Aller au contenu

Petit Corpus :)


Jojo1998

Messages recommandés

  • E-Bahut

Les deux premiers textes sont en opposition : Du Bellay : blason (tape ce mot sur le net) / Rimbaud , portrait négatif des parties du corps de la femme .

Les deux derniers sont en opposition aussi : Ronsard : profitez de votre jeunesse et aimez-moi , Hélène , de toutes façons vous aurez été célébrée par moi, Ronsard, un grand poète , et vous regretterez de ne pas m'avoir accordé votre amour .

Corneille, idem, mais plus maladroit car il dresse un tableau réaliste de la vieillesse de la marquise qui n'a pas su l'aimer ,bien qu'il soit plus vieux qu'elle : mais la vieillesse atteindra la belle à son tour .

Alors, toujours aussi primesautier , toi aussi ?

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Merci beaucoup de ton aiide :D

Mon introduction pour l'instant:

Dans ce corpus, DuBellay, Rimbaud, Corneille et Pierre de Ronsard établissent différents portraits de femmes par l'intermédiaire de leur poème. DuBellay dans Les Regrets et Corneille dans Stances à Marquise dressent un portrait de belles femmes, de femmes merveilleuses tandis que Rimbaud dans "Vénus Anadyomène" et Pierre de Ronsard dans "Sonnets pour Hélène" dressent un portrait de femmes hideuses ou vieilles.

"Comment la femme est-elle représentée par les poètes?"

​L'étude de cette problématique nécessite de réaliser le plan en deux parties. Ces parties seront constitués du portrait de différentes dames et en deuxième cas du ressenti de l'artiste.

Si tu as une autre introduction à me proposer j'avoue que je suis preneur. :)

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

  • E-Bahut

La femme a toujours été l'inspiratrice des poètes , qu'elle leur soit bienveillante ou maléfique .

Au XVI ès ., les poètes de La Pléiade, Ronsard et Du Bellay se plaisent à faire son éloge , souvent sous forme de "blason" (regarde ce terme sur le net, en poésie) en célébrant une partie de leur corps à la manière de Pétrarque (tape ce nom sur le net) .

Au XVII ès. , dans "Stances à Marquise" que Brassens mit en musique, Corneille insiste surtout sur la fuite du temps, la beauté fugace de la belle , en comparant maladroitement sa vieillesse à lui avec le futur démantèlement physique de la Marquise de 20 ans . On doute du succès de sa séduction poétique . (Queneau, au XX è s. a fait de même dans le poème "Si tu t'imagines" chanté par Juliette Gréco);

Au XIX è s., Rimbaud, pourtant homosexuel, décrit négativement une figure mythologique (est-ce une femme, est-ce un homme , est un hermaphrodite , -Aphrodite étant le nom grec de Vénus -)

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Voici mon intro final je pense:

Dans ce corpus, DuBellay, Rimbaud, Corneille et Pierre de Ronsard, quatre grands hommes qui ont participé à un renouveau dans l'art poétique français célèbrent la femme à travers leur poème.

Les Regrets de DuBellay écrit en 1558 est constitué d'une description méliorative qui paraît être celle d'une divinité féminine.

Vénus Anadyomène (Sonnet du Recueil de Douai) de Rimbaud écrit en 1870 décrit péjorativement une femme dont le nom est pourtant Vénus.

Stances à Marquise de Pierre Corneille écrit en 1658 est un poème qui met en garde une femme des ravages du temps.

Sonnetspour Hélène de Pierre de Ronsard écrit en 1578 est lui aussi un poème qui insiste sur la fuite du temps.

Alors la question posée est: << Comment les poètes célèbrent-ils la femme ici >> (pourrais tu reformuler cette question stp merci)

L'étude de cette problématique nécessite de réaliser un plan en deux parties distinctes. (as-tu une idée de comment je devrais nommer ces plans)

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

  • E-Bahut

Nous allons nous poser la question suivante : Par quels moyens poétiques les poètes célèbrent-ils la femme ? s'attachent-ils à une description physique ? dans quel but ?

Plan :

I- Une forme fixe (sonnets, quatrains, rimes , etc.);

- Des moyens poétiques jouant sur le sens des mots : métaphores , comparaisons , métonymies , etc .

II. lLa description physique de la femme-muse :

-idéalisée : le blason

- dépréciée

III. Conclusion :

Mise en garde épicurienne : profitez de votre beauté et de votre jeunesse (et aimez-moi sous-entendu : pour Ronsard et Corneille)

(Il faudrait analyser chaque poème en détail: voir le net peut-être ?)

Bon courage .

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Archivé

Ce sujet est désormais archivé et ne peut plus recevoir de nouvelles réponses.

×
×
  • Créer...
spam filtering
spam filtering