Aller au contenu

Dom Juan Acte Iii Scene 2


sweety

Messages recommandés

pouvez vous m'aider a trouver des axes et quelques pistes pour cette lecture analytique. la question est : monter que la tension s'accentue au fil du texte.

et la scene est

Acte III scene 2

DOM JUAN, SGANARELLE, UN PAUVRE*.

SGANARELLE.- Enseignez-nous un peu le chemin qui mène à la ville.

LE PAUVRE.- Vous n'avez qu'à suivre cette route, Messieurs, et détourner à main droite* quand vous serez au bout de la forêt. Mais je vous donne avis que vous devez vous tenir sur vos gardes, et que depuis quelque temps il y a des voleurs ici autour.

DOM JUAN.- Je te suis bien obligé, mon ami, et je te rends grâce de tout mon cœur*.

LE PAUVRE.- Si vous vouliez, Monsieur, me secourir de quelque aumône.

DOM JUAN.- Ah, ah, ton avis est intéressé, à ce que je vois.

LE PAUVRE.- Je suis un pauvre homme, Monsieur, retiré tout seul dans ce bois depuis dix ans*, et je ne manquerai pas de prier le Ciel qu'il vous donne toute sorte de biens.

DOM JUAN.- Eh, prie-le qu'il te donne un habit, sans te mettre en peine des affaires des autres.

SGANARELLE.- Vous ne connaissez pas Monsieur, bon homme, il ne croit qu'en deux et deux sont quatre, et en quatre et quatre sont huit.

DOM JUAN.- Quelle est ton occupation parmi ces arbres?

LE PAUVRE.- De prier le Ciel tout le jour pour la prospérité des gens de bien qui me donnent quelque chose.

DOM JUAN.- Il ne se peut donc pas que tu ne sois bien à ton aise.

LE PAUVRE.- Hélas, Monsieur, je suis dans la plus grande nécessité du monde.

DOM JUAN.- Tu te moques; un homme qui prie le Ciel tout le jour, ne peut pas manquer d'être bien dans ses affaires.

LE PAUVRE.- Je vous assure, Monsieur, que le plus souvent je n'ai pas un morceau de pain à mettre sous les dents*.

DOM JUAN.- Voilà qui est étrange, et tu es bien mal reconnu de tes soins; ah, ah, je m'en vais te donner un Louis d'or tout à l'heure*, pourvu que tu veuilles jurer.

LE PAUVRE.- Ah, Monsieur, voudriez-vous que je commisse un tel péché?

DOM JUAN.- Tu n'as qu'à voir si tu veux gagner un Louis d'or ou non, en voici un que je te donne si tu jures, tiens il faut jurer.

LE PAUVRE.- Monsieur.

SGANARELLE.- Va, va, jure un peu, il n'y a pas de mal.

DOM JUAN.- Prends, le voilà, prends te dis-je, mais jure donc.

LE PAUVRE.- Non Monsieur, j'aime mieux mourir de faim.

DOM JUAN.- Va, va, je te le donne pour l'amour de l'humanité, mais que vois-je là? Un homme attaqué par trois autres? La partie est trop inégale, et je ne dois pas souffrir cette lâcheté.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

  • E-Bahut

Pendant des siecles, la royaute s'est appuye esclusivement sur l'aristocratie pour assurer son pouvoir. l'aristocratie vivait des taxes sur ses domaines... Au fur et a mesure que l'etat s'est consolide, son budget a augmente. Il y a donc eut un transfers des taxes et du pouvoir de l'aristocratie vers l'etat.

A la mort de Louis XIII. La France est en guerre. L'etat ne peut se financer. Le pays est extrement appauvri. Mazarin taxe les proprietaires fonciers et les bourgeois. C'est l'administration de l'etat qui se revolte en premier et exige un plus grand pouvoir de la royaute. Charles 1er, roi d'angleterre vaincu dans une guerre civile est condamne a mort. la noblesse de robe abdique de peur de disparaitre avec la royaute Francaise dont depend son status. Pensant la royaute afaibli, les grands nobles essayent de s'emparer du pouvoir. etc Vague apres vague de groupes sociaux se sont elever contre le pouvoir de Mazarin. Tous voulaient limiter l'absolutisme et exercer un contrôle sur le gouvernement, mais chacun entendait que ce fût à son profit

http://fr.encyclopedia.yahoo.com/articles/ni/ni_154_p0.html

Lorsque Moliere ecrit Dom Juan en 1665, le roi louis XIV a 27 ans. de son experience avec la fronde a dix ans, il derive une volonte implacable de ne pas partager le pouvoir.

Dom Juan est un grand seigneur, imperieux, insensible a la peur, superbement vetu et suprement elegant dans ses manieres. L'image de la haute noblesse.

Mais une haute noblesse vaincue. Pas de guerre, pas de pouvoir reel. le hero oisif bat la campagne.

le pere de Dom Juan s'identifie avec le mythe de la noblesse dont la "vertu" est le principe.

Et qu'avez-vous fait dans le monde pour estre Gentilhomme? croyez-vous qu'il suffise d'en porter le nom et les armes, et que ce nous soit une gloire d'estre sorty d'un sang noble, lors que nous vivons en infames? non, non, la naissance n'est rien où la vertu n'est pas. Aussi nous n'avons part à la gloire de nos Ancestres, qu'autant que nous nous efforçons de leur ressembler, et cét éclat de leurs actions qu'ils répandent sur nous, nous impose un engagement de leur faire le mesme honneur, de suivre les pas qu'ils nous tracent, et de ne point degenerer de leurs vertus, si nous voulons estre estimez leurs veritables descendans

acte IV scene IV

lorsque Dom Juan se confronte a la vertu, il sagit donc de bien plus que le simple desoeuvrement d'un libertin qui cherche a s'amuser a travers la souffrance des autres.

le pauvre est il virtieux, idiot, interesse? Ce dialogue est donc une sorte de debat.

Par exemple, est-il toujours courageux de resister a l'enemi. Est-ce courageux lorsque l'on sait que l'on ne peut gagner et que l'on va mourir, ou est-ce de la betise... definir le courage n'est pas aise.

De meme, dans ce dialogue, c'est une certaine conception de la vertu qui est mise en cause a mon avis.

est-ce que ces idees t'aident?

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

  • E-Bahut
merci beaucoup mais je cherchait en fait plus des idee d'axe en rapport avec la question que des information biographique
Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Ayant étudié Don Juan cette année j´ai comme axes à te proposer :

Je fait une analyse thématique:

1ºAXE : le vice contre la vertu

-a ) D.J le libertin ( d´abord poli et reconnaissant mais sent vite une situation pour s´amuser )

-b ) Le pauvre vertueux ( symbole de la religion contemplative )

-c ) Sganarelle ( il remplit son rôle mais ne peut s´empêcher de sortir de son rôle " Vous ne connaissez pas Mons , bon homme : il ne croit qu en 2 et 2 son 4 et 4 et 4 sont 8 " Besoin de fanfaronner devant un inférieur ( le pauvre).

Les choses se gâtent et la scène devient provocante à partir du jeu avec l´argent.

2º AXE : une scène trop osée

-a ) D.J le blasphémateur , il cherche à faire blasphémer le pauvre or autrefois il été interdit de faire blasphémer c´était puni ; en D.J est un noble ( donc chose qu´il ne doit pas faire ).

-b ) Le pauvre incorruptible , " Ah monsieur voudriez vous que je commisse un tel péché ? Non monsieur , j´aime mieux mourir de faim " Le pauvre donne une leçon au noble décadent.Les registre dramatique et tragique prennent le deçu.

-c ) Sganarelle au bon coeur : " Va , va jures un peu , il n´y a pas de mal " Au désir d´en finir et faire cesser le jeu.Il sait que ce que fait là D.J est mal et qu il pourrait en perdre son maître.

Voilà j´espère que celà t´aidera - Passe de bonne fête de bonne année @+ B)

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Archivé

Ce sujet est désormais archivé et ne peut plus recevoir de nouvelles réponses.

×
×
  • Créer...
spam filtering
spam filtering