Aller au contenu

Lecture Analytique Sur Athalie


duke123

Messages recommandés

Bonjour tout le monde,

Je dois faire 1 lecture analytique sur Atlalie, de Racine (Acte II, scène 7) (cf ci-dessous):

J'espère que vous m'aidez.. Merci d'avance.. :o

Oui, ma juste fureur, et j'en fais vanité,

A vengé mes parents sur ma postérité.

J'aurais vu massacrer et mon père et mon frère,

Du haut de son palais précipiter ma mère,

Et dans un même jour égorger à la fois

(Quel spectacle d'horreur !) quatre-vingts fils de rois :

Et pourquoi ? Pour venger je ne sais quels prophètes,

Dont elle avait puni les fureurs indiscrètes :

Et moi, reine sans coeur, fille sans amitié,

Esclave d'une lâche et frivole pitié,

Je n'aurais pas du moins à cette aveugle rage

Rendu meurtre pour meurtre, outrage pour outrage,

Et de votre David traité tous les neveux

Comme on traitait d'Achab les restes malheureux ?

Où serais-je aujourd'hui, si, domptant ma faiblesse,

Je n'eusse d'une mère étouffé la tendresse ;

Si de mon propre sang ma main versant des flots

N'eût par ce coup hardi réprimé vos complots ?

Enfin de votre Dieu l'implacable vengeance

Entre nos deux maisons rompit toute alliance.

David m'est en horreur, et les fils de ce roi,

Quoique nés de mon sang, sont étrangers pour moi.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

  • E-Bahut
Tragédie en cinq actes de Jean Racine (1691).    Jean Racine : Athalie

Acharnée à se maintenir sur le trône de Jérusalem, l'impitoyable Athalie a fait assassiner ses propres petits-fils. Au lieu de la religion juive, elle pratique à présent le culte sacrilège du dieu phénicien Baal. Retranché dans le Temple, le grand prêtre Joad s'apprête à couronner roi des Juifs le seul survivant de la famille royale, Joas, un enfant. Troublée par un rêve prémonitoire («C'était pendant l'horreur d'une profonde nuit»), qui annonce sa fin, elle exige qu'on lui livre l'enfant.

Après avoir conquis le Temple, Athalie reconnaît en Joas son petit-fils, le descendant de David, auquel les Juifs aussitôt se rallient. Abandonnée, Athalie trouve hors du Temple une mort terrifiante.

À la demande de Mme de Maintenon, ce sombre drame fut joué en privé par les demoiselles de Saint-Cyr; ce n'est qu'après la mort de Racine qu'il fut représenté avec la mise en scène à grand spectacle qu'il exigeait.

Les nombreux personnages d'Athalie se débattent dans une intrigue qui allie une intensité exceptionnelle à une profonde cruauté tragique. Athalie, qui marque, avec Esther (1689), un renouvellement de l'art racinien, connut un immense succès.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Archivé

Ce sujet est désormais archivé et ne peut plus recevoir de nouvelles réponses.

×
×
  • Créer...
spam filtering