Aller au contenu

question sur le texte de john stuart mill


Messages recommandés

 

bonjour je me permet de poster ce message car dans un travail compliqué et je suis bloqué. voici mon travail j'ai effectué la partie A mais je bloque concernant la partie B et C, il y a en PJ le texte ainsi que le document, j'espère qu'un être bienveillant pourra m'apporter son aide 

A - Éléments d’analyse 

1) La contrainte et le contrôle par “la force physique” peuvent être défini comme toutes atteintes volontaires à la liberté d’une personne A par une personne B, grâce aux atouts physique de cette dernière. Cette situation est souvent applicable dans les sports de combats comme la lutte ou le judo car le but de ces sports est de contrôler son adversaire grâce à sa propre force physique. 

La contrainte et le contrôle par le biais de “sanctions pénales” sont des moyens de restriction de liberté en place dans les différentes sociétés du monde ayant pour but le maintien de l’ordre grâce à des règles strictes. En France, le vol est en partie puni de trois ans d’emprisonnement et de 45 000 € d’amende par l’article 311-3 du code civil. Cette restriction de liberté permet cependant à la société française de bien fonctionner car sans elle, les citoyens seraient très fréquemment victime de vol. 

La notion de “contrainte morale” peut être assimilée à la raison d’un individu qui fait appel à sa réflexion avant qu'il n'agisse. Ainsi, on peut dire que cette notion contraint et contrôle la liberté d’action des individus. On peut donner comme exemple une situation où la raison d’un individu le retient de garder l’argent qu’une personne à fait tomber sans s’en rendre compte. 

Les différences de ces formes de contraintes sont leur moyen d’action, en effet, une contrainte utilisant la force physique sera forcément différente d’une contrainte d’ordre pénal ou moral. De plus, chacun de ces moyens de sanction possède une ampleur différente : généralement, une contrainte pénale a plus d’ampleur et de conséquences potentielles qu’une contrainte morale. 

 

2) Les différentes sociétés du monde ont mis en place des contraintes pénales ayant pour but de réguler certaines actions afin de maintenir l’ordre public. La plupart de ces règles ont été mises en place afin d’interdire des actions restreignant la liberté d’action d’autres individus. Toutefois il est possible qu’une personne atteinte de troubles physiques ou psychologiques demeure contrainte physiquement ou moralement dans son intérêt ainsi que dans l’intérêt de la communauté. Pour le bien être de ces individus, les personnes non maitres d’elles-mêmes peuvent être encadrées par des régimes des protection ayant pour but de restreindre leur fait et gestes à différent niveau. On peut donner comme exemple le cas de la star de la musique pop Britney Spears qui a été mise sous la tutelle de son père suite à des troubles psychologiques, cette dernière ne peut pas réaliser d’action simples du quotidien tel que la création de contenu ou de fréquenter une personne sans l’accord paternel.  

 

3) Un reproche est une remarque venant d’une autre personne, l’objet du reproche est subjectif car il peut être perçu de différente manière selon les individus. “le reprocheur” engage son jugement et met en danger sa responsabilité vis-à-vis de la personne visée mais aussi des autres personnes de la société. Causer du tort à quelqu'un est une attaque directe sans justification automatique l’idée énoncée dans ce texte est que chaque fait et action sont susceptibles d’être jugés par l’opinion publique. L’auteur met au même niveau le fait de faire des reproches et de supplier, le raisonner, le persuader et le supplier. 

 

4) Pour vivre en société il est naturel et nécessaire de se préoccuper des autres dans leur entièreté. De cette bienveillance naturelle découle un cadre légal qui est inscrit dans la loi. De ce postulat découle la citation universelle “la liberté des uns s'arrête là où commence celle des autres”.  C'est pourquoi un individu peut se voir imposer une contrainte afin de garantir les libertés de tout le monde mais aussi un bien-être collectif. Les villes sont en pleine mutation c’est pourquoi il est important que cela soit encadrée afin que l’urbanisme soit neutre et que l'intérêt général soit satisfait. 

 

question john stuarttexte john stuart

merci d'avance je serai très reconnaissant de votre aide 

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

voici le texte

L'objet de cet essaie est de poser un principe très simple, fondé a régler absolument les rapports de la société et de l'individu dans tout ce qui est contrainte et controle, que les moyens utilisés soient la force physique par le biais de sanctions pénales ou la contrainte morale exercée par l'opinion publique. La seule raison légitime que puisse avoir une communauté civilisée d'user de la force contre un de ses membres, contre sa propre volonté, est d'empêcher que du mal ne soit fait à autrui. Le contraindre pour son propre bien, physique ou moral, ne fournit pas une justification suffisante. On ne peut pas l'obliger ni à agir ni à s'abstenir d'agir, sous prétexte que cela serait meilleur pour lui ou le rendrait plus heureux ; parce que dans l'opinion des autres il serait sage ou même juste d'agir ainsi. Ce sont là de bonnes raisons pour lui faire des remontrances ou le raisonner, ou le persuader, ou le supplier, mais ni pour le contraindre ni pour le punir au cas où il agirait autrement. La contrainte n'est justifiée que si l'on estime que la conduite dont on désire le détourner risque de nuire à quelqu'un d'autre. Le seul aspect de la conduite d'un individu qui soit du ressort de la société est celui qui concerne autrui. Quant à l'aspect qui le concerne simplement lui-même son indépendance est, en droit, absolue. L'individu est souverain sur lui-même, son propre corps et son propre esprit. John Stuart Mill, De la liberté.

liste des questions

partie B 

1) quelle est, selon vous la question a laquelle le texte de Mill tente d'apporter ici une réponse 

2) comment cette réponse est-elle organisée? dégagez les différents moments de l'argumentation présente dans ce texte de Mill, et montrez comme ils s'articulent les uns aux autres 

3) dégager l'idée principale du texte 

partie C 

1) quel rapport l'argument de Mill permet-il d'établir entre la contrainte sociale et les droits qu'on reconnait aux individus? 

2) quel sens ce texte permet-il de donner à l'idée de liberté individuelle? 

merci beaucoup 

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

c'est trop juste en temps pour moi...

mais ce que je peux te dire d'une lecture rapide de ton texte

c'est que l'auteur s'interroge sur le droit de l'état à intervenir dans la vie privée et les actions du peuple.

Pour lui, il  n'a pas le droit

Il y a 7 heures, Tomlbj6ç a dit :

L'individu est souverain sur lui-même, son propre corps et son propre esprit.

sauf si cela nuit aux autres .

 

Il y a 7 heures, Tomlbj6ç a dit :

empêcher que du mal ne soit fait à autrui.

 

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
  • 3 semaines plus tard...
  • 2 semaines plus tard...
  • 1 mois plus tard...

Excuse moi est ce que sa serais possible d'envoyer la suite si tu a réussir a le faire stp je dois le rendre pour demain aussi

Le 27/01/2021 à 12:00, Tomlbj6ç a dit :

voici le texte

L'objet de cet essaie est de poser un principe très simple, fondé a régler absolument les rapports de la société et de l'individu dans tout ce qui est contrainte et controle, que les moyens utilisés soient la force physique par le biais de sanctions pénales ou la contrainte morale exercée par l'opinion publique. La seule raison légitime que puisse avoir une communauté civilisée d'user de la force contre un de ses membres, contre sa propre volonté, est d'empêcher que du mal ne soit fait à autrui. Le contraindre pour son propre bien, physique ou moral, ne fournit pas une justification suffisante. On ne peut pas l'obliger ni à agir ni à s'abstenir d'agir, sous prétexte que cela serait meilleur pour lui ou le rendrait plus heureux ; parce que dans l'opinion des autres il serait sage ou même juste d'agir ainsi. Ce sont là de bonnes raisons pour lui faire des remontrances ou le raisonner, ou le persuader, ou le supplier, mais ni pour le contraindre ni pour le punir au cas où il agirait autrement. La contrainte n'est justifiée que si l'on estime que la conduite dont on désire le détourner risque de nuire à quelqu'un d'autre. Le seul aspect de la conduite d'un individu qui soit du ressort de la société est celui qui concerne autrui. Quant à l'aspect qui le concerne simplement lui-même son indépendance est, en droit, absolue. L'individu est souverain sur lui-même, son propre corps et son propre esprit. John Stuart Mill, De la liberté.

liste des questions

partie B 

1) quelle est, selon vous la question a laquelle le texte de Mill tente d'apporter ici une réponse 

2) comment cette réponse est-elle organisée? dégagez les différents moments de l'argumentation présente dans ce texte de Mill, et montrez comme ils s'articulent les uns aux autres 

3) dégager l'idée principale du texte 

partie C 

1) quel rapport l'argument de Mill permet-il d'établir entre la contrainte sociale et les droits qu'on reconnait aux individus? 

2) quel sens ce texte permet-il de donner à l'idée de liberté individuelle? 

merci beaucoup 

Excuse moi tu pourrais envoyer la suite stp je dois rendre pour demain 

 

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
  • 2 semaines plus tard...

Rejoindre la conversation

Vous pouvez publier maintenant et vous inscrire plus tard. Si vous avez un compte, connectez-vous maintenant pour publier avec votre compte.

Invité
Répondre à ce sujet…

×   Collé en tant que texte enrichi.   Coller en tant que texte brut à la place

  Seulement 75 émoticônes maximum sont autorisées.

×   Votre lien a été automatiquement intégré.   Afficher plutôt comme un lien

×   Votre contenu précédent a été rétabli.   Vider l’éditeur

×   Vous ne pouvez pas directement coller des images. Envoyez-les depuis votre ordinateur ou insérez-les depuis une URL.

Chargement
×
×
  • Créer...
spam filtering