Aller au contenu

Les Caractères De La Bruyère


experiment

Messages recommandés

  • E-Bahut

Bonjour,

pour vendredi je dois faire le plan détaillé de cette question, et j'avoue avoir quelques difficultés.

L'encyclopédie (1765) affirme que les moralistes du XVIIème siècle sont attachés à faire des portraits finement touchés sans se préoccuper vraiment de la morale.

Expliquer et commenter cette remarque en l'illustrant par ce que vous savez de La Bruyère et des autes moralistes du XVIIème.

Je pensais faire:

I) Le portrait des Grands et des Petits (Satire)

- Exemple d'un Grand

- Exemple d'un Petit

II) La Bruyère, moraliste

III) Autres moralistes

Ce plan ne me parait pas du tout pertinent, je ne suis déjà pas sûre de bien comprendre la question, quand on dit "finement touchés" on entend par là bien écrit ?

Merci

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

  • E-Bahut

juste des idées, ce n'est pas un sujet que je maîtrise...

- a priori, il y a un paradoxe entre l'appellation de "moraliste" et le fait de ne pas se soucier de la morale : pourquoi les a-t-on nommés ainsi s'ils ne s'en préoccupaient pas?

- un portrait "finement touché" : cela comporte autant la finesse du style que la pointe satirique

= les Caractères de La Bruyère, comme ceux de La Rochefoucauld, ou encore de Montesquieu, de Lafontaine, Mme de Sévigné, ont en commun le fait qu'ils sont des archétypes...

en gros, pour faire le portrait d'un individu de manière caricatural (parce qu'un portrait est par définition caricatural, par le fait même qu'on prèlève des éléments de la personnalité d'un individu pour le faire ressortir), il faut le voir, le juger, extraire des aspects critiques, voire satiriques, voire moraux.

- question : est-il besoin de dire explicitement que l'on condamne tel ou tel comprtement pour tenir un discours moralisateur? le fait même de montrer (le principe de "monstration" donc) ne suffit-il pas à mettre l'accent sur un point précis?

bon, en gros, je ferais un plan plus thématique et plus comparatiste (avec peut-être plus d'exemples chez La Bruyère).

par exemple :

I partie générique et définitoire =

- qu'est-ce qu'un moraliste?

- le moraliste selon l'Encyclopédie

II particularités du style =

- finesse du style

- la prosopographie : l'art du portrait physique

- l'éthopée : le portrait moral / la peinture de caractère

le portrait

III la finesse au service de la morale

= la façon dont la forme sert le fond et peut finir par la composer

- est-il possible de dépeindre un caractèe de façon objective, sans avoir recours à une norme, et donc à une morale?

voilà, j'espère que ça te donnera des pistes...

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

  • 3 semaines plus tard...
  • E-Bahut

Bonjour,

je viens donner la correction de ma prof.

En fait, c'était assez simple comme plan.

I) Bien-fondé du constat

II) Les limites du constat

III) La spécificité des moralistes du XVIIème siècle

Voilà, si quelqu'un souhaite plus de renseignements, qu'il n'hésite pas.

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

  • 5 mois plus tard...
Bonjour,

je viens donner la correction de ma prof.

En fait, c'était assez simple comme plan.

I) Bien-fondé du constat

II) Les limites du constat

III) La spécificité des moralistes du XVIIème siècle

Voilà, si quelqu'un souhaite plus de renseignements, qu'il n'hésite pas.

<{POST_SNAPBACK}>

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

  • 5 mois plus tard...
Bonjour,

je viens donner la correction de ma prof.

En fait, c'était assez simple comme plan.

I) Bien-fondé du constat

II) Les limites du constat

III) La spécificité des moralistes du XVIIème siècle

Voilà, si quelqu'un souhaite plus de renseignements, qu'il n'hésite pas.

<{POST_SNAPBACK}>

Lien vers le commentaire
Partager sur d’autres sites

Archivé

Ce sujet est désormais archivé et ne peut plus recevoir de nouvelles réponses.

×
×
  • Créer...
spam filtering
spam filtering