Aller au contenu

Am@ndine

Membres
  • Compteur de contenus

    96
  • Inscription

  • Dernière visite

  • Jours gagnés

    10

Am@ndine a gagné pour la dernière fois le 15 octobre

Am@ndine a eu le contenu le plus aimé !

2 abonnés

À propos de Am@ndine

  • Rang
    Posteur

Informations

  • Classe
    Autre
  • Sexe
    Fille
  • Pays/Ville
    France

Visiteurs récents du profil

411 visualisations du profil
  1. Am@ndine

    Difficulté

    L'obligation des femmes de travailler peut heurter dans un modèle familial plus "traditionnel" où l'homme doit être le seul à travailler, le seul provoyeur de ressources et où la femme va s'occuper principalement voire exclusivement de l'éducation des enfants. Idem l'éducation des filles et des garçons qui se veut (en théorie) égalitaire au Quebec ce qui n'est pas le cas dans tous les pays du monde...
  2. Am@ndine

    Difficulté

    Bonjour, Pour ce qui est des manières de s'habiller, il est peut-être implicitement fait référence au port de signes religieux... Ou de tenues tradictionnelles qui peuvent être mal perçus dans le pays d'accueil... car ils manifestent une appartenance autre et un souhait de ne pas se conformer au style vestimentaire standard du pays...
  3. Am@ndine

    Dissertation TES « Peut-on se connaître soi meme »

    Un argument est la justification d'une idée. Un exemple est une illustration, une image concrète d'une idée.
  4. Am@ndine

    Philosophie animal domestique

    Problématique : l'animal domestique est-il toujours un animal ou bien l'animal domestique a t-il acquis un statut, une place particulière le distinguant des autres animaux ? Cette question est intéressante car elle nous interroge sur notre rapport aux autres espèces et à ce que nous nous autorisons ou non à leur faire en fonction de la manière dont précisément nous les définissons.
  5. Am@ndine

    Dissertation TL

    Bonjour, Je trouve ton idée bonne et ton texte aussi, mais je n'ai pas le même extrait : Les phrases mises en gras me semblent très intéressantes et utiles pour défendre/illustrer ton idée ! Hésiter, balancer, embarrasse leur entendement, bloque leur passion et suspend leur action. Ils sont donc impatients de s'évader d'un état qui leur est aussi désagréable, et ils pensent qu'ils ne peuvent s'en écarter assez loin par la violence de leurs affirmations et l'obstination de leurs croyances. Mais si de tels raisonneurs dogmatiques pouvaient prendre conscience des étranges infirmités de l'esprit humain, même dans son état de plus grande perfection, même lorsqu'il est le plus précis et le plus prudent dans ses décisions, une telle réflexion leur inspirerait naturellement plus de modestie et de réserve et diminuerait l'opinion avantageuse qu'ils ont d'eux-mêmes et leur préjugé contre leurs adversaires [...]. En général, il y a un degré de doute, de prudence et de modestie qui, dans les enquêtes et les décisions de tout genre, doit toujours accompagner l'homme qui raisonne correctement". Ton grand III ce serait pas tant "choisir de ne pas douter" mais choisir de douter mais jusqu'à un certain point....
  6. Am@ndine

    Philosophie animal domestique

    Bonsoir, L'introduction doit être composée dans l'idéal d'une accroche, de la définition des différents termes du sujet liés entre eux, de la problématique et enfin l'annonce du plan. Ici il va falloir que tu te demandes : qu'est ce qui définit un animal ? Qu'est-ce qu'un animal domestique a de commun avec un congènère sauvage ? Qu'est ce qui l'en distingue ? Sur quoi cette distinction (domestique, non domestique) est-elle fondée en définitive ? Bon courage!
  7. Am@ndine

    Dissertation TES « Peut-on se connaître soi meme »

    Oui tu es obligé de faire un troisième axe. I. Je peux me connaitre moi-même II. Mais ma connaissance de moi est imparfaite III Autrui peut m'aider à mieux me connaitre - en faisant office de méditeur entre moi et moi-même Exemple les psychothérapies, la psychanalyse etc... - les sciences humaines améliorent la connaissance que nous pouvons avoir de nous-même...
  8. Am@ndine

    Dissertation TES « Peut-on se connaître soi meme »

    Coté exemple puisse que c'est ce qui te manque. Pour l'insconscient : l'exemple c'est le rêve (le rêve c'est l'occasion pour l'inconscient de se manifester et souvent on ne se souvient plus de ses rêves, ils retournent dans l'inconscient) Autre exemple de l'activité de l'inconscient : les lapsus (dire un mot que l'on ne voulait pas dire) Pour la barrière de l'EGO, tu peux prendre l'exemple des troubles alimentaires qui faussent l'image de soi tels que l'anorexie : la personne se pense et se voit grosse (vision subjective) alors qu'objectivement son indice de masse corporel est dangereusement bas.
  9. Am@ndine

    Dissertation TES « Peut-on se connaître soi meme »

    Ton plan est intéressant. Cependant j'ai l'impression que par ce plan tu ne réponds pas vraiment à Peut-on se connaître mais à la question peut-on choisir son identité ? Or ton sujet ne porte pas sur la liberté mais sur la conscience. Pour le 1. Qui mieux que moi pour me connaître ? 1/ Mentionner la conscience immédiate de soi. L'idée est que je suis le mieux placé pour me connaitre (mieux placé qu'autrui notamment) car seul moi a accès à mes pensées et à mes émotions. 2/ Je peux éprouver mais aussi me penser moi-même : avoir une conscience reflexive c'et-à-dire qui me prend moi-même pour objet de ma réflexion L'exemple est le COGITO cartésien. "je pense donc je suis" plus largement c'est ma capacité d'introspection. Dans ton deux, il faut que tu fasses mention selon moi de l'insconscient freudien (limite de ce que l'on peut connaitre) et les déterminismes sociaux comme "insconscient social" Inconscient car effectivement, ils sont intériorisés et donc il échappe à notre conscience. On meconnait le poids des AUTRES en nous-mêmes. Enfin il faut faire mention que notre EGO qui constitue un obstacle à une connaissance objective de soi par soi.
  10. Am@ndine

    Dissertation TES « Peut-on se connaître soi meme »

    Pour nous éviter le coticoli, je me suis permise de remettre l'image droite
  11. Am@ndine

    Dissertation TS

    Voici un texte de René DESCARTES (tout attaché ! ) qui définit l'animal comme une machine. Il distingue l'homme de l'animal par les arguments en gras. Ce texte t'aidera à défendre l'idée que l'animal reste en dépit de la domesticité un animal .... [...] ceux qui, sachant combien de divers automates, ou machines mouvantes, l'industrie des hommes peut faire, sans y employer que fort peu de pièces, à comparaison de la grande multitude des os, des muscles, des nerfs, des artères, des veines, et de toutes les autres parties qui sont dans le corps de chaque animal, considéreront ce corps comme une machine qui, ayant été faite des mains de Dieu, est incomparablement mieux ordonnée et a en soi des mouvements plus admirables qu'aucune de celles qui peuvent être inventées par les hommes. Et je m'étais ici particulièrement arrêté à faire voir que, s'il y avait de telles machines qui eussent les organes et la figure extérieurs d'un singe ou de quelque autre animal sans raison, nous n'aurions aucun moyen pour reconnaître qu'elles ne seraient pas en tout de même nature que ces animaux ; au lieu que, s'il y en avait qui eussent la ressemblance de nos corps et imitassent autant nos actions que moralement il serait possible, nous aurions toujours deux moyens très certains pour reconnaître qu'elles ne seraient point pour cela des vrais hommes. Dont le premier est que jamais elles ne pourraient user de paroles ni d'autres signes en les composant, comme nous faisons pour déclarer aux autres nos pensées. Car on peut bien concevoir qu'une machine soit tellement faite qu'elle en profère quelques-unes à propos des actions corporelles qui causeront quelques changements en ses organes, comme si on la touche en quelque endroit, qu'elle demande ce qu'on veut lui dire; si en un autre, qu'elle crie qu'on lui fait mal, et choses semblables ; mais non pas qu'elle les arrange diversement pour répondre au sens de tout ce qui se dira en sa présence, ainsi que les hommes les plus hébétés peuvent faire. Et le second est que, bien qu'elles fissent plusieurs choses aussi bien ou peut-être mieux qu'aucun de nous, elles manqueraient infailliblement en quelques autres, par lesquelles on découvrirait qu'elles n'agiraient pas par connaissance, mais seulement par la disposition de leurs organes. Car, au lieu que la raison est un instrument universel qui peut servir en toutes sortes de rencontres, ces organes ont besoin de quelque particulière disposition pour chaque action particulière ; d'où vient qu'il est moralement impossible qu'il y en ait assez de divers en une machine pour la faire agir en toutes les occurrences de la vie de même façon que notre raison nous fait agir. Or, par ces deux mêmes moyens, on peut aussi connaître la différence qui est entre les hommes et les bêtes. Car c'est une chose bien remarquable, qu'il n'y a point d'hommes si hébétés et si stupides, sans en excepter même les insensés, qu'ils ne soient capables d'arranger ensemble diverses paroles, et d'en composer un discours par lequel ils fassent entendre leurs pensées ; et qu'au contraire il n'y a point d'autre animal tant parfait et tant heureusement né qu'il puisse être, qui fasse le semblable. Ce qui n'arrive pas de ce qu'ils ont faute d'organes, car on voit que les pies et les perroquets peuvent proférer des paroles ainsi que nous, et toutefois ne peuvent parler ainsi que nous, c'est?à?dire, en témoignant qu'ils pensent ce qu'ils disent ; au lieu que les hommes qui, étant nés sourds et muets, sont privés des organes qui servent aux autres pour parler, autant ou plus que les bêtes, ont coutume d'inventer d'eux?mêmes quelques signes, par lesquels ils se font entendre à ceux qui, étant ordinairement avec eux, ont loisir d'apprendre leur langue. Et ceci ne témoigne pas seulement que les bêtes ont moins de raison que les hommes, mais qu'elles n'en ont point du tout. (…) Et on ne doit pas confondre les paroles avec les mouvements naturels, qui témoignent des passions, et peuvent être imités par des machines aussi bien que par les animaux; ni penser, comme quelques anciens, que les bêtes parlent, bien que nous n'entendions pas leur langage; car s'il était vrai, puisqu'elles ont plusieurs organes qui se rapportent aux nôtres, elles pourraient aussi bien se faire entendre à nous qu'à leurs semblables.
  12. Am@ndine

    Dissertation TS

    Bonjour, C'est un sujet original que tu as là. Il faut que tu definisses les termes : Comment pourrait-on définir ce qu'est un animal ? Est ce qu'un animal c'est un être qui est mue par des instincts. Auquel cas on peut considérer que l'animal domestique n est plus un animal comme les autres. Est-ce que l'animal est une chose ou un sujet de droit, auquel cas l'animal domestique n'est pas un animal comme les autres car il possède des droits. Est-ce l'animal peut être définit comme être non humain ? Dans ce cas l'animal domestique reste un animal car il appartient à une autre espèce que l'homme.... On peut considérer en résumé que sur le plan biologique un animal reste un animal mais sur le plan moral, juridique l'animal domestique est un animal pas tout à fait comme les autres du fait de la relation tissée avec l'homme... Tu vois le travail sur les mots du sujet donne déjà pleins d'idées... c'est par là qu'il faut commencer.
  13. Am@ndine

    dissertation

    Quelques brides en plus : L'idée vraie : absolue ? Relative ? Rationnelle ? Empirique ? Sociale ? J'ai modifié légèrement le plan en plaçant DESCARTES en partie 2... Tu peux commencer ta partie 1 éventuellement par un rappel de l'étymologie pour faire le lien avec l'introduction. Une phrase d'intro possible de la partie 1 : Comme mentionné dans l'introduction, étymologiquement le vrai désigne une idée conforme au réel. Un développement : Cette definition du vrai est celle qui nous vient spontanément à l'esprit (celle du sens commun). On dit qu'une histoire est vraie si elle a effectivement eu lieu. On considera de la même manière que la phrase "il pleut" est vraie si au moment où on le dit il pleut. Cette définition est également défendue par le philosophe de l'antiquité Aristote pour qui " ce n'est pas parce que disons ... "( citation mise plus haut) Aristote met ici en avant la primauté des sens sur le langage. Plus précisément encore la vérité ne vient pas du discours seul mais dans son lien avec notre perception. Le critère qui nous sert à déterminer si une idée est vraie est une correspondance de l'énoncé au monde. Evoquer la critique de Kant puis Platon : Selon E. KANT pour qu'un énoncé corresponde au réel il nous faudrait connaître la chose dont on parle. Or, c'est impossible car je n'ai accès qu'à mes idées. En d'autres termes, je ne peux jamais faire correspondre que l'idée que j'ai de la chose et mon langage. D'une manière plus radicale encore, Platon place les Idées au delà du monde sensible. En effet, les sens ne nous donne accès qu'aux apparences. Or ces apparences ne sont que les reflets trompeurs, imparfaits des Idées. Les Idées sont des concepts, des formes pures. Ainsi, nous pouvons prendre l'exemple du beau. Il existe une multiplicité de choses belles. Mais cette multiplicité fait obstacle à la compréhension de ce qu'est le beau dans l'absolu, en soi cad indépendamment de toutes ces manifestations sensibles. Les Idées constituent un monde derrière le monde physique et qui contrairement à lui est immuable. Une phrase conclusion : Il ressort de cette partie que le critère du vrai comme conformité bien que convaincant au premier abord semble en définitive inopérant car nous n'avons finalement pas accès au réel mais à des images de celui-ci. Phrase de transition : A cette définition profane du vrai comme correspondance à la réalité s'oppose une conception philosophique et scientifique fondée sur la raison. 2/ une conception philosophique et scientifique Pour R. DESCARTES l'dée vraie possède une évidence rationnelle c'est-à-dire une idée dont on ne peut plus douter. ( à developper) Critère de cohérence interne de la pensée : Elle est également déduite logiquement. Le vrai est alors synonyme de validité du raisonnement. (A développer) Enfin, l'idée vraie est démontrée (A développer) Cependant, la validité, la cohérence d'un raisonnement ne suffit pas à prouver que les propositions qui le composent sont vraies. Par ailleurs, les théories reposent toutes sur des axiomes qui eux-mêmes n'ont pas été prouvés. Des lors ce qui est tenu pour vrai n'a rien d'absolu mais peut varier dans le temps. 3/ L'idée vraie c'est en effet celle qui est admise comme telle à une période donnée. (A développer) Tu peux reprendre ton exemple du passage du géocentrisme à l'heliocentrisme. L'idée vraie est celle qui est avantageuse. Texte : "J'en viens donc à dire, pour résumer tout cela : le vrai consiste simplement dans ce qui est avantageux pour notre pensée, de même que le juste consiste simplement dans ce qui est avantageux pour notre conduite. Je veux dire : avantageux à peu près de n'importe quelle manière, avantageux à longue échéance et dans l'ensemble ; car ce qui est avantageux à l'égard de l'expérience actuellement en vue ne le sera pas nécessairement au même degré à l'égard des expériences ultérieures." W.James
  14. Am@ndine

    dissertation

    Trop complexe et trop chronophage pour moi. J'arrive au bout de l'aide que je peux t'apporter. Je ne suis pas assez compétente pour faire mieux et plus.
  15. Am@ndine

    La question « qui suis-je ?» admet-elle une réponse exacte ?

    Je ne sais pas si Inaya a rendu sa dissertation. Mais je trouve que la phrase de Socrate Connais-toi toi même ferait une accroche parfaite !!!!
×