Aller au contenu

dissert sur comique et tragique o théâtrte


anne.bak

Messages recommandés

  • E-Bahut

J’ai un sujet de dissertation à traiter sur le comique et le tragique

au théâtre. Pouvez-vous m’aider ? Voici le sujet :

Dans une comédie de 1918 créée par Sacha Guitry, le mime Debureau

encourage en ces termes un jeune comédien : « A ceux qui font sourire,

on ne dit pas merci ; ça ne fait rien, laisse la gloire à ceux qui font

pleurer. Je sais bien qu’on dit d’eux qu’ils sont les grands artistes

mais tant pis, ne sois pas honoré : on n’honore jamais que les gens qui

sont tristes. (...) Fait rire le public, dissipe son ennui et, s’il te

méprise et t’oublie sitôt qu'il a passé la porte, laisse-le, ça ne fait

rien ... On se souvient si mal de ceux qui vous ont fait du bien. »

Dans un développement composé, argumenté, vous expliquerez et au besoin

discuterez cette opposition entre le comique et le tragique. Vous direz

votre préférence personnelle. Vous appuierez votre travail sur des

exemples précis, empruntés à vos souvenirs littéraires et artistiques.

Ce plan convient-il ?

I Le genre tragique est présenté comme supérieur au genre comique dans

la tradition.

Exemples traditionnels : 17è siècle ( les comédiens n’étaient pas

reconnu dans la société à cette époque) avec Molière, Racine, Corneille;

II Cependant, la transformation du théâtre entraîne unne remise en

cause de cette vision des choses.

Exemples plus récents (théâtre au 19è ou au 2è siècle)

Mais avec ce plan je ne vois pas dans quelle partie il faut que je

mette mon avis personnel, ce qui est demandé par l’énoncé.

Merci de votre aide !!

PS: c à rendre pr la rentrée.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

  • E-Bahut

Excusez-moi mais j’avais des problèmes avec ma connexion. D’abord merci de vos réponses :D (il y a pas mal de forums avec beaucoup de questions mais pas de réponses). Le plan est obligatoirement en deux parties :? (selon la prof) et la partie qui nous semble la plus pertinente doit être la plus grande (donc la deuxième dans mon cas). Voici le plan détaillé :

I TRAGEDIE > COMEDIE DANS TRADITION :

Tragédie est didactique : «Fais rire le public» donc comédie est ludique donc tragédie est didactique.

Selon Aristote, tragédie doit susciter pitié et peur chez spectateur. Toujours selon Aristote, comédie est «la représentation théâtrale du Ridicule.». Donc tragédie plus noble.

Tragédie mieux définie : 3 unités, bienséance, vraisemblance et fin malheureuse alors que pas règles précises pour comédie (donc comédie est plus libre.)

tragédiens ont notoriété : «ne sois pas honoré, on n’honore jamais que les gens qui sont tristes.» Avant 17è s, comédiens n’avaient pas 1 statut social reconnu (méprisés).

II REMISE EN CAUSE DE CETTE IDEOLOGIE :

comédie peut aussi être didactique : cf «l’école des femmes», Molière. Débat entre Arnolphe et Chrysaldee pour savoir si les femmes méritent une édication.

Comédie a aussi des «règles» : personnages sont stéréotypés : vieil avare, valet rusé, etc pour le 17è s (cf Molière) et femme, mari et amant pour plus récent (cf Feydaux et vaudeville).

Aujourd’hui, comédie va dans un autre sens : rire devient griçant voire sinistre : cf Beckett, Ionesco, théâtrte de l’absurde en général. «La cantatrice chauve» fait rire avec dislocation du language mais dénonce en fait une vision pessimiste de l’homme (donc se rapproche de la tragédie.)

Genre tragi-comique à mi-chemin entre tragédie et comédie : cf «le Cid», Corneille (début comme trargédie mais fin heureuse annoncée.)

Mais cette fois c la transition qui coince !!

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

  • E-Bahut

Excusez-moi mais j’avais des problèmes avec ma connexion. D’abord merci de vos réponses :D (il y a pas mal de forums avec beaucoup de questions mais pas de réponses). Le plan est obligatoirement en deux parties :? (selon la prof) et la partie qui nous semble la plus pertinente doit être la plus grande (donc la deuxième dans mon cas). Voici le plan détaillé :

I TRAGEDIE > COMEDIE DANS TRADITION :

Tragédie est didactique : «Fais rire le public» donc comédie est ludique donc tragédie est didactique.

Selon Aristote, tragédie doit susciter pitié et peur chez spectateur. Toujours selon Aristote, comédie est «la représentation théâtrale du Ridicule.». Donc tragédie plus noble.

Tragédie mieux définie : 3 unités, bienséance, vraisemblance et fin malheureuse alors que pas règles précises pour comédie (donc comédie est plus libre.)

tragédiens ont notoriété : «ne sois pas honoré, on n’honore jamais que les gens qui sont tristes.» Avant 17è s, comédiens n’avaient pas 1 statut social reconnu (méprisés).

II REMISE EN CAUSE DE CETTE IDEOLOGIE :

comédie peut aussi être didactique : cf «l’école des femmes», Molière. Débat entre Arnolphe et Chrysaldee pour savoir si les femmes méritent une édication.

Comédie a aussi des «règles» : personnages sont stéréotypés : vieil avare, valet rusé, etc pour le 17è s (cf Molière) et femme, mari et amant pour plus récent (cf Feydaux et vaudeville).

Aujourd’hui, comédie va dans un autre sens : rire devient griçant voire sinistre : cf Beckett, Ionesco, théâtrte de l’absurde en général. «La cantatrice chauve» fait rire avec dislocation du language mais dénonce en fait une vision pessimiste de l’homme (donc se rapproche de la tragédie.)

Genre tragi-comique à mi-chemin entre tragédie et comédie : cf «le Cid», Corneille (début comme trargédie mais fin heureuse annoncée.)

Mais cette fois c la transition qui coince !!

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Archivé

Ce sujet est désormais archivé et ne peut plus recevoir de nouvelles réponses.

×
×
  • Créer...
spam filtering