Aller au contenu

Archivé

Ce sujet est désormais archivé et ne peut plus recevoir de nouvelles réponses.

razmoket

Quelles Sont Les Conséquences Du Progrès Technique Sur L'emploi?

Messages recommandés

Salut

Je suppose qu'en cours tu as etudie le progres technique et les consequences, comment il agit sur l'emploi, non ?

Sinon, tu peux aussi bien faire quelques recherches sur le progres technique afin de mieux voir ce que c'est exactement.

Cette dissertation, bien qu'elle soit en eco n'a rien de different a une dissert en francais ou en philo. Donc, tu dois d'abord faire le travail preparatoire a toute dissertation. Sans cela, tu ne peux pas avoir de plan.

Tu dois d'abord definir les termes de ton sujet : qu'est ce qu'une consequence ? Qu'est ce que le progres technique ? L'emploi ? Comment le progres technique est il lie a l'emploi ? Et finalement quelles en sont les consequences?

Tu dois marquer tout ce qui te passe par la tete : exemple, avec le progres technique, il y a mecanisation de l'emploi donc perte d'emploi. Or, selon je ne sais plus quel philosophe, cette destruction est une destruction creatrice puisque de nouveaux emplois vont naitre a cause de ces machines.. Or, on peut se demander si le pauvre mec qui faisait la chaine peut se reconvertir en ingenieur.

Voila quelques idees, a toi de me donner ton travail afin que je puisse taider..

Julie

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

I - Aspects théoriques

A - Les données du problème

1. Mesures de la productivité

à Productivités apparentes du travail ; productivité du capital ; productivité globale des facteurs

à S'agissant de l'évolution de l'emploi, l'analyse de la productivité du travail est indispensable (cf. document 3).

à Cependant, c'est la productivité globale qui rend compte de l'intégralité du progrès technique. Il ne faut donc pas assimiler l'évolution de la productivité du travail à l'évolution des effets du progrès technique car les deux productivités peuvent évoluer différemment (en raison notamment d'un changement de la combinaison de production vers plus d'intensité dans l'un ou l'autre des facteurs : substitution du capital au travail par exemple - cf. document 6)

2. Cas de figure d'une augmentation de la productivité du travail

à L'examen du rapport (productivité) met en évidence 5 situations possibles : DP° ä ää ä à æ

DL à ä æ æ ææ

à Il existe un cas dans lequel la hausse de la productivité du travail n'implique pas une diminution de la quantité de travail : celui où la production progresse plus que la productivité.

à En outre, il faut noter que les effets restrictifs sur l'emploi des gains de productivité peuvent être atténués voire annulés par une diminution du temps de travail (cf. document 5) si l'on retient la productivité horaire du travail (plus d'emplois pour la même quantité d'heures de travail collectivement).

3. Variation de l'emploi et variation du chômage

à Les deux variations doivent être distinguées : taux de flexion = æ du chômage / créations nettes d'emplois x 100 ; causes : évolution de la population active (et conjoncture) (; productivité et temps de travail bien sûr)

à Rappel sur l'aspect conventionnel de la définition du chômage ; halo du chômage

Transition : toutes choses égales par ailleurs, c'est l'augmentation de la production, donc la croissance (somme des VA), qui dynamise l'emploi et la regression du chômage. Or, variation de la production et variation de la productivité ne sont pas indépendants (cf. document 5)

B - Progrès technique, croissance et emploi

1. Comment le progrès technique peut faire augmenter la demande solvable (cf. document 4)

à A la base : la baisse des prix

à Effets sur les marchés où s'exercent la baisse des prix : effets dépendant de l'élasticité de la demande au prix

à Effets sur l'apparition de nouveaux marchés : théorie du déversement d'A. Sauvy (1980)

2. Comment le progrès technique peut faire croître l'offre

à Activités "vivant" du progrès technique : production et maintenance des machines (cf. document 4) ; R&D, formation, conseil d'entreprises ...

à Génèse d'innovations en grappes : distingo innovations de procédés / de produits ; d'après Schumpeter dynamique ; on peut donc dire que le progrès technique peut favoriser la création de nouveaux produits c'est-à-dire qu'une offre supplémentaire (tout comme les innovations de produits peuvent se transformer en innovations de procédés). Certes, il y a déclassement mais le bilan est globalement positif. C'est une destruction créatrice. Pour Schumpeter, les innovations sont essentielles pour la croissance. Rôle précurseur de l'auteur sur la croissance endogène (avant l'heure).

à Une croissance endogène : Romer et Lucas fin 80's ; externalités positives du progrès technique (capital humain, technologique, technique et public) qui s'auto-entretient favorisant la croissance.

3. Les effets sur l'emploi

à Si la croissance est purement intensive (quelquesoit son niveau), l'emploi risque de ne pas progresser et même de régresser (en fonction de l'évolution des autres facteurs : population active, temps de travail, combinaison des facteurs de P°).

à Si la croissance est au moins pour partie extensive (et sans substitution du capital au travail), l'emploi doit progresser ce qui est propice à un recul du chômage.

à Par définition, le progrès technique joue un rôle fondamental dans la croissance intensive mais les ressorts de la croissance endogène et de la genèse des innovations (évoqués ci-dessus) laissent penser qu'il peut aussi contribuer à une croissance de type extensif c'est-à-dire faisant appel à des facteurs de production supplémentaires et notamment à du travail.

Transition : analyse des faits grâce à l'éclairage des éléments théoriques

II - Aspects factuels

A - Variation du chômage et variation de la productivité

1. Evolution du chômage dans la deuxième moitié du XXème siècle dans les PDEM

à En France : peu de chômage avant les années 70 (un peu quand même dans les années 60 : création Anpe) ; hausse quasi-continue à partir du 1er choc pétrolier jusqu'en 97 tant en effectifs qu'en taux de chômage, record de 97 à 3,2 millions de chômeurs soit un taux de 12,6 % environ ; décrue ensuite jusqu'en 2002 avec environ 9 %. Remarque : on s'en tient ici à la définition BIT du chômage.

à Autres PDEM : des différences sur le niveau des taux (plus élevés en Europe qu'aux EU et au Japon, plus élevé en France que dans le reste de Europe avec une atténuation de l'écart à la fin de la décennie 90) ; mais une hausse du chômage dans tous les PDEM (faible au Japon) à partir de la décennie 70.

2. Evolution de la productivité

à Globalement, les gains de productivité (globale) ont largement contribué à la croissance des trente glorieuses. Sur 5 % de croissance annuelle en moyenne dans les PDEM de 1945 à 1975, la moitié (soit 2,5 %) ou plus selon les pays (cas de la France) provenaient de la hausse de la productivité globale. (source extérieure : Flouzat, Economie contemporaine, tome3, pages 130 et suiv.)

à Dans les années 60, en France, la hausse de la productivité du travail (cf. document 3) se situe à peu près au niveau du taux de croissance annuel moyen de l'économie française au cours des 30 glorieuses : soit environ +5%.

à Cela s'explique par le fait que la productivité du capital a crû plus faiblement voire stagné sur certaines périodes.

3. Enseignements de la comparaison

à Les gains de productivité importants enregistrés pendant les 30 glorieuses ont côtoyé le plein emploi.

à Le chômage massif est apparu à un moment où les gains de productivité faiblissaient. Sur le document 3, une corrélation positive non négligeable semble apparaître entre variation du nombre d'emplois et variation de la productivité du travail (une comparaison avec la productivité globale aurait été utile) sauf exception comme en 1993 (en cause cette année, la baisse du PIB français d'environ 1 %).

à Cela ne signifie pas que le progrès technique n'a aucune incidence sur le chômage mais que selon le contexte, il peut jouer un rôle positif (en cas de forte croissance) ou un rôle négatif (en cas de recession). Aux EU, les gains de productivité (globale) ont connu une accélération au cours de la décennie 90 en même temps que le taux de chômage reculait de 2 points (de 6,6 % dans la première moitié de la décennie à 4,6 % dans la deuxième moitié - source : problèmes économiques n°2718) dans un contexte de forte croissance (plus de 4% en moyenne).

à En outre, chaque pays est différent : la croissance y est plus ou moins intensive. Autrement dit, sa croissance y est plus ou moins riche en emplois. Celle de la France, plutôt pauvre auparavant semble s'être enrichie récemment.

Transition : s'agissant des EU, une étude a fait apparaître que les entreprises, qui avaient profité de l'informatisation pour réorganiser le travail, avait augmenté leur productivité plus que celles qui avait informatisé sans autres changements organisationnels (problèmes économiques n°2720 p20). Cela rappelle (cf. définition dans l'introduction) que le progrès technique ne passe pas seulement par le capital technique. En transformant le travail, il influence aussi la physionomie du chômage.

B - Le progrès technique passe par des transformation du travail et de l'emploi qui contribuent à façonner le chômage.

1. Les restructurations

à L'évolution des trois grands secteurs d'activité, primaire, secondaire et tertiaire, illustre bien les effets du progrès techniques combinés à ceux de l'évolution de la demande solvable adressée au secteur. Exemple du secteur primaire : demande peu dynamique conjuguée à un fort progrès technique provoquant une fonte des effectifs du secteur. Illustration également du déversement du primaire vers le secondaire et du secondaire vers le tertiaire.

à Au niveau des branches : baisse des effectifs dans certaines ; hausse dans d'autres. Il faut remarquer ici que le progrès technique peut jouer dans le sens contraire de celui couramment admis. En effet, des gains de productivité insuffisants ne permettent pas de rester compétitif dans un environnement international concurrentiel. Par exemple, des progrès techniques inconnus à ce jour auraient peut-être permis au textile français de rivaliser avec l'asie ou l'afrique et de maintenir plus d'emplois.

à Conséquences sur le chômage : pour ceux qui ne sont pas partis à la retraite ou (re)devenus inactifs : recherche d'un nouvel emploi d'où

- l'accroissement d'un chômage frictionnel (concernant ceux qui retrouvent rapidement un emploi ou qui travaille en intérim)

- le développement d'un chômage structurel lié à l'inadaptation des qualifications

2. L'augmentation des qualifications (rappel : relève bien du progrès technique)

à Perceptible en France à travers l'évolution des PCS (forte croissance des PCS de salariés les plus qualifiés) ; chez Renault (cf. document 2) ; cela ne signifie pas que la qualification est élevée pour tous les actifs.

à Conséquences sur le chômage : dans un contexte de restructuration et de chômage, l'élévation des qualifications tend à une sélection à l'embauche par ce critère ce qui produit une certaine surqualification des postes (cf. document 6). Les victimes en sont les actifs les moins qualifiés dont on sait que le taux de chômage est supérieur à la moyenne. Ce sont aussi les jeunes a fortiori peu qualifiés qui ne disposent pas d'expérience professionnelles . Pour ces derniers, on peut parler de chômage d'insertion (le taux de chômage des jeunes est d'environ deux fois le taux moyen). Pour les non qualifiés, point le risque d'un chômage d'exclusion au fur et à mesure que la durée de chômage s'étend. Le chômage d'exclusion existe bel et bien puisque la durée moyenne du chômage en France dépasse un an (chômage de longue durée). L'apparition du terme affreux d'inemployabilité en dit long. Sans parler des "chômeurs découragés" puisqu'ils ne sont pas chômeurs.

à D'un pays à l'autre : reste l'option d'emplois très peu qualifiés comme certains emplois de services aux particuliers (pompiste, serveur, groom ...). Ces emplois sont plus développés dans certains PDEM que dans d'autres. Ainsi aux EU, ils contribuent à limiter le chômage. S'agissant de services territorialisés, ils font partie des secteurs abrités (non exposés à la concurrence internationale) et n'ont pas d'impératif de productivité. Ce type d'emploi ne trouve pas sa place en Europe et notamment en France (cf. Philippe d'Iribarne, le chômage paradoxal 1990)

3. Les changements dans l'organisation du travail

à L'OST : ayant largement contribué à la hausse de la productivité au cours d'une bonne partie du XXème siècle, elle a aussi permis d'embaucher une main d'oeuvre abondante puisqu'elle faisait appel à du travail non qualifié (l'OS) issue pour partie de l'exode rural.

Remarque (de portée limitée) : l'OST s'est accompagnée d'une augmentation de la taille des entreprises pour produire en grande série et réaliser des économies d'échelle, ce qui a favorisé la salarisation de la population active et accru le risque de chômage que par définition les indépendants ne connaissent pas (tant qu'ils le restent).

à Les NFOT : faisant appel à une qualification généralement plus élevée, leur généralisation contribue à exclure de l'emploi les actifs non qualifiés notamment ceux issus de l'OST.

à La flexibilité quantitative externe : elle contribue également à creuser l'écart entre les actifs qualifiés et les actifs non qualifiés, puisque ne faisant pas partie du personnel d'un employeur (entreprise ou administration) durablement, les intérimaires et personnels en CDD ne bénéficient pas des actions de formation de l'employeur. Formations qui précisément ont souvent pour objet de suivre le progrès technique et qui sont suivies avant tout par les plus diplômés (cf. problèmes économiques n°2718 p23).

Conclusion :

Les liens entre progrès technique et chômage sont assez complexes. Quantitativement, une réponse tranchée n'est pas possible mais on aura compris que le niveau de la croissance permise par le progrès technique joue un rôle essentiel. Qualitativement, le progrès technique bouleverse les qualifications et fragilise les moins qualifiés.

Au-delà du progrès technique, d'autres facteurs agissent sur le chômage. La démographie compte parmi eux. On prévoit que la population active commencera à décroître en France à l'horizon 2010 et on y trouve matière à espérer une résorption du chômage. Mais les qualifications seront-elles adaptées et adaptables ?

Introduction :

à Accroche : Au milieu des années 90, Jeremy Rifkins publia "la fin du travail" avec moult exemples d'emplois détruits par le progrès technique.

à Définition du progrès technique (tout ce qui contribue à l'amélioration de la productivité : le capital, mais aussi l'élévation des qualifications et l'organisation du travail) et du chômage.

à Le cadre : l'ensemble des économies de marché mais plus particulièrement les PDEM (ayant connu la révolution industrielle) en privilégiant le cas de la France ; au cours du XXème siècle siècle de la salarisation et plus particulièrement sa deuxième moitié pour l'analyse des statistiques.

à Problématique (et plan): progression du chômage dans le dernier quart de siècle en même temps qu'une continuation des changements techniques tels l'informatisation. Pourtant les PDEM ne sont pas tous touchés de la même façon par le chômage alors que le progrès technique semble être plus uniforme. D'où, face à un problème un peu technique et assez complexe une approche en deux temps : théorique pour poser les principaux jalons puis factuelle pour coller à la réalité du chômage.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
soyons honnête un minimum et citons la source de ce superbe plan afin de ne pas s'approprier le mérite des autres : [url="http://www3.ac-clermont.fr/pedago/ses/sujets/term/prog_chomage@fp03.htm"]http://www3.ac-clermont.fr/pedago/ses/suje...homage@fp03.htm[/url]

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
[quote name='razmoket' post='55841' date='23 Nov 2006, 16:58 ']salut à tous
voilà je voulais savoir qi quelqu'un pouvait m'aider à trouver un plan pour ce sujet de dissertation?
merci beaucoup![/quote]


salut, tu pourrais faire une premiere partie en expliquant les conséquence négative a court therme cad le chomage etc... et en seonc plan les consequence positive a long terme comme la création de nouveaux emplois par exemple.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

×