Aller au contenu
Suzyna

L’esperience peut il être le fondement de nos connaissance ?

Messages recommandés

Bonsoir,

Il faut toujours commencer par définir les differents sens des mots du sujet. Ici, les mots importants sont expériences, connaissances, fondement de. Essaye de voir à quels mots sont associés ces concepts, à quels autres ils s'opposent.

Une fois que tu auras travaillé sur les différents sens de ces concepts, tu pourras normalement dégager un problème, une contradiction du sujet..

Ce problème pourra prendre la forme d'une alternative. Pour t'aider à problématiser, je te conseille de rajouter l'adverbe toujours, vraiment à la question et d'essayer de trouver une alternative opposée au sujet : "ou bien... "

Modifié par Am@ndine

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Puis-je commencer par une citation comme « la connaissance des mots conduit à la connaissance des choses » Platon  pour l’amorce en introduction 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bonjour, 

Voici quelques citations utiles pour le sujet 

La connaissance de l’homme ne saurait s’étendre au-delà de sa propre expérience” John Locke

« Les expériences que nous avons des choses sont souvent trompeuses, mais la déduction ne peut jamais être mal faite par un entendement doué de raison, Ceux qui cherchent le droit chemin de la vérité ne doivent s’occuper d’aucun objet à propos duquel ils ne puissent obtenir une certitude égale aux démonstrations de l’arithmétique et de la géométrie. L’arithmétique et la géométrie traitent d’un objet si pur et si simple qu’elles n’admettent absolument rien que l’expérience ait rendu incertain. Elles consistent tout entières à tirer des conséquences par voie de déduction rationnelle » Descartes.

"Si toute notre connaissance débute avec l’expérience, cela ne prouve pas qu’elle dérive toute de l’expérience."
Emmanuel Kant 

L'amorce, c'est qui te sert à amener le sujet qui t'est donné... 

Dans le cas de ce sujet, tu peux prendre l'exemple d'un bébé qui vient de naître. Comment ce bébé connait-il le monde ? Si ce n'est par ces sens ? L'expérience sensorielle (ouie, vue, odorat, toucher, goût) est une source de connaissances c'est-à-dire .... 

Modifié par Am@ndine

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

L’expérience peut - elle  être le fondement de nos connaissances ?

 

Ce sera mieux comme ça.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Quel est le rôle de l'expérience dans nos connaissances? 

 Est-elle le la base de toutes nos connaissances?

 ou bien

 le fondement de la connaissance humaine  est-il également dans l'entendement?

 

Si toute notre connaissance débute avec l’expérience, cela ne prouve pas qu’elle dérive toute de l’expérience."
Emmanuel Kant

 

Peux-tu proposer ta problématique?


 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Il y a 5 heures, Suzyna a dit :

Peut tu proposer une introduction avec lee axes stp

Nous ne savons pas quels auteurs et textes ont été étudiés.

 La position empiriste pose que la source de toute connaissance réside dans les sensations.

La position rationaliste affirme au contraire que la connaissance doit toute entière reposer sur la raison ou l’entendement.

 

L’entendement est la faculté de penser par concepts ou idées.

 Pour Kant,  l'expérience sensible est la matière de la connaissance, mais elle n'est pas d'elle-même connaissance. Pour connaître, il faut que l'entendement donne à cette matière la forme universelle d'un concept 

Propose un peu de ton travail, pour recevoir une aide complémentaire.

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Intro Quand un être vivant né il ne peut avoir de connaissance du monde qu’il l’entoure donc au fur et à mesure qu’il découvre la vie à travers les expériences qu’il fait sans même savoir ou connaître le sens il aboutit à de la connaissance du fait de son expérience sensorielle vue ouïe odorat le toucher et le goût il apprend ce que les choses signifie. Cependant comme le dit Descartes notre « expérience peut être trompeuse » et nous induire en erreur donc nous pouvons dire que l’experience ne peut être le fondement de nos connaissance mais l’enrichissement et l’acquisition de ce que l’on apprend par déduction de notre expérience.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bonjour, 

C'est un début

Il rester à mieux structurer ton propos d'une part et approfondir ta réflexion d'autre part :

Ton introduction peut se structurer de cette manière

Amorce (facultatif) = un exemple (celui du bébé ou un autre ou une citation)

Les différences sens des termes de ton sujet doivent apparaitre dans ton introduction (sous forme de phrases, non comme je te les présente) 

Exemple : expérience

Sens 1 : l'expérience : c'est un savoir acquis par la pratique = fourni un savoir spontannée, partiel - non scientifique

Sens 2 : une information acquis par les sens 

Sens 3 : une expérience (scientifique) = procedure mise en place pour produire des connaissances validées

On fait pareil avec le mot connaissance

Sens 1 : une connaissance : ce que l'individu sait par les sens, de manière immédiate et non vérifié, laconique = connaissance empirique

Sens 2 : Une connaissance théorique, issue de la raison. 

A partir de là, tu vois que l'expérience est bien liée à la connaissance des sens et que tu peux lier le sens 1) et 2) d'expérience au sens 1) de connaissance empirique. 

Mais que cette connaissance des sens peut-être trompeuse, incomplète, peu sûre....

- Cherche des exemples où les sens nous trompent (mirage, illusion optique)

Donc une connaissance fondée (sens 2) doit l'être non uniquement sur les sens mais doit l'être également sur la raison et la science (donc associé au sens 3 de mon mot expérience)

Plan : Axe 1 : OUI. L'expérience est source de connaissances.

           Axe 2 : MAIS l'expérience ne peut pas être à l'origine de toutes nos connaissances car l'expérience est souvent trompeuse voire fait obtacle à la connaissance scientifique

          Axe 3 : DONC la connaissance doit prendre appui sur un autre fondement que l'expérience à savoir la raison 

Je laisse faire à présent. Je pense avoir suffisamment décortiquer le sujet...

 

 

Modifié par Am@ndine

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

     Toutes les secondes un être humain  voient le jour . Mais peut on dire qu’un nourrisson  à une connaissance du monde ? Il est évident qu’il il ne peut avoir de connaissance du monde qu’il l’entoure. Car c’est seulement au fur et à mesure qu’il découvre la vie à travers les expériences qu’il fait sans même savoir ou connaître le sens qu’ il aboutit à une acquisition d’information . A travers  son expérience sensorielle par la  vue , l’ouïe ,l’odorat ,le toucher et le goût il apprend ce que les choses signifie. Cependant comme le dit Descartes notre « expérience peut être trompeuse » et nous induire en erreur donc nous pouvons dire que l’experience ne peut être le fondement de nos connaissance mais l’enrichissement et l’acquisition de ce que l’on apprend par déduction de notre expérience. Dans le cas du nouveau né si personne lui dit ce que signifie ce qu’il observe il ne pourras avoir connaissance de ce qu’il a senti . Nous pouvons donc dire que l’experience à elle seule ne suffit pas à aboutir à la connaissance si elle n’est dotée de raison et capacité de déduction. Nous avons donc défini que l’experience peut être une information acquise par le moyen des sens mais cela peut être aussi un savoir spontané et partiel acquis par la pratique cependant non scientifique. Mais aussi signifiée une procédures mis en place pour produire des connaissances validées dans un contexte scientifique. Mais peut elle être vraiment  le fondement c’est-à-dire la base ou élément essentiel sur lequel s'appuie tout le reste donc la connaissance. Mais la connaissance peut être ce que l'individu sait par les sens, de manière immédiate   non vérifié et laconique donc  une connaissance empirique ou au contraire une connaissance théorique, issue de la raison. En analysant les thermes nous pouvons voir que l'expérience n’est donc pas sans rapport à la connaissance des sens . L’acquisition d’information par les sens permet de manière immédiate et laconiques d’aboutir à une connaissance empirique. Donc une connaissance fondée doit l'être non seulement être sur les sens mais doit l'être également sur la raison et la science .Nous allons donc voir si oui l’expérience peut être source de connaissance ? MAIS si donc  l'expérience à elle seule peut être à l'origine de toutes nos connaissances car l'expérience est souvent trompeuse voire fait obtacle à la connaissance scientifique. Ainsi peut on dire que la connaissance doit s’ appuyer sur un autre fondement que l'expérience à savoir la raison ?

Merci infiniment pour votre aide Voilà l’introduction complète qu’en pensez-vous??

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Il y a 12 heures, Suzyna a dit :

     Toutes les secondes un être humain  voient le jour . Mais peut on dire qu’un nourrisson  à une connaissance du monde ? Il est évident qu’il il ne peut avoir de connaissance du monde qu’il l’entoure. Car c’est seulement au fur et à mesure qu’il découvre la vie à travers les expériences qu’il fait sans même savoir ou connaître le sens qu’ il aboutit à une acquisition d’informations . A travers  son expérience sensorielle par la  vue , l’ouïe ,l’odorat ,le toucher et le goût il apprend ce que les choses signifie. Cependant comme le dit Descartes notre « expérience peut être trompeuse » et nous induire en erreur donc nous pouvons dire que l’experience ne peut être le fondement de nos connaissance mais l’enrichissement et l’acquisition de ce que l’on apprend par déduction de notre expérience. Dans le cas du nouveau né si personne lui dit ce que signifie ce qu’il observe il ne pourras avoir connaissance de ce qu’il a senti . Nous pouvons donc dire que l’experience à elle seule ne suffit pas à aboutir à la connaissance si elle n’est dotée de raison et capacité de déduction. Nous avons donc défini que l’experience peut être une information acquise par le moyen des sens mais cela peut être aussi un savoir spontané et partiel acquis par la pratique cependant non scientifique. Mais aussi signifiée une procédures mis en place pour produire des connaissances validées dans un contexte scientifique. Mais peut elle être vraiment  le fondement c’est-à-dire la base ou élément essentiel sur lequel s'appuie tout le reste donc la connaissance. Mais la connaissance peut être ce que l'individu sait par les sens, de manière immédiate   non vérifié et laconique donc  une connaissance empirique ou au contraire une connaissance théorique, issue de la raison. En analysant les thermes nous pouvons voir que l'expérience n’est donc pas sans rapport à la connaissance des sens . L’acquisition d’information par les sens permet de manière immédiate et laconiques d’aboutir à une connaissance empirique. Donc une connaissance fondée doit l'être non seulement être sur les sens mais doit l'être également sur la raison et la science .Nous allons donc voir si oui l’expérience peut être source de connaissance ? MAIS si donc  l'expérience à elle seule peut être à l'origine de toutes nos connaissances car l'expérience est souvent trompeuse voire fait obtacle à la connaissance scientifique. Ainsi peut on dire que la connaissance doit s’ appuyer sur un autre fondement que l'expérience à savoir la raison ?

 Merci infiniment pour votre aide Voilà l’introduction complète qu’en pensez-vous??

Attention à l'orthographe et aux mêmes idées répétées.

 

voir définition de fondement, souvent confondu avec l'origine

 

Fondement. En philosophie, ce sur quoi repose un ensemble de connaissances essentielles et à quoi elles doivent leur solidité et leur validité. Synonyme de principe.

 

Dans ton introduction, il ne faut pas mettre d'arguments de réponse à la problématique 

Révise des conseils de méthode

"Nous pouvons donc dire que l’experience à elle seule ne suffit pas à aboutir à la connaissance si elle n’est dotée de raison et capacité de déduction"

"Donc une connaissance fondée doit l'être non seulement être sur les sens mais doit l'être également sur la raison et la science"

L'introduction pose le problème comme problème à résoudre, pas comme résolution de la problématique!

Il faut poser la problématique clairement et indiquer le plan du développement

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bonjour

Tu as trop de répétition  et l'organisation peut être améliorée. Il manque la problématique et l'annonce du plan

 Toutes les secondes un être humain  voient le jour . Mais peut on dire qu’un nourrisson  à une connaissance du monde ? Il est évident qu’il il ne peut avoir de connaissance du monde qu’il l’entoure. Car c’est seulement au fur et à mesure qu’il découvre la vie à travers les expériences qu’il fait sans même savoir ou connaître le sens qu’ il aboutit à une acquisition d’information . A travers  son expérience sensorielle par la  vue , l’ouïe ,l’odorat ,le toucher et le goût il apprend ce que les choses signifie.

D'accord pour l'amorce. Maintenant; il faut passer de l'exemple à la théorie, du particulier au général. Ici il faut que tu énonces les définitions de l'expérience par les sens et le fait qu'elles sont source d'un type de connaissance les connaissances empiriques.

L’ experience peut être définie comme une information acquise par le moyen des sens. Elle est alors source d'un savoir spontané et partiel acquis par la pratique. Ces connaissances sont chronologiquement premières : nous appréhendons le monde par nos sens. 

Ici, il faut que tu amènes l'idée que les connaissances empiriques sont insuffisantes.

Cependant certaines connaissances semblent  être innées. Elles précédent nos sens et rendent possibles nos expériences. C'est le cas de la notion d'espace et de temps. Par ailleurs comme le dit Descartes notre « expérience peut être trompeuse », elle peut nous induire en erreur. En effet, nos sens peuvent nous faire croire à la présence d'objets qui ne sont pas là, dans le cas de mirage par exemple. Nos sens ne nous permettent pas non plus de tout connaître, l'existence d'atomes par exemple ne peuvent être observés directement par l'oeil et pourtant ces derniers existent bel et bien.

Tu énonces ensuite la définition 2 de connaissance et d'expérience 

Pour acquérir une connaissance certaine du monde, il est alors indispensable de mettre en place des procédures pour produire des connaissances validées dans un contexte scientifique. La connaissance qui sera alors produite sera fondée non plus sur les sens mais sur la raison c'est-à-dire des raisonnements logiques et vérifiés.

Phrase de synthèse : qui fait dessortir l'existence de 2 sources de connaissances et donc un problème pour savoir laquelle est au fondement de....

Il apparait donc que la connaissance peut être ce que l'individu sait par les sens, de manière immédiate, non vérifié et laconique donc  une connaissance empirique mais aussi une connaissance théorique c'est-à-dire issue de la raison et qui peut ne reposer sur rien de sensible. 

Problématique

Partant de ce constat,  nous pouvons nous demander si l'expérience est bien au fondement de  l'ensemble de nos connaissances ou bien si nos connaissances reposent sur l'entendement (ou d'autres fondements - si tu veux garder le suspense ! ;) ) ? 

Annonce du plan

Pour répondre à cette question, nous verrons premièrement que .... Deuxièmement que .... Et enfin que

 

 

 

Modifié par Am@ndine

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Désolée Micheline, je n'avais pas vu votre message. 

Il faut effectivement faire très attention au terme FONDEMENT car ça invite à penser que certaines connaissances peuvent être innées et précéder l'expérience ! (Idée à présenter en partie 2) 

Modifié par Am@ndine

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

@ Amandine

J'aime bien quand nos messages se croisent et peuvent ainsi se compléter!Et tu as largement complété le mien!

Suzyna, corrige les mots que j'ai soulignés et supprime les phrases citées commençant par donc.

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Merci voilà        Introduction :Toutes les secondes un être humain  voient le jour . Mais  peut on dire qu’un nourrisson  à une connaissance du monde ? Il est évident qu’il  ne peut avoir de connaissance du monde qu’il l’entoure.  Car c’est seulement au fur et à mesure qu’il découvre la vie à travers les expériences qu’il fait sans même savoir ou connaître le sens qu’il aboutit à une acquisition d’informations . A travers  son expérience sensorielle par la  vue , l’ouïe ,l’odorat ,le toucher et le goût il apprend ce que les choses signifie. Dans le cas du nouveau né si personne lui dit ce que signifie ce qu’il observe il ne pourras avoir connaissance de ce qu’il a senti . L’ experience peut être définie comme une information acquise par le moyen des sens. Elle est alors source d'un savoir spontané et partiel acquis par la pratique. Ces connaissances sont chronologiquement premières : nous appréhendons le monde par nos sens. Cependant certaines connaissances semblent  être innées. Elles précédent nos sens et rendent possibles nos expériences. C'est le cas de la notion d'espace et de temps. Par ailleurs comme le dit Descartes notre « expérience peut être trompeuse », elle peut nous induire en erreur. En effet, nos sens peuvent nous faire croire à la présence d'objets qui ne sont pas là, dans le cas de mirage par exemple. Nos sens ne nous permettent pas non plus de tout connaître, l'existence d'atomes par exemple ne peuvent être observés directement par l'oeil et pourtant ces derniers existent bel et bien. Pour acquérir une connaissance certaine du monde, il est alors indispensable de mettre en place des procédures pour produire des connaissances validées dans un contexte scientifique. La connaissance qui sera alors produite sera fondée non plus sur les sens mais sur la raison c'est-à-dire des raisonnements logiques et vérifiés. Il apparait donc que la connaissance peut être ce que l'individu sait par les sens, de manière immédiate, non vérifié et laconique donc  une connaissance empirique mais aussi une connaissance théorique c'est-à-dire issue de la raison et qui peut ne reposer sur rien de sensible. Partant de ce constat,  nous pouvons nous demander si l'expérience est bien au fondement de  l'ensemble de nos connaissances ou bien si nos connaissances reposent sur l'entendement ?Par le biais de cette problématique nous allons donc voir que oui  l’expérience est source de connaissances. Mais cette idée ne suffit pas et on verra que l'expérience ne peut pas être à l'origine de toutes nos connaissances car l'expérience est souvent trompeuse voire fait obtacle à la connaissance scientifique Enfin nous verrons que la connaissance doit prendre appui sur un autre fondement que l'expérience à savoir la raison ce qui  permettra de dépasser les limites des 2 idées précédentes.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bonsoir, 

Sur la forme Il reste quelques petites fautes d'orthographe qui t'ont déjà été signalées. La lecture serait également plus agréâble si tu faisais des paragraphes. Enfin, je te conseille d'essayer de modifier un peu plus mes formulations pour que le texte te soit plus personnel. Quoi qu'il en soit, il te reste à écrire le reste du devoir.

Courage ! 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Je saisis que je deviens pesante mais les idées dans le plan et sous partie je trouve pas visiblement je ne suis pas faites pour la philosophie :unsure:

Dsl pour le dérangement et encore merci pour l’aide Bonsoir à vousAm@ndine et Micheline :blush: 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a une heure, Suzyna a dit :

Introduction :Toutes les secondes un être humain  voit le jour . Mais  peut - on dire qu’un nourrisson  a une connaissance du monde ? Il est évident qu’il  ne peut avoir de connaissance du monde qui l’entoure.  Car c’est seulement au fur et à mesure qu’il découvre la vie à travers les expériences qu’il fait sans même savoir ou connaître le sens qu’il aboutit à une acquisition d’informations . A travers  son expérience sensorielle par la  vue , l’ouïe ,l’odorat ,le toucher et le goût il apprend ce que les choses signifient . Dans le cas du nouveau né si personne ne  lui dit ce que signifie ce qu’il observe il ne pourra avoir connaissance de ce qu’il a senti (ou ressenti?)  . L’ expérience peut être définie comme une information acquise par le moyen des sens. Elle est alors source d'un savoir spontané et partiel acquis par la pratique. Ces connaissances sont chronologiquement premières : nous appréhendons le monde par nos sens. Cependant certaines connaissances semblent  être innées ( tu es sûre? espace et temps ne sont pas innés) . Elles précédent nos sens et rendent possibles nos expériences. C'est le cas de la notion d'espace et de temps. Par ailleurs comme le dit Descartes notre « expérience peut être trompeuse », elle peut nous induire en erreur. En effet, nos sens peuvent nous faire croire à la présence d'objets qui ne sont pas là, dans le cas de mirage par exemple. Nos sens ne nous permettent pas non plus de tout connaître, l'existence d'  les atomes par exemple ne peuvent être observés directement par l'oeil et pourtant ces derniers existent bel et bien. Pour acquérir une connaissance certaine du monde, il est alors indispensable de mettre en place des procédures pour produire des connaissances validées dans un contexte scientifique. La connaissance qui sera alors produite sera fondée non plus sur les sens mais sur la raison c'est-à-dire des raisonnements logiques et vérifiés. Il apparait donc que la connaissance peut être ce que l'individu sait par les sens, de manière immédiate, non vérifiée  et laconique (??) donc  une connaissance empirique mais aussi une connaissance théorique c'est-à-dire issue de la raison et qui peut ne reposer sur rien de sensible. Partant de ce constat,  nous pouvons nous demander si l'expérience est bien au fondement de  l'ensemble de nos connaissances ou bien si nos connaissances reposent sur l'entendement ?Par le biais de cette problématique nous allons donc voir que oui  l’expérience est source de connaissances. Mais cette idée ne suffit pas et on verra que l'expérience ne peut pas être à l'origine de toutes nos connaissances car l'expérience est souvent trompeuse voire fait osbtacle à la connaissance scientifique Enfin nous verrons que la connaissance doit prendre appui sur un autre fondement que l'expérience à savoir la raison ce qui  permettra de dépasser les limites des 2 idées précédentes.

Attention à la ponctuation.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Il y a 2 heures, Suzyna a dit :

Je saisis que je deviens pesante mais les idées dans le plan et sous partie je trouve pas visiblement je ne suis pas faites pour la philosophie :unsure:

Dsl pour le dérangement et encore merci pour l’aide Bonsoir à vousAm@ndine et Micheline :blush: 

Bonsoir, 

Pour chaque axe, essaye de te demander quels pourraient-être les arguments en faveur de cette thèse, cette idée ? Comment pourrais-je la défendre ? 

Ce texte peut éventuellement t'aider à trouver des idées pour la partie 1 

 

"Supposons donc qu'au commencement l'âme est ce qu'on appelle une table rase (tabula rasa), vide de tous caractères, sans aucune idée, quelle qu'elle soit. Comment vient-elle à recevoir des idées ? Par quel moyen en acquiert-elle cette prodigieuse quantité que l'imagination de l'homme, toujours agissante et sans bornes, lui présente avec une variété presque infinie ? D'où puise-t-elle tous ces matériaux qui sont comme le fond de tous ses raisonnements et de toutes ses connaissances ? A cela je réponds en un mot, de l'expérience : c'est là le fondement de toutes nos connaissances, et c'est de là qu'elles tirent leur première origine. [....]
 
Et premièrement nos sens étant frappés par certains objets extérieurs, font entrer dans notre âme plusieurs perceptions distinctes des choses, selon les diverses manières dont ces objets agissent sur nos sens. C’est ainsi que nous acquérons les idées que nous avons du blanc, du jaune, du chaud, du froid, du dur, du mou, du doux, de l’amer, et de tout ce que nous appelons qualités sensibles. Nos sens, dis-je, font entrer toutes ces idées dans notre âme, par où j’entends qu’ils font passer des objets extérieurs dans l’âme ce qui y produit ces sortes de perceptions. Et comme cette grande source de la plupart des idées que nous avons, dépend entièrement de nos sens, et se communique à l’Entendement par leur moyen, je l’appelle Sensation.
 
L’autre source d’où l’entendement vient à recevoir des idées, c’est la perception des opérations de notre âme sur les Idées qu’elle a reçues par les sens : opérations qui devant l’objet des réflexions de l’âme, produisent dans l’Entendement une autre espèce d’idées, que les objets extérieurs n’auraient pu lui fournir : telles que sont les idées de ce qu’on appelle apercevoir, penser, douter, croire, raisonner, connaître, vouloir, et toutes les différentes actions de notre âme, de l’existence desquelles étant pleinement convaincus parce que nous les trouvons en nous-mêmes, nous recevons par leur moyen des idées aussi distinctes, que celles que les corps produisent en nous, lorsqu’ils viennent à frapper nos sens. C’est-là une source d’idées que chaque homme a toujours en lui-même ; et quoi que cette faculté ne soit pas un sens, parce qu’elle n’a rien à faire avec les objets extérieurs, elle en approche beaucoup, et le nom de sens intérieur ne lui conviendrait pas mal. "
 
- John Locke, Essai philosophique concernant l'entendement humain, Livre II : "Des Idées", Chapitre 1 : "Où l'on traite des Idées en général et de leur origine ; et où l'on examine par occasion si l'âme de l'homme pense toujours", § 2-4, trad. P. Coste, Pierre Mortier (3e édition), 1735.
 

 

 

@ Mamy L' idée que l'espace et le temps soient des connaissances a priori est défendue par Emmanuel.Kant :

"L’espace n’est pas un concept empirique, dérivé d’expériences extérieures. En effet, pour que je puisse rapporter certaines sensations à quelque chose d’extérieur à moi (c’est-à-dire à quelque chose placé dans un autre lieu de l’espace que celui où je me trouve), et, de même, pour que je puisse me représenter les choses comme en dehors et à côté les unes des autres, et par conséquent comme n’étant pas seulement différentes, mais placées en des lieux différents, il faut que la représentation de l’espace existe déjà en moi. Cette représentation ne peut donc être tirée par l’expérience des rapports des phénomènes extérieurs ; mais cette expérience extérieure n’est elle-même possible qu’au moyen de cette représentation.

2. L’espace est une représentation nécessaire, à priori, qui sert de fondement à toutes les intuitions extérieures. Il est impossible de se représenter qu’il n’y ait point d’espace, quoiqu’on puisse bien concevoir qu’il ne s’y trouve pas d’objets. Il est donc considéré comme la condition de la possibilité des phénomènes, et non pas comme une détermination qui en dépende, et il n’est autre chose qu’une représentation à priori, servant nécessairement de fondement aux phénomènes extérieurs." Critique de la raison pure. 

 

Modifié par Am@ndine

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Invité
Répondre à ce sujet…

×   Collé en tant que texte enrichi.   Coller en tant que texte brut à la place

  Seulement 75 émoticônes maximum sont autorisées.

×   Votre lien a été automatiquement intégré.   Afficher plutôt comme un lien

×   Votre contenu précédent a été rétabli.   Vider l’éditeur

×   Vous ne pouvez pas directement coller des images. Envoyez-les depuis votre ordinateur ou insérez-les depuis une URL.

Chargement

×
×
  • Créer...