Aller au contenu

Archivé

Ce sujet est désormais archivé et ne peut plus recevoir de nouvelles réponses.

mermaid13

Faut-il Privatiser La Sécurité Sociale En France?

Messages recommandés

bonjour, j'ai un rapport à rendre sur ce sujet passionnant. je suis à la recherche d'idées (pour et contre) pour pouvoir construire quelque chose de consistant.

voici en gros les quelques idées que j'ai:

PROBLEMES ACTUELS

• Le coût de la sécu dépasse chaque année le montant des cotisations ce qui conduit à augmenter régulièrement les cotisations et diminuer les prestations.

• On assiste à une augmentation des cotisations sociales puis à une baisse des prestations sociales (pour réduire le niveau des prestations, on accroît le lien entre cotisation et prestation).

• Société de plus en plus inégalitaire : existence de nombreux régimes spécifiques (minima sociaux) mais en même temps on observe que de – en – de chômeurs sont indemnisés et que le montant des indemnités de chômage a diminué (il en est de même pour les pensions retraite). dualisation du système français : ceux qui relèvent de l’assurance et ceux qui relèvent de la solidarité.

• Sécu accusée de favoriser le dvp du chômage car il y a trop de charges qui pèsent sur les entreprises, ce qui les empêchent d’embaucher (pertes d’emploi et de richesses qui à leur tour tarissent les recettes de la sécu). D’où la création de la CSG d’où une fiscalisation progressive de la sécu.

DANGERS D UN ETAT QUI DIRIGE LA SECU SOCIALE

• L’Etat détient le monopole donc on est en droit de le voir comme responsable des difficultés de la sécu. Il décide des dépenses à faire, des prix des médicaments en pharmacie…Il rembourse des traitements de + en + chers et de – en – nombreux (alors que l’optique et les soins dentaires sont très mal pris en charge) donc de moins en moins de personnes sont remboursées. Les prélèvements sont collectifs alors qu’il semble que les dépenses soient individuelles.

• On l’accuse de se cacher derrière le déficit de la sécu (bouc émissaire) alors que le véritable problème réside dans le fondement même de notre régime de protection sociale et les principes de notre politique de santé. En 2003, selon la Cour des comptes, entre les recettes fiscales qui ne lui ont pas été versées par l’Etat (exonérations de cotisations sociales accordées au patronat) et les coûts indus qu’elle a supportés, la Sécu a été privée de 20,8 milliards d’euros du fait de choix gouvernementaux, dont 3,3 milliards de taxes sur les alcools et 7,8 milliards de taxes sur le tabac.

POUR LA PRIVATISATION

• Laisser les français assurer leur santé comme ils le veulent (les problèmes se règleront si on laisse faire les gens concernés) (on aura paiement direct des consultations courantes et assurance que pour les gros risque). D’où une simplification administrative. L’Etat intervient que pour obliger chacun à s'assurer, définir des prestations minimales (de façon à éviter la sélection des risques par les compagnies d'assurance ou les mutuelles), et fournir une assistance directe à ceux qui ne sont pas en mesure de s'assurer eux-mêmes.

• Concurrence dans ce secteur donc optimisation des ressources et fin de la pénurie. Comme cela a été constaté dans tous les domaines où l'Etat a supprimé le contrôle des prix, certains prix augmenteront, d'autres diminueront.

CONTRE LA PRIVATISATION

• Un système libéral entraînerait une médecine à 2 vitesses : la course au profit au détriment des patients, les malades les plus graves et les moins rentables seraient laissés à l’abandon. La santée deviendrait un luxe (à quel prix pourra t’on se payer une assurance ?) Avec les compagnies privées et les mutuelles, les tarifs seraient en fonction des risques alors qu’avec la sécu, ils sont proportionnels aux revenus.

• Injustice : A condition égale, deux personnes auront des prélèvements sociaux identiques, par contre ils auront des prestations différentes selon que la pathologie dont ils soufrent est digne de soins et que les médicaments dont ils ont besoin ont un " service médical rendu " suffisant (tout n’est pas remboursé). Si votre situation s’améliore, vos cotisations augmentent, mais vous n’êtes pas mieux couverts. Résultats de la privatisation de la santé et de l’assurance-maladie : 18 millions d’enfants états-uniens sans accès aux soins au moins pendant une période de l’année!

• l'Etat est très interventionniste en ce qui concerne la manière de gérer les soins: (contrôle des investissement et des infrastructures, contrôle des métiers de la santé (exercice illégale de la médecine, par exemple), contrôle des thérapies et médicaments (mise sur le marché contrôlé, interdiction de la publicité, distribution contrôlée)). Si privatisation, les médicaments seraient en vente libre au supermarché ? L’industrie pharmaceutique en produirait sans contrôle ?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
bonjour, j'ai un rapport à rendre sur ce sujet passionnant. je suis à la recherche d'idées (pour et contre) pour pouvoir construire quelque chose de consistant.

voici en gros les quelques idées que j'ai:

PROBLEMES ACTUELS

• Le coût de la sécu dépasse chaque année le montant des cotisations ce qui conduit à augmenter régulièrement les cotisations et diminuer les prestations.

• On assiste à une augmentation des cotisations sociales puis à une baisse des prestations sociales (pour réduire le niveau des prestations, on accroît le lien entre cotisation et prestation).

• Société de plus en plus inégalitaire : existence de nombreux régimes spécifiques (minima sociaux) mais en même temps on observe que de – en – de chômeurs sont indemnisés et que le montant des indemnités de chômage a diminué (il en est de même pour les pensions retraite). dualisation du système français : ceux qui relèvent de l’assurance et ceux qui relèvent de la solidarité.

• Sécu accusée de favoriser le dvp du chômage car il y a trop de charges qui pèsent sur les entreprises, ce qui les empêchent d’embaucher (pertes d’emploi et de richesses qui à leur tour tarissent les recettes de la sécu). D’où la création de la CSG d’où une fiscalisation progressive de la sécu.

DANGERS D UN ETAT QUI DIRIGE LA SECU SOCIALE

• L’Etat détient le monopole donc on est en droit de le voir comme responsable des difficultés de la sécu. Il décide des dépenses à faire, des prix des médicaments en pharmacie…Il rembourse des traitements de + en + chers et de – en – nombreux (alors que l’optique et les soins dentaires sont très mal pris en charge) donc de moins en moins de personnes sont remboursées. Les prélèvements sont collectifs alors qu’il semble que les dépenses soient individuelles.

• On l’accuse de se cacher derrière le déficit de la sécu (bouc émissaire) alors que le véritable problème réside dans le fondement même de notre régime de protection sociale et les principes de notre politique de santé. En 2003, selon la Cour des comptes, entre les recettes fiscales qui ne lui ont pas été versées par l’Etat (exonérations de cotisations sociales accordées au patronat) et les coûts indus qu’elle a supportés, la Sécu a été privée de 20,8 milliards d’euros du fait de choix gouvernementaux, dont 3,3 milliards de taxes sur les alcools et 7,8 milliards de taxes sur le tabac.

POUR LA PRIVATISATION

• Laisser les français assurer leur santé comme ils le veulent (les problèmes se règleront si on laisse faire les gens concernés) (on aura paiement direct des consultations courantes et assurance que pour les gros risque). D’où une simplification administrative. L’Etat intervient que pour obliger chacun à s'assurer, définir des prestations minimales (de façon à éviter la sélection des risques par les compagnies d'assurance ou les mutuelles), et fournir une assistance directe à ceux qui ne sont pas en mesure de s'assurer eux-mêmes.

• Concurrence dans ce secteur donc optimisation des ressources et fin de la pénurie. Comme cela a été constaté dans tous les domaines où l'Etat a supprimé le contrôle des prix, certains prix augmenteront, d'autres diminueront.

CONTRE LA PRIVATISATION

• Un système libéral entraînerait une médecine à 2 vitesses : la course au profit au détriment des patients, les malades les plus graves et les moins rentables seraient laissés à l’abandon. La santée deviendrait un luxe (à quel prix pourra t’on se payer une assurance ?) Avec les compagnies privées et les mutuelles, les tarifs seraient en fonction des risques alors qu’avec la sécu, ils sont proportionnels aux revenus.

• Injustice : A condition égale, deux personnes auront des prélèvements sociaux identiques, par contre ils auront des prestations différentes selon que la pathologie dont ils soufrent est digne de soins et que les médicaments dont ils ont besoin ont un " service médical rendu " suffisant (tout n’est pas remboursé). Si votre situation s’améliore, vos cotisations augmentent, mais vous n’êtes pas mieux couverts. Résultats de la privatisation de la santé et de l’assurance-maladie : 18 millions d’enfants états-uniens sans accès aux soins au moins pendant une période de l’année!

• l'Etat est très interventionniste en ce qui concerne la manière de gérer les soins: (contrôle des investissement et des infrastructures, contrôle des métiers de la santé (exercice illégale de la médecine, par exemple), contrôle des thérapies et médicaments (mise sur le marché contrôlé, interdiction de la publicité, distribution contrôlée)). Si privatisation, les médicaments seraient en vente libre au supermarché ? L’industrie pharmaceutique en produirait sans contrôle ?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

email reçu :

Pour combler le déficit de la sécu, nos chers gouvernants ont trouvé que le mieux, cétait encore de nous faire payer ...

Dorénavant, sur une consultation médicale, nous allons devoir verser 1 Euro

Nous allons être hyper contrôlés lors de nos arrêts maladie,

Nous allons devoir consulter un généraliste avant de voir un spécialiste,

Pour tout traitement de plus de 91 EUR, nous en serons de 18 EUR de notre poche

Toutes ces mesures sont destinées à combler le fameux trou qui est à ce jour de 11 milliards deuros

Or, savez-vous que :

- Une partie des taxes sur le tabac, destinée à la Sécu nest pas reversée : 7,8 milliards

- Une partie des taxes sur lalcool, destinée à la Sécu nest pas reversée : 3,5 milliards

- Une partie des primes dassurances automobiles destinée à la Sécu nest pas reversée : 1,6 milliards

- La taxe sur les industries polluantes destinée à la Sécu nest pas reversée : 1,2 milliards

- La part de TVA destinée à la Sécu nest pas reversée : 2 milliards

- Retard de paiement à la Sécu pour les contrats aidés - 2,1 milliards

- Retard de paiement par les entreprises - 1,9 milliards

En faisant une bête addition, on arrive au chiffre de 20 milliards dEuro.

Conclusion, si les responsables de la Sécu et nos gouvernants avaient fait leur boulot efficacement et surtout honnêtement, les prétendus 11 milliards de trou seraient aujourdhui 9 milliards dexcédent.

Ces chiffres sont issus du rapport des comptes de la Sécu

Fin demail...

Evidement, la sécurité sociale en déficit est bien pratique à plus dun point, notament celui qui force le français à sen sentir responsable et qui permet de lui faire gober moultes mesures à retirer de son porte-monaie.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Oui tu as tout à fait raison gloryforixseal !! Le trou est dû à tous ces impayés qui s'accumulent ! Et on s'étonne que les hôpitaux n'ont plus d'argent ?!

J'ai entendu ce matin à la radio cette histoire de vouloir contrôler les quelques 1000 médecins qui donneraient soit-disant des arrêts maladie à la louche !! Mais qu'en est-il d'un vrai contrôle des bénéficiaires de la CMU qui ne paient rien du tout, pas même le 1 euro symbolique de la consultation ou les 50 centimes par boîte de médocs !!?? Mais c'est exactement le même problème que pour tous ces logements HLM de 4 ou 5 pièces occupés par un couple voire une seule personne âgée, quand des familles avec 2, 3 ou plus d'enfants s'entassent des années dans des conditions abominables ??

Je ne pense pas que privatiser la sécu soit une bonne chose, car seuls les riches pourront se soigner, mais je ne suis pas pour une aide sans limite de temps et sans contrôle régulier !

M'enfin, comme toutes les taxes, au final, celui qui paie, c'est le salarié moyen !!

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

×