Aller au contenu

Discrimination religieuse


Qian

Messages recommandés

 

Bonjour

A la rentrée, j'aurai un exposé sur la discrimination religieuse, j'ai commencé mes recherches, mais j'ai aucune idée dans la tête, je n'arrive pas à établir un plan (j'ai commencé par l'introduction, j'ai donné la définition, et je suis entrain de chercher une problématique... j'ai commencé aussi à chercher les parties I/ et II/ )
Quelqu'un peut me donner des conseils/ suggestions:  de quoi je dois parler?

I/ Discrimination religieuse en France:

a) ...
b)...

II/ Discrimination religieuse dans le monde:

a)...
b)...
 
ou
 
Introduction
- amorce
-définition
- problématique
- annonce du plan
 
I/ Les causes de la discrimination religieuse
 
a) ...
b)...
 
II/ Les conséquences
a)...
b)...
 
III/ Les solutions
a)...
b)...
 
Conclusion
- répondre à la problématique
- 1 à 2 phrases qui ouvre sur un autre sujet


Merci pour l'aide
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Bonjour,

Je pense que tu devrais t'en tenir à ton plan No 2, et rester sur les discriminations religieuses en France, parce que, dans le monde, vraiment, le sujet est immense...

Quelle définition de "discrimination" as-tu trouvée ? J'aime bien celle-là : "Mise à part d'un groupe social ou ethnique à son détriment".

En France, sans remonter à la révocation de l'Édit de Nantes (1685) et à l'exil massif des protestants, un bref rappel historique sur la séparation des Églises et de l'État (loi de 1905) serait bienvenu. Rappeler aussi que l'article premier de la Constitution de 1958 stipule que "La France est une République indivisible, laïque, démocratique et sociale. Elle assure l'égalité devant la loi de tous les citoyens sans distinction d'origine, de race ou de religion. Elle respecte toutes les croyances." En vertu de ce texte, il ne devrait pas donc pas y avoir de discriminations, quels que soient leurs fondements, et s'il y en a, elles sont illégales.

Pourtant, bien sûr, il y a des discriminations, notamment à l'embauche. Elles sont mises en lumière par toutes les enquêtes et par les "testings" (présentations de faux curriculum vitae avec des références absolument identiques, mais des noms différents.) Il a été établi que, bien souvent, à qualification égale, le candidat prénommé Mohamed avait moins de chance d'obtenir un emploi que celui prénommé Michel ou Jean-Luc.

Mais s'agit-il vraiment d'une discrimination "religieuse" ? En effet, la loi interdit à un recruteur de demander à un postulant quelle est sa religion (ou ses opinions politiques, ou son orientation sexuelle, ou tout ce qui relève de la sphère strictement privée). Voir article 225-1 et suivants du Code Pénal.

Tu liras avec grand profit l'enquête de l'Institut Montaigne, un "think tank" (groupe de réflexion) qui s'est penché sur ce sujet :

http://www.institutmontaigne.org/fr/publications/discriminations-religieuses-lembauche-une-realite

D'après les tests réalisés par cet Institut (il est indispensable de lire tous les items de la "Foire aux questions" pour avoir une idée de la méthodologie employée et de la pertinence de l'enquête), oui, il s'agit vraiment de discrimination religieuse et pas seulement ethnique. Ainsi, dans l'esprit de beaucoup de recruteurs, "maghrébin" se confond avec "musulman" et entraîne un rejet fondé sur des stéréotypes (prière au travail, relations avec les femmes, etc.)

Tu trouveras beaucoup d'éléments sur les causes et les conséquences de la discrimination. Pour les solutions, hélas, elles semblent bien inefficaces. L'organisme qui était officiellement chargé de les combattre, la Halde (Haute Autorité de Lutte contre les Discriminations et pour l'Égalité) a été dissout en 2011 et ses attributions ont été confiées à un "Défenseur des Droits". Voir :

http://www.defenseurdesdroits.fr/fr/competences/missions-objectifs/lutte-contre-les-discriminations

Voir aussi, au niveau européen :

http://ec.europa.eu/justice/discrimination/index_fr.htm

Il est très difficile de combattre les discriminations religieuses (ou même ethniques), car il est très difficile de les prouver. Un employeur pourra toujours avancer une bonne raison pour affirmer que le CV de Jean-Marie lui a paru plus adapté au poste que celui de Mohamed, sans que, bien sûr, à aucun moment, le prénom et l'origine supposée du candidat ne soient entrés en ligne de compte. Et les petites amendes infligées aux très rares qui se font pincer n'ont pas un grand effet dissuasif...

La "discrimination positive" pourrait-elle être une solution ? À toi de réfléchir à cette problématique...

Cordialement,
PMV

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Archivé

Ce sujet est désormais archivé et ne peut plus recevoir de nouvelles réponses.

×
×
  • Créer...
spam filtering