Aller au contenu

Comentaire Sur Une Poesie De Beaudelaire


menticora

Messages recommandés

je vais reesayer .

bon il veutr pas s'afficher! il doit etre trop gros le fichier !!

tampis

sinon le textes c'est les petites vieilles de beaudelaire ! ds le recueil les fleurs du mal en 1861

mon extrit commence a telles vous le cheminez jusqu'a un solennel adieu!

merci de vore aide

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

bon allez je l'ecris !!

Telles vous cheminez, stoiques et sans plaintes,

A travers le chaos des vviantes cités,

Meres au coeur saignant, courtisanes ou saintes,

Dont autrefois les noms par tous etaient cités.

Vous qui futes la grâce ou qui futes la gloire,

Nul ne nous recconait! un ivrogne incivil

Vous insulte en passant d'un amour derisoires;

Sur vos talons gambade un enfant lâche et vil.

Honteuses d'exister, ombres ratatinés

Peureuses, le dos bas, vous cotoyez les murs,

Et nul ne vous salue, etranges destinées!

debris d'humanité pour l'eternité mûrs !

Mais moi, moi qui est de loin tendrement vous surveille,

L'oeil inquiet, fixé sur vos pas incertais,

ttout come si j'etais votre pere ô merveile

je goute a votre insu des plaisirs clandestins.

Je vois s'epanouir vos passions nocives;

Sombres ou lumieneux, je vis tout vos jours perdu;

Mon coeur multiplié jouit de tous vos vices!

Mon ames resplendit de toutes vos vertus!

Ruines! ma famille! ô cerveaux congeneres

Je vous fais chaque soir un solennel adieu!

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Archivé

Ce sujet est désormais archivé et ne peut plus recevoir de nouvelles réponses.

×
×
  • Créer...
spam filtering