de scène Impression que la présence de Julie est renforcée par une hyperbole:"un tonnerre d'applaudissements". Il n'agit en effet d'un applaudissent hypocrite qui annonce l'arrivée d'une scène angoissante. III- Un realisme ambigüe A/ comportement Giono est très observateur tout particulièrement des femmes:" avec ébahissement j'ai toujours eu devant le comportement des femmes" Ainsi pour la première fois une femme lui échappe ce qui suscite de la curiosité:" je la cherchais dans le groupe" B/ changement Julie participe à la modification de la scène on a donc une scène menancante et triviale:"comme travailler son centre", "bouche en cul" Merci de m'aider à améliorer mon commentaire je ne suis que débutante voici le texte en question : Soudain, j'entendis un bruit effrayant. Instinctivement, je rentrai la tête dans les épaules. J'avais l'impression que le Casino s'écroulait. C'était un tonnerre d'applaudissements. Je vis enfin ce qu'on désignait du doigt. C'était cette malheureuse Julie emportée par la valse et dansant toute seule, avec, sur son atroce visage isolé l'extase des femmes accouplées. Je me sentis des opinions et des passions semblables à celles de tout le monde et j'éclatai de rire à la seconde même où le rire général éclata... Si j'en juge par moi-même, ce rire fut une bénédiction pour tout le monde. Le spectacle de cette fille au visage déchiré et qui montrait ses désirs sans pudeur me brûlait comme un acide. On ne pouvait laisser faire sans courir le risque d'être dépouillé jusqu'à l'os, vêtements et chair, falbalas et jupons, plastrons et manchettes. Qui n'a pas ses désespoirs? Que serions-nous devenus si nous avions été forcés, nous aussi, de ne plus jouer la comédie? Le rire avec son bruit de torrent était la façon la plus simple de mouiller la brûlure et de l'étendre d'eau. On y alla bon coeur bon argent. Pourquoi? Je n'en sais rien. Nous ne manquions pas de filles laides, Dieu merci! Julie n'était pas d'une laideur à faire rire; il s'en fallait! Aujourd'hui je ne vois même plus rien de risible dans cet évènement du Casino. Que se passait-il de si extraordinaire? Julie dansait seule. De n'importe qui d'autre cela aurait passé pour une boutade. Admettez que la fantaisie en ait prie Alphonsine M..., la petite fille que j'avais fait danser auparavant: on aurait à peine souri. Le rire qui accompagnait la valse de Julie faisait le bruit régulier et bourgeois qui me rappela le râclement des cuillers et des fourchettes sur les assiettes dans un réfectoire de collège.
  6. Bonjour, mon oral de bac approche à grand pas cependant j'aurais besoin de conseil afin de facilite la mémorisation de l'analyse de chacun de mes textes facilement si c'est possible afin de ne pas avoir te trou de mémoire. je vous remercie, Cordialement
  7. Bonjour à toi et bon courage pour ton brevet, pour ma part je l'ai passe il y a 3 ans et je t'assure que si t'y crois et que tu te bat ça marchera tout seul cependant astuces pour toi fait des fiches je sais que genre écrire c'est super chiant mais ça permet de retenir et chaque soir n'hésite pas à relire tes fiches avant d'aller te coucher ton cerveau reste docalisé sur la dernière chose que tu as eu donc ça te permettra de mémoriser pour le jour J et d'être a l'aise après surtout pour l'histoire-géo des fiches relis les chaque soir et normalement ça devrait aller tout seul t'inquiète pas Bon courage
  8. Je vous remercie c'est vraiment très gentil, serait-ce possible mercredi ou encore jeudi s'il vous plaît?
  9. Bonjour, élève de 1ère S j'aurais besoin d'aide égalent sur ce texte intitulé Le Tombeau du corps de Jean sponde. il s'agit en effet d'un texte complexe dont le commentaire n'a pas était fait en classe. Cependant j'ai essayé de rédiger une analyse et un plan qui me semble inapproprié pour le bac voici ce que j'ai fait: I- Un texte baroque 1/ordre inhabituel Les 2 tercets sont composés de phrases courtes ce qui donne une impression de concentration On remarque la présence de phrases longues sans interruption. En effet les 2 quatrains montrent la gravité du sujet dans la mesure où le sujet abordé est celui de la mort. La présence d'une syntaxe particulière: les mots se répètent et on remarque la présence de question rhétorique qui rappelle l'incertitude de l'époque et la nécessité de décoder afin d'interpréter 2/une argumentation Les deux quatrains reprennent la thèse qui est la suivante: nous devons nos vies à ce qui sont morts Le premier tercet nous interroge avec l'emploi du subjonctif et Sponde cherche à nous convaincre que la mort est sécurisante:" une contraire envie" La présence de nombreuses figures de styles: des anthitèses avec "Tombeau du corps"/"maison des morts"( que je n'arrive pas à interpréter) Ainsi que des oppositions avec excuse/accuse (besoin d'interprétation) II- Le sens selon Sponde 1/ Cycle Dès enjambementau vers 3 et 4 qui attirent l'attention et rappelle que nous devons nos vies à celui sont morts puisqu'il s'agit ont enrichies nos connaissances Effet de boucle: le poème revient sur de nombreux mots"mortels", "trésors" montre que la vie revient sur elle meme 2/la mort Les biens qu'apportent la vie paraissent dérisoires face à la mort qui est inévitable:" Et ne sentez pourtant de la mort un remord" Il faut accepter la mort tel qu'elle est: " est-ce que votre vie adorant ses douceurs", " Et ne puisse envier une contraire envie?" III- Le souvenir 1/la mort L'homme se fait une représentation effrayante de la mort c'est pour cette raison qu'il s'efforce de la chasser de son esprit. Il préconise le souvenir comme un remède pour prolonger la vie d'où l'expression: "est ce que votre vie adorant ces douceurs déteste de penser de la mort les horreurs" 2/L'oubli fatal Oublier ce qui sont mort c'est renoncer à ceux qui sont parti et donc renoncer à notre propre vie: " qu'on forge en votre oublie"," un oubli d'une mort" Merci à tout ce qui me viendrons en aide et à chaque personne ayant lu tout mon message Je vous remercie et voici le lien où vous trouverez le texte en question https://poesie.webnet.fr/lesgrandsclassiques/Poemes/jean_de_sponde/mortels_qui_des_mortels_avez_pris_vostre_vie
×
×
  • Créer...