Archivé

Ce sujet est désormais archivé et ne peut plus recevoir de nouvelles réponses.

afreemind

Oradour Sur Glane

15 messages dans ce sujet

Bonjour,voilà je sais que le forum n'est pas fait pour ça mais hier j'ai été visitée Oradour sur Glane avec le lycée,puisque nous étudions la seconde guerre mondiale en histoire.

Ca ma évidemment beaucoup touchée.

Je voulais rappeller les faits pour que comme il est inscrit à l'entrée de ce village martyr "souviens-toi" on n'oublient pas.

ORADOUR-SUR-GLANE

10 juin 1944

vers 14 heures...

Des S.S. de la division "Das Reich", régiment "Der Führer", commandés par le Sturmbannführer (commandant) Adolph Dickmann, pénétrèrent dans Oradour sur Glane. Pretextant un contrôle d'identité, ils obligèrent tous les habitants à sortir de leur demeure et les rassemblèrent sur la place du champ de foire.

Par interprète, le commandant avisa alors la population qu'ils étaient à la recherche d'un dépot de munitions. Soulagement parmi la population, à l'écart de tout maquis, il n'y avait pas de tel dépot à Oradour.

Le maire donna l'assurance que personne ne savait où se trouvait, à Oradour, une telle cache. L'officier demanda au maire de désigner des otages parmi la population, celui-ci répondit que cela lui était impossible mais que lui se portait volontaire.

Finalement, les femmes et les enfants furent séparés des hommes et emmenés vers l'église. Les hommes furent divisés en 6 groupes et emmenés dans des granges, garages ou remises. A aucun moment la population ne put se douter du drame qui allait se jouer. Les jeunes discutaient, assis dans le foin, du match de foot du lendemain, les SS discutaient entre eux, l'arme à l'épaule, certain même chahutaient (ils avaient pour la plupart entre 18 et 20 ans). L'attente fut longue, tout le monde pensait que la perquisition d'un tel bourg ne pouvait se faire en quelques minutes. La seule menace réelle était la présence de mitrailleuses à l'entrée des remises où étaient gardés les hommes.

Soudain il y eu une détonation, à ce signal, les SS se ruèrent sur leur armes et firent feu. Puis, après avoir donné quelques coup de grâce, ils recouvrirent les corps de paille et de fagots et mirent le feu. Dans l'église, ils avaient disposé une caisse fumigène destinée à asphixier les femmes et les enfants, mais en explosant, elle souffla les vitraux

apportant de l'air aux prisonniers de l'église. Ils ouvrirent alors la porte et mitraillèrent, puis jetèrent des grenades incendiaires. Le village fut incendié maison par maison à la grenade incendiaire. L'incendie se voyait depuis Limoges à 20 km de là.

Il y eût 642 victimes: 191 hommes, 247 femmes et 206 enfants.

328 immeubles furent détruits.

Une femme réussit à s'enfuir de l'église par un vitrail cassé (elle est décédée en 1988 à l'age de 90 ans), 5 hommes feignant d'abord la mort sous leur concitoyens mitraillés s'échappèrent d'une grange enflammée (2 sont encore en vie), un enfant réfugié Lorrain s'enfuit instinctivement de l'école à la vue des uniformes, il vit toujours en Lorraine.

Voilà,j'expose les faits s'en faire de commentaires car je ne pense pas pouvoir en faire d'assez forts.Il n'y a pas de mots pour l'exprimer.

Dans le mémorial,des plaques affichant les noms et les âges des massacrés.

Tant d'enfants:2 mois,4 ans,9ans,8 jours.......

Tant d'innocents.

Je n'oublierais jamais,je le promets.

Et j'y emmenerais mes enfants pour qu'ils sachent.

Hommage à ces innocents victimes de la haine des Hommes et à tous ceux qui subissent cette haine meutrière encore aujourd'hui.

lenach et Shadow-memory aiment ça

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

J'ai visité le site en été 2002. J'en ai encore des frissons... Face à une telle barbarie, les mots sont impuissants. Mais il est bon que l'on fasse en sorte que nul n'oublie.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

bonjour,

J'aie moi aussi visiter le village martyre.

Lors de cette visite comme tous j'aie était remuer.

Part contre l'Histoire sur Oradour n'est pas complète; car il manque une partie importante concernant les MAQUISARDS que l'on se garde bien de dire .

En visitant j'aie demander a un guide qu'elle était l'histoire sur les Maquisards?;

Réponse ::: Il n'y en avait pas !!!

Hors il y as un Nom sur la plaque commémorative dans l'église qui faisait parti de la résistance (mon arrière-grand-père ) ainsi que son fils (mon grand-père).

Mon arrière-grand-père et une parti de la famille à était déporter car il a aidé des gens a échaper au allemands , il a survécu au camps.

Mon grand-père lui était dans l'ombre et agissait avec un groupe de résistant.

En rentrant chez moi ne comprenant pas ::: il n'y en avait pas ::::par mail j'aie demander une explication a la directrice et ça réponse :::on ne pas en parler car certaines personnes de cette période sont encore en vie et cela pourrait déclancher une polémique .????????????? :angry:

Le gouvernement n'a pas voulu reconnaïtre le statut de résistant a mon grand-père :angry: aujourd'hui décédé.

Merci afreemind pour se que tu as écrit et on n'as pas le droit d'oublier les horreurs d'aucune guerre car toutes sont affreuses .

gavroche/

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bonjour,

Je l'ai aussi visité il y a plusieurs années et j'imagine que, peu importe le temps, l'émotion reste plus ou moins la même.

Ce qui me frappe dans ces lieux chargés, c'est le silence qui y règne.

Silence pesant.

Je ne sais pas vous, mais je pouvais ressentir au plus profond de moi cette..énergie... Je ne sais pas, c'est indescriptible et les mots sont impuissants à décrire quoi que ce soit.

En tout cas vous n'y êtes pas indifférent et je pense que quiconque y est allé en ressort vraiment bouleversé.

J'ai eu aussi l'occasion de "visiter" le camp allemand de Dachau où un de mes grand-pères est mort.

C'est tout aussi impressionnant et je dirais même encore plus.

C'est hors de notre temps.

Pas de bruits pas d'oiseaux...RIEN sauf...

Un silence presque assourdissant de paix morbide.

On imagine...

Vous avez les mêmes phénomènes (mais c'est encore différent) dans les (grands) cimetières de ceux tombés pendant les grandes guerres. Que ce soit en Normandie ou bien aux US, ou ailleurs. J'ai aussi "visité" celui de d'Arlington à Washington,dc. Impressionnant.

Mais ce qui me dérange au plus haut point c'est que l'homme ne tire aucune leçon.

Sa mémoire est myope.

Il n'y a peut être pas eu autant de guerres que maintenant.

L'homme continue de détruire son environnement et lui même avec une telle arrogance justifiant des buts individuels malsains.

La croyance en l'idée de Sa supériorité le tuera.

Et nous osons nous dire évolués...

Alors qu'un signe d'une société primitive est justement de se croire évoluée..

Quelle grosse bêtise.

.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

salut gavroche,j'imagine bien que ça doit être dur de savoir que ton grand-pèse n'a jamais été reconnu comme résistant.

Mais je te dis ce qu nous as été dit lors de la visite

On nous as dit qu'en fait il y avait deux villages Oradour Sur Glane et Oradour sur VErs??désolé je ne me souviens plus du nom.

Et qu longtemps les gens avaient cru que les nazis c'était trompé de village,car il "parait" qu' Oradour sur glane il n'y avait pas de résistants,contrairement l'autre village.Mais on nous a dit qu'il a en fait était découvert plus tard que c'était fait exprès car justement n'ayant pas de résistants dans ce village il serait moins sur la défensive et plus facile "attaquer"....

voil ce qu'il m'as été dit moi et ma classe.

et philippe oui exactement le même silence oppressant que dans les cimetières de normandie,surtout quand on lit sur les tombes,les âges si jeunes...

:angry:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Merci afreemind ,j'avait lus dans quelques bouquins , dico ,quid , net,etc...... qu'il y avait une histoire identique avec un autre village et c'était Guéret (en creuse ) comme quoi il ya des points qui ne sont pas très claire .

Je crois que l'on ne sauras jamais .

La directrice du Centre de la Mémoire m'avais donner une autre version en me faisant comprendre chut!!!!!!!;car certaines personnes de cette époque ayant pas fait de bonne chose vivent encore et ont en quelque sorte du pouvoir (il ne faut surtout pas les salirent); dommage que mon grand-père ne soit plus car REVOLUTION , et je suis pour rendre a César se qui lui appartient (bien ou mauvais).

On a juger papon et ces copains ils sont où????

Pour finir l'être humain et avide de pouvoir et il serait près a sacrifier père,mère femme , enfant :angry::angry::angry::angry: .

Depuis néandertal l'homme a toujours convoiter , tuer,et malheureusement je crois qu'il va falloir du temps pour le faire évoluer sans Bêtises humaine aussi grande soit-elle .

Il faut garder ces messages en tête pour ne pas faire comme EUX ,a une échelle plus petite .

gavroche/

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Merci bcp, il en faudrait plus de témoignages comme ça... ET, je suis d'accord avec phillipe, l'histoire est "myope" !

@+

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Rien ne changera sur la Terre des hommes si la justice meurt entre nos mains il nous sera vain de parler du royaume si la richesse encombre nos chemins

La betise humaine est affreuse horrible tuer des hommes c'est horrible

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Bonjour,voilà je sais que le forum n'est pas fait pour ça mais hier j'ai été visitée Oradour sur Glane avec le lycée,puisque nous étudions la seconde guerre mondiale en histoire.

Ca ma évidemment beaucoup touchée.

Je voulais rappeller les faits pour que comme il est inscrit à l'entrée de ce village martyr "souviens-toi" on n'oublient pas.

ORADOUR-SUR-GLANE

10 juin 1944

vers 14 heures...

Des S.S. de la division "Das Reich", régiment "Der Führer", commandés par le Sturmbannführer (commandant) Adolph Dickmann, pénétrèrent dans Oradour sur Glane. Pretextant un contrôle d'identité, ils obligèrent tous les habitants à sortir de leur demeure et les rassemblèrent sur la place du champ de foire.

Par interprète, le commandant avisa alors la population qu'ils étaient à la recherche d'un dépot de munitions. Soulagement parmi la population, à l'écart de tout maquis, il n'y avait pas de tel dépot à Oradour.

Le maire donna l'assurance que personne ne savait où se trouvait, à Oradour, une telle cache. L'officier demanda au maire de désigner des otages parmi la population, celui-ci répondit que cela lui était impossible mais que lui se portait volontaire.

Finalement, les femmes et les enfants furent séparés des hommes et emmenés vers l'église. Les hommes furent divisés en 6 groupes et emmenés dans des granges, garages ou remises. A aucun moment la population ne put se douter du drame qui allait se jouer. Les jeunes discutaient, assis dans le foin, du match de foot du lendemain, les SS discutaient entre eux, l'arme à l'épaule, certain même chahutaient (ils avaient pour la plupart entre 18 et 20 ans). L'attente fut longue, tout le monde pensait que la perquisition d'un tel bourg ne pouvait se faire en quelques minutes. La seule menace réelle était la présence de mitrailleuses à l'entrée des remises où étaient gardés les hommes.

Soudain il y eu une détonation, à ce signal, les SS se ruèrent sur leur armes et firent feu. Puis, après avoir donné quelques coup de grâce, ils recouvrirent les corps de paille et de fagots et mirent le feu. Dans l'église, ils avaient disposé une caisse fumigène destinée à asphixier les femmes et les enfants, mais en explosant, elle souffla les vitraux

apportant de l'air aux prisonniers de l'église. Ils ouvrirent alors la porte et mitraillèrent, puis jetèrent des grenades incendiaires. Le village fut incendié maison par maison à la grenade incendiaire. L'incendie se voyait depuis Limoges à 20 km de là.

Il y eût 642 victimes: 191 hommes, 247 femmes et 206 enfants.

328 immeubles furent détruits.

Une femme réussit à s'enfuir de l'église par un vitrail cassé (elle est décédée en 1988 à l'age de 90 ans), 5 hommes feignant d'abord la mort sous leur concitoyens mitraillés s'échappèrent d'une grange enflammée (2 sont encore en vie), un enfant réfugié Lorrain s'enfuit instinctivement de l'école à la vue des uniformes, il vit toujours en Lorraine.

Voilà,j'expose les faits s'en faire de commentaires car je ne pense pas pouvoir en faire d'assez forts.Il n'y a pas de mots pour l'exprimer.

Dans le mémorial,des plaques affichant les noms et les âges des massacrés.

Tant d'enfants:2 mois,4 ans,9ans,8 jours.......

Tant d'innocents.

Je n'oublierais jamais,je le promets.

Et j'y emmenerais mes enfants pour qu'ils sachent.

Hommage à ces innocents victimes de la haine des Hommes et à tous ceux qui subissent cette haine meutrière encore aujourd'hui.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

je trouve que ces trés bien d'exposer ce que tu as vu d'autant que j'y suis moi meme aller et je peux t'affirmer que tout ce que tu dis est la vérité :rolleyes:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Merci vraiment car je dois faire un compte rendu et ton texte m'a aidé

cependant qu'elles en sont les conséquences?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

J'aime beaucoup! =)

J'etudie la fin de la 2nde guerre mondiale... Et j'aurais besoin d'aide ^^

C'est sur la rupture de la Grande Alliance!

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites