Aller au contenu
lestressedelavie

L'être vivant est il obligé de vivre dans l'artficiel ?

Messages recommandés

L’artificiel n’a-t-il pas définitivement supplanté le naturel, comme motif, comme objet et comme projet théorique et pratique ? N’est-il pas la grande affaire de toute approche aujourd’hui de l’idée de nature ? Face aux grands problèmes de l’heure, n’aurions-nous pas besoin d’une philosophie de l’artificiel, plus que d’une philosophie de la nature ?

je vous propose mon point de vue.

Dans le cadre de cette dernière journée d’études sur les philosophies de la nature, où l’on traque celles-ci dans leurs destinées les plus actuelles, je proposerai quelques éléments de réflexion à propos de la connaissance de l’artificiel, et de la part de plus en plus considérable — et contestée — que prend la connaissance de l’artificiel dans la connaissance de la nature.

Pour que cette affirmation sorte de la platitude et de la généralité, il faudra préciser la notion d’artificiel, les domaines ou champs « naturels » impliqués, et discuter les types de connaissance obtenue.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Rejoindre la conversation

Vous pouvez publier maintenant et vous inscrire plus tard. Si vous avez un compte, connectez-vous maintenant pour publier avec votre compte.

Invité
Répondre à ce sujet…

×   Collé en tant que texte enrichi.   Coller en tant que texte brut à la place

  Seulement 75 émoticônes maximum sont autorisées.

×   Votre lien a été automatiquement intégré.   Afficher plutôt comme un lien

×   Votre contenu précédent a été rétabli.   Vider l’éditeur

×   Vous ne pouvez pas directement coller des images. Envoyez-les depuis votre ordinateur ou insérez-les depuis une URL.

Chargement

×
×
  • Créer...