Aller au contenu

Commentaire littéraire sur La Duchesse de Langeais de Balzac


Softye01

Messages recommandés

Je suis en seconde et je dois faire un commentaire littéraire sur La Duchesse de Langeais de Balzac

J'ai fait l'intro et le tout début de la première partie mais la je suis bloquée

Les auteurs du XIXème se servent du genre littéraire romanesque pour décrire la société dans laquelle ils vivent. La condition féminine est un des sujets abordent comme Flaubert dans Madame Bovary, comme Georges Sand dans Indiana, comme Maupassant avec sa nouvelle Rosalie Prudent et également comme Balzac dans son écriture de la Comédie Humaine, vaste fresque de 93 romans qui reflètent la multiplicité des types sociaux de la société du XIXème siècle. Ce texte est issu du chapitre 2 du roman éponyme La Duchesse de Langeais de Balzac, paru en 1834. C'est un portrait réaliste d'une jeune femme de l'aristocratie. En quoi ce portrait de la duchesse révèlent-t-il les mutation de la société du XIXème siècle ? Dans une première partie, nous observerons un personnage insaisissable et paradoxal. Dans une deuxième partie, nous verrons que ce portrait n'est qu'un miroir de la société.

Dans la première partie, nous allons montré en trois sous-partie, que cette extrait dresse un portrait paradoxal la duchesse de langeais.

Merci de m'aider au plus vite

Softye01

 

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Voici le texte

Citation

Au commencement de la vie éphémère que mena le faubourg Saint-Germain pendant la Restauration, et à laquelle, si les considérations précédentes sont vraies, il ne sut pas donner de consistance, une jeune femme fut passagèrement le type le plus complet de la nature à la fois supérieure et faible, grande et petite, de sa caste. C'était une femme artificiellement instruite, réellement ignorante ; pleine de sentiments élevés, mais manquant d'une pensée qui les coordonnât ; dépensant les plus riches trésors de l'âme à obéir aux convenances ; prête à braver la société, mais hésitant et arrivant à l'artifice par suite de ses scrupules ; ayant plus d'entêtement que de caractère, plus d'engouement que d'enthousiasme, plus de tête que de cœur ; souverainement femme et souverainement coquette, Parisienne surtout ; aimant l'éclat, les fêtes ne réfléchissant pas, ou réfléchissant trop tard ; d'une imprudence qui arrivait presque à de la poésie ; insolente à ravir, mais humble au fond du cœur ; affichant la force comme un roseau bien droit, mais, comme ce roseau, prête à fléchir sous une main puissante ; parlant beaucoup de la religion, mais ne l'aimant pas, et cependant prête à l'accepter comme un dénouement. Comment expliquer une créature véritablement multiple, susceptible d'héroïsme, et oubliant d'être héroïque pour dire une méchanceté ; jeune et suave, moins vieille de cœur que vieillie par les maximes de ceux qui l'entouraient, et comprenant leur philosophie égoïste sans l'avoir appliquée ; ayant tous les vices du courtisan et toutes les noblesses de la femme adolescente ; se défiant de tout, et néanmoins se laissant parfois aller à tout croire ? Ne serait-ce pas toujours un portrait inachevé que celui de cette femme en qui les teintes les plus chatoyantes se heurtaient, mais en produisant une confusion poétique, parce qu'il y avait une lumière divine, un éclat de jeunesse qui donnait à ces traits confus une sorte d'ensemble ? La grâce lui servait d'unité. Rien n'était joué. Ces passions, ces demi-passions, cette velléité de grandeur, cette réalité de petitesse, ces sentiments froids et ces élans chaleureux étaient naturels et ressortaient de sa situation autant que de celle de l'aristocratie à laquelle elle appartenait. Elle se comprenait toute seule et se menait orgueilleusement au-dessus du monde, à l'abri de son nom. Il y avait du moi de Médée dans sa vie, comme dans celle de l'aristocratie, qui se mourait sans vouloir ni se mettre sur son séant, ni tendre la main à quelque médecin politique, ni toucher, ni être touchée, tant elle se sentait faible ou déjà poussière.

Extrait de La Duchesse de Langeais, 1834, Honoré de BALZAC, chap.2

 

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

  • E-Bahut

1. Tu complètes ton profil.
2. Tu postes le travail que tu as déjà effectué .(Et pas un copié -collé d'internet)

3. Tu consultes un site payant si tu désires que le travail soit effectué à ta place .

 

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

  • E-Bahut

Peut-être… Tu as des dons de voyance ou un contact en Mp avec notre cher élève ?

De toutes façons, j'attends lune ébauche du travail et le profil complet avant de m'impliquer .

Bonne journée , Corcega .

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Archivé

Ce sujet est désormais archivé et ne peut plus recevoir de nouvelles réponses.

×
×
  • Créer...
spam filtering