Aller au contenu

cherche correctuer pour disserte de philo


ginie06

Messages recommandés

:D

Je vous met la disserte que j'ai fait

J'aimerai bien que l'on me dise si cela convient.

La connaissance a-t-elle des limites ?

La théorie de la connaissance cherche a définir de manière très générale les conditions qui permettent l'acquisition ou la découverte du savoir. On distingue en générale les savoirs selon leur origine (empirique ou intellectuelle),selon leur objet ( mathématique, physique, métaphysique) et leur degrés de certitude. De plus, la théorie de la connaissance a parfois une vocation " critique" lorsqu'elle se propose de determiner les limites ou les bornes de la connaissance possibles.

Ce sujet nous amène a nous poser de nombreuses questions sur la connaissance. A t-on accès a des connaissance total ou pas ? Sur quels critères se base la puissance d'un connaissance ? Comment définir les limites de la connaissance ?

L'idée même de l'objectivité des théories scientifiques est a reconsidérer. Comme l'observe le physicien Gilles Cohen-Tannoudji, il faut s'interroger plus précisément sur les rapports entre théorie et expérience dans la démarche scintifique.Le lien entre la valeur objective d'un théorie et sa valeur expérimentale s'établit par le biais de l'analyse ; la méthode cartésienne d'analyse du complexe en simple puis sa recompositiontrouve son applicationdans le calcul differentiel (dérivation et intégration)ou les relations entres les phénomènes réduit a leur figure et mouvement recoivent leur expressions mathématiques dans une equation différentielle qui relie des variables, est dans la methode experimentable qui isole ces variables Les sciences modernes débutent avec la relativité du mouvement mise en place par Galilée puis repris par Newton. Ils se proposent d'établir les lois de la nature a partir de données mathématiques. Des lors notre connaissance du réelle se base entièrement sur les théories scientifiques. Galilée accorde une importance particulière aux mathématiques dans la formulation des lois scientifiques ; grâce a eux on a découvert des lois de naturelles fiables et utiles. Ceci entraîne Galilée a croire que la nature obéit tout entière a des lois mathématisables. Il affirme "la nature est écrite en langage mathématisable". Par conséquent non seulement la science nous conduit au réel, mais en outre elle seule peut nous y conduire et par ailleurs n'y a de réalité que d'ordre scientifique. Ainsi notre connaissance du réelle se limite a un savoir scientifique.

De même, pour L. Brunschvicg "il n'y a de science que de mesurable".Si on se place du point de vue de Descart et Galilée on peu dire que si les lois sont mathématisables alors il n'y a de science que de mesurable. La valeur théorique égale donc les mathématiques, ainsi si tout est mathématisables tout sera explicable. Les connaissances scientifiques sont considérées comme des connaissance "éternelles". On peut dons dire que notre connaissance est illimitée.

D'un point de vue totalement opposé K. Popper dans la logique de la recherche scientifique affirme que pour lui "il n'y a de science que de réfutable". Une réfutation c'est un raisonnement qui démontre la fausseté d'une théorie en faisant comprendre pourquoi on croit en la vérité de la théorie. Elle ne fait pas que falsifier, elle donne une explication. Des lors, elle montre que le point de vue adopté était pas tout a fait faut. Dans l'histoire on assiste a une succession de théorie ainsi cette remise en cause permet d'avancer notre connaissance cependant sans y atteindre les limites. Cela suggère que notre connaissance est limitée. Quelles sont ces limites ?

On distingue les limites internes a l'homme :

La connaissance objective n'est possible que lorsqu'on s'en tient a l'activité de l'entendement dont le rôle est de lier "objectivement" entre eux les phénomènes et non lorsqu'on se laisse séduire par les illusions de la raison. L'entendement est la faculté qui permet de connaître.Kant dans Critique de la raison pure (1781) distingue l'entendement, faculté d'ordonner l'expérience et la raison, faculté de synthèse. La raison est le pouvoir de bien juger, distinguant le vrai du faux. Avoir un jugement, faire preuve de discernement c'est être capable de bien utiliser sa raison afin de pouvoir estimer les choses. Kant pense que la raison peut connaître dans le domaine de la moral. Dans le domaine scientifique on peut avoir accès a de nombreuses connaissances mais humaines, les connaissances pures nous sont limitées. En effet, il adhère a la thèse empiriste selon laquelle les choses telles qu'elles existent en dehors de l'expérience ne sont pas connaissables (Kant limitait la connaissance au "monde phénoménal" de l'expérience, affirmant que les croyances métaphysiques sur l'ame, le cosmos de Dieu sont plus affaire de foi que de connaissance parce qu'elles excédent les limites de l'aperception (perception consciente d'elle-même) humaine). La raison humaine serait ainsi caractérisée par le fait qu'elle ne peut rien connaître, si quelque chose ne lui est pas donné préalablement. Cela signifie que son pouvoir de connaître est limité.

Bachelard et Popper ont eux aussi pris en compte les limites intérieurs a l'homme. Pour eux la façon dont nous connaissons dépends de la structure de notre cerveau. Ainsi, il peut avoir des obstacles a la connaissance de l'univers. Plusieurs possibilités sont envisageables ;

Si notre pensée/ame est immatérielle, elle ne fait pas partie de notre corps et peut donc percevoir les lois de l'univers.

Si notre pensée est matérielle, elle ne peut aboutir.

S'il y a une intelligence et que nous possédons nous-mêmes cette intelligence (D'après Descart Dieu nous a fait a son image) nous pouvons comprendre, connaître les structures de l'univers.

Si notre cerveau est fait selon les lois de l'univers nous pouvons y accéder.

Cependant, pour Bachelard et Popper notre pouvoir de connaître est limité car il y a une histoire des sciences et que les théories scientifiques ce succèdent. Aussi les théories peuvent être considérée à des hypothéses.Si notre connaissance sur le réel dépend de la façon dont on le découpe, d'hypothèses, on ne part pas du réel même ; nos hypothèse ne sont pas prisent comme les principes même de la réalité. On peut penser qu'un jour a force de découvrir de nouvelles hypothèses on découvrira les principes même de l'univers. Mais l'englobement de nouvelles connaissances n'entraînent pas une diminution de nos ignorances, car nous ne savons pas ce que nous connaissons. En effet, comme nous l'avons abordé précédemment, la connaissance est réfutable. Nous connaissons des aspects de la réalité mais pas la réalité elle-même, en sa totalité. Notre connaissance évolue, ce qui n'évolue pas c'est la façon dont nous pensons. Socrate disait "Je sais que je ne sais rien" . Par la il n'affirmait pas une ignorance absolue mais affirmait que notre connaissance contient de l'ignorance.

On peut également mettre en évidence les limites externes à l'homme :

De nombreuses limites pour la plupart contingentes (qui est mais qui peut être autrement qu'il est) peuvent imposer des limites a notre connaissance. Elles peuvent être de l'ordre financier ; dans les sciences de la nature les recherches ont souvent été stoppées fautes de moyens mais aussi dans le domaine artistique ou le manques de matériaux nous enpécherai d'atteindre une connaissance non négligeables. En effet, Bergson dans le rire, pense que la connaissance de certaine dimension du réel peut aussi passer par le biais de l'art. L'art nous mettant en contact direct avec les objets tout en mobilisant notre intuition.

Elles peuvent relever de l'interdiction ; Descart limite strictement la maîtrise de la nature par la considération de l'utilité que les hommes peuvent en retirer pour leur bien-être, leur santé, et en fin de compte, leur sagesse. Bacon, quant à lui, estime que la connaissance des ressorts cachés de la nature ne doit pas simplement permettre d'améliorer la conditions de l'homme, elle doit reculer indéfiniment les limites de leur puissance. Elle les incitera à "réaliser toutes les choses possibles". Ainsi, ces deux avis distincts peuvent représenter la société actuelle et nous faire comprendre l'interdiction du clonage.

Ces limites ne font qu'accentuer les limites de notre connaissance.

Les progrès techniques actuelles nous suggère un avancé de nos connaissances scientifiques. La maîtrise expérimentale entraînant la maîtrise technologique, on arrive même a penser que les limites de notre connaissances sont atteintes. Cependant, notre connaissance du réelle ne se limite pas uniquement à la connaissance scientifique, elle excède le champs de la science. De nombreuses limites intérieures ou extérieurs a l'homme font qu'il est difficile d'accéder a la connaissance pures.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Archivé

Ce sujet est désormais archivé et ne peut plus recevoir de nouvelles réponses.

×
×
  • Créer...
spam filtering