Ceprin48

Membres
  • Compteur de contenus

    85
  • Inscription

  • Dernière visite

1 abonné

À propos de Ceprin48

  • Rang
    Posteur
  • Date de naissance 04/12/1997

Informations

  • Classe
    Autre
  • Sexe
    Garçon
  • Pays/Ville
    Saint maur

Visiteurs récents du profil

819 visualisations du profil
  1. Histoire égyptienne

    Bonjour, J'ai un commentaire sur le texte ci-joint. Voici mon commentaire et j'aimerai une correction de ceci s'il vous plait. Accroche : Le souverain est considéré dans les textes comme un fils divin, ce qui renforce la domination royale et la propagande. On assiste à une mise en scène du dieu qui place le roi sur le trône et, en retour, le souverain au pouvoir satisfait les divinités en maintenant la Maât, action qui inclut l’anéantissement des ennemis de l’Égypte : « Toi, Séthi, tu leur donnes (aux dieux) la Maât tous les jours, car c’est en elle qu’ils vivent » (décret de Nauri). Les textes nous disent : « C’est un dieu sans pareil, tel qu’avant lui aucun n’est advenu », Description du roi dans le conte de Sinouhé (Moyen Empire). Présentation du document : Le document mis en étude est un extrait de l’inscription de Kanaïs qui se trouve sur la stèle de Séthi 1er. Une stèle est une pierre dressée, parfois revêtue d'inscriptions ou de reliefs. Contexte : Le Nouvel Empire est la période la plus prospère de toute l'histoire égyptienne. Il commença vers 1550 et se termina en 1069 av. J.-C. Il constitue l’apogée de l’Égypte ancienne. C'est une période de raffinement et d'évolutions qui s'étale sur un peu plus de cinq siècles. Le Nouvel Empire est formé de trois dynasties la XVIIIème, la XIXème et la XXème. Durant cette période, la capitale fut à Thèbes avant d'être délocalisée à Pi-Ramsès par Ramsès II pour des raisons stratégiques. Le Nouvel Empire est la période la plus connue de l'histoire égyptienne. De grands noms, nous en est parvenus tel : Séthi 1er, Ramsès II, Hatchepsout, Akhenaton, Thoutmosis III. Comme fait marquant, nous pouvons citer le premier traité de paix de l'histoire signé entre l'Egypte et les Hittites, la révolution pseudo monothéiste arménienne ou encore les grandes conquêtes du Napoléon égyptien Thoutmosis III. Cette nouvelle période met fin à la période précédente appelait la deuxième période intermédiaire. Le Nouvelle-Empire, de nouveau la reconquête du territoire égyptiens par un roi originaire de Thèbes. Ahmosis devient roi et fonde la XVIIIème dynastie. C’est l’époque glorieuse du Nouvel Empire, des conquérants qui imposent leur présence au Proche-Orient et des rois bâtisseurs. La XVIIIème dynastie vacille avec le règne du pharaon "hérétique" Akhenaton, et s’achève avec la mort de son fils Toutankhamon. De Toutankhamon à Horemheb se pose le problème de la transmission du pouvoir. Le général Horemheb rétablit l’ordre. Ramsès Ier lui succède et fonde la XIXème dynastie. Au début de la XIXe dynastie, Séthi Ier rétablit une royauté héréditaire, garante de la stabilité de l'État égyptien et la légitimise, en présentant son fils le futur Ramsès II, comme étant le dauphin. Au début du règne Séthi 1er, le roi consolide la position de l'Égypte au Proche-Orient et dans les territoires localisés à l'ouest du Delta. Séthi, le père de Ramsès II, est connu grâce à quelques monuments de grande envergure. La majestueuse salle hypostyle du temple d’Amon-Rê à Karnak correspondant à une forêt de 134 immenses colonnes, le temple d’Abydos au plan et à la fonction si particuliers. Enfin, sa magnifique et très spacieuse demeure d’éternité aménagée dans la Vallée des Rois, à l’ouest de Thèbes. Si ces monuments correspondent aux aménagements les plus spectaculaires du règne, le souverain a fait bâtir de très nombreux autres édifices sur le territoire égyptien, mais aussi aux confins de celui-ci et dans les régions avoisinantes. Le roi a notamment doté le pays de nombreux temples divins qui sont régulièrement alimentés et l’environnement culturel de l’époque témoigne de la satisfaction des Égyptiens vis-à-vis de la politique de leur souverain. Explication du texte : A travers cet extrait, qui illustre à merveille la position très précaire du roi Séthi 1er. Il est présenté comme un roi garant de la stabilité de l'État égyptien et de son peuple. Il est aussi un roi bâtisseur. On retrouve un manifeste de renouveau, en construisant des temples dédiés aux divinités et à lui-même. Sa consolidation de l'État et sa politique de grands travaux créèrent les conditions d'une réelle prospérité économique. Il se présente comme étant le fils des divinités pour légitimer son pouvoir. Cet extrait de l’inscription exprime le caractère exceptionnel de ce roi dans la phraséologie royale. Problématique : Suite à cet extrait, nous verrons comment et pourquoi Séthi 1er s’attache-t-il à donner de lui-même une image d’un roi éclairés, attentionnée et dans la continuité de ses prédécesseurs ? Dans un premier temps, nous analyserons l’insistance sur les relations avec les divinités, puis dans un second temps les fonctions exceptionnels de Séthi 1er. I. Insistance sur les relations avec les divinités. 1. Le protocole royal : fils de Rê et Horus sur terre. Tout d’abord, le texte insiste bien sur la relation du souverain avec les divinités. Le protocole royal correspond à l’ensemble des noms donnés au roi et leur contenu reflète l’idéologie monarchique du roi en place. Comme cela est remarquable dans le protocole de chacun des souverains égyptiens, l’origine divine de Séthi 1er est marquée par sa filiation avec Rê « fils de Rê » (ligne 4), le roi peut être comparer au dieu pour exprimer ces qualités, mais il est aussi fils des divinités et au premier rang se trouve le dieu Rê (le dieu solaire). D’ailleurs dans la titulature royale égyptienne, le roi est nommé fils de Rê dès la IVème dynastie. Mais aussi par son identification à « Horus » (ligne 1). Ce qui correspond à son nom personnel, qui permet de désigner le souverain de manière simplifiée en toute occasion. Le nom d’« Horus (Taureau puissant)» de Séthi 1er, exprime la filiation divine du roi. L’épithète « taureau puissant » peut être aussi complétée par d’autres sources : « celui dont la renommée est grande », « celui dont la couronne blanche est haute », « celui qui apparaît avec la couronne blanche, au beau visage alors qu’il a reçu la couronne […] », « celui dont les kas sont puissants », « celui dont la royauté est grande », « celui qui fait prospérer la royauté », « celui qui fait advenir le Double Pays », ou encore « celui dont le glaive est puissant » ou « celui dont le glaive est haut », « celui dont la force est puissante ». Cette identification à Horus se fait dès les origines de la monarchie égyptienne. Horus tient un rôle central dans la construction de l’idéologie royale. Cette centralité est gardée pendant toute l’histoire égyptienne. Le nom fils de Rê « Stable est la justice de Rê (Menmaâtrê) » (ligne 4) est l’écriture la plus commune correspond à la succession des signes dans le cartouche du père, Ramsès : l’antéposition honorifique renvoie le nom du dieu Rê en début de cartouche, qui précède celui de Maât puis le signe-men apparaît en dernier lieu, complété par une épithète mettant en rapport le roi avec la divinité solaire. Ces épithètes peuvent apparaître dans le cartouche même, comme sur les architraves de la salle hypostyle du temple d’Amon-Rê à Karnak. Qu’on pense au nom royal, on pense cartouche, c’est la représentation d’une corde qui entoure deux des noms du roi. Le cartouche est une symbolisation de l’Orbe du disque solaire. Les noms de couronnement et de naissance sont placés dans des cartouches. Dans l’idéologique monarchique égyptienne, la monarchie égyptienne est une monarchie universelle. Ces noms sont assez utiles à utiliser parce qu’ils fixent en début de règne une sorte de programme à la fois politique et religieux du règne. Le nom le plus couramment employé pour désigner Séthi 1er comme étant le roi de Haute- et Basse-Égypte, soit le nomen est « Séthi aimé de Ptah » (ligne 4-5) (Séthi Mérenptah). On retrouve des variantes en rapport avec les divinités locales ont été repérées à Karnak, dans les reliefs des constructions nouvelles et notamment dans la salle hypostyle : « Séthi aimé d’Amon », mais aussi à Héliopolis : « Séthi aimé de Rê ». L’emploi du nom « Seth » est révélateur du programme politique du nouveau souverain, qui se targue d’être un homme d’action puissant : « celui de Seth » (ligne 4-5), rappelant ainsi par la même occasion la région d’origine de sa famille. De plus, la chevelure rousse de Ramsès II suggère que cette particularité physique, qui n’a pu être attestée que pour le fils et successeur de Séthi, ait été familiale et qu’elle ait contribué à la promotion du dieu Seth, associé à la couleur rouge, néfaste et violente. Les forces de Seth permettent de lutter contre tout ennemi et donc contre le chaos, mais aussi de maîtriser les expressions de ce chaos que le dieu Seth suscite. Le nom paraît donc adapté aux projets ambitieux de Séthi, d’entamer une ère du renouveau et de rivaliser d’une part, avec Thoutmosis III pour son succès dans les nombreuses campagnes militaires et d’autre part, avec Amenhotep III, pour son imposant programme de constructions. Seul un autre souverain va employer les noms des dieux Seth et Ptah dans ses cartouches : Séthi II, qui succédera au petit-fils de Séthi Ier, Mérenptah. 2. Le culte des ancêtres. Au sein du texte on retrouve bien le culte des ancêtres. Le texte met en avant le nom des « Deux Maîtresses » (ligne 2) nebty, c’est-à-dire le vautour Nekhbet et le cobra Ouadjyt, divinités tutélaires de la Haute- et de la Basse-Égypte, avec lesquelles le roi est confondu « le roi de Haute et Basse Egypte » (ligne 3-4). Séthi est décrit dans le nom des Deux Maîtresses le plus développé qui comprend trois épithètes royales, comme « celui dont les naissances sont renouvelées, Celui au bras puissant qui repousse les Neufs » (ligne 3). Le choix de l’épithète « celui dont les naissances sont renouvelées », déjà employée avant lui par Toutânkhamon et Horemheb, et surtout qu’il l’ait intégrée à son nom des Deux Maîtresses, montre à quel point le nouveau souverain au pouvoir, descendant d’un autre roi qui a peu régné, souhaite engager une nouvelle ère, l’ère du renouveau. Des variantes de cette épithète incluse dans ce nom royal ont été relevées : « celui qui répète les apparitions/couronnements », « celui qui renouvelle l’éternité ». Cette "renaissance" est d'ailleurs elle-même placée de façon opportune sous l'influence de l'avènement d'une nouvelle ère sothiaque, toujours perçue comme bénéfique. Le roi fait montre d'une conscience historique naissante par la recherche d'une continuité dynastique le liant aux anciens rois égyptiens. Le nom « Menmaâtrê » apparaît plusieurs fois dans le texte. C’est une composition mêlant les noms de deux souverains admirés par Séthi et faisant partie comme lui de la deuxième génération : Menkhéperrê et Nebmaâtrê. Ainsi, le nom de Séthi le rapproche de ses prédécesseurs, Thoutmosis III et Amenhotep III. On retrouve ça également dans la construction et la décoration des monuments, ainsi que dans la sculpture des images royales. Les noms les plus souvent employés dans les cartouches du roi correspondent à son nom de couronnement Séthi Mérenptah et à son nom de naissance, Menmaâtrê, dont l’écriture varie beaucoup. En particulier, la position du signe-men et la présence ou non du complément phonétique n. Ses noms placent le roi sous la protection des dieux Rê, Ptah et Amon, mais ils sont aussi en rapport avec l’équilibre du pays, la Maât. Ils reflètent le caractère belliqueux de la royauté, en particulier sur les monuments situés dans les zones à défendre ou à dominer, aux confins du territoire égyptien. I. Des fonctions exceptionnelles. 1. Un pays prospère et sûr : Séthi 1er garant de son peuple. On trouve bien dans le texte, Séthi 1er fait échos à différentes fonctions que doit occuper un roi exceptionnel : Le roi a une fonction nourricière comme l’indique certains nombres d’éléments «je vais agir pour eux. Je créerai pour eux les moyens de survivre » (ligne 11). Ces paroles insistent sur la fonction nourricière de Séthi 1er « nourrit les Deux-Terres » (ligne 2). Le roi doit garantir la sécurité du pays « Celui au bras puissant qui repousse les Neufs » (ligne 3). La décoration des monuments exprime la domination du roi sur le chaos, sur le mal et donc sur « Les Neufs » (ligne 3). Les « Neuf » correspondant aux ennemis traditionnels de l’État égyptien. Ce nom peut aussi concerner les monuments royaux « pour toujours et à jamais » (ligne 5). Le souverain demeure garant de la Maât « Stable est la justice de Rê », de la protection du territoire et de ses sujets et la propagande royale prend un nouvel essor au début de la XIXe dynastie. Le roi est censé être un roi nourricier. Il doit maintenir l’Egypte dans l’abondance « je suis attentionné et compatissant envers les voyageurs » (ligne 13-14) Séthi 1er est le garant du bien de son peuple « La totalité du pays est heureux quand le roi est actif » (ligne 23). On compare le roi à un dieu pour le fait qu’il approvisionne son peuple « Et le dieu le guidait, afin de réaliser le souhait de quelqu’un qu’il aimait » (ligne 16) C’est un procéder très courant dans les textes de l’idéologie royale égyptienne que de comparer le roi aux divinités pour souligner ses qualités. Le roi peut être comparer à Hâpy « qui nourrit les Deux-Terres » (ligne 2), ou encore « les générations viendront pour me rendre gloire pour mon énergie » (ligne 12), Séthi 1 est comparé à un ka c’est-à-dire l’énergie vitale d’un individu. Une comparaison entre le roi et le génie de la crue à Hâpy. On voit bien la crainte de la disette est présente, et c’est un thème joue parfois l’idéologie royale ou montrer les bonnes capacités de gestion du roi. Séthi 1er doit assumer l’approvisionnement et le bienêtre du peuple. On peut dire que Séthi 1er agit comme un père de famille. 2. Fonctions exécutives. Ensuite, Séthi 1er peut être considéré comme l’un des pharaons les plus actifs en matière de travaux de construction et de restauration. A travers le texte, on peut remarquer que Séthi 1er ordonne des grands travaux. Il commandite les expéditions pour exploiter les ressources : « son cœur désirait voir les mines d’où était extrait l’or » (ligne 6-7), « Les carriers reçurent l’ordre de creuser un puit dans les montagnes » (ligne 17) C’est une mise en application de la parole et des ordres royaux fait l’objet de développement d’un type de texte particuliers à partir du Moyen Empire qu’on appelle KÖNIGSSNOVELLE « La narration royale ». C’est type de texte issue de la monarchie qui montre la parole royale depuis son émission jusqu’à sa mise en acte, son exécution. C’est une glorification du verbe royale qui montre le succès de la parole du roi jusqu’à sa réalisation. C’est une forme littéraire qui relatent un épisode de la vie du roi, le plaçant dans la position du protagoniste et auquel les divinités apportent éventuellement leur soutien, grâce à leur force magique baou. On peut dire Séthi 1er tient un pouvoir exécutif qui fait de lui un grand bâtisseur. La plupart de ces travaux peuvent être qualifiés de travaux pacifiques dont les bénéficiaires sont les divinités. 3. Des éléments canoniques pour une triade. Enfin, des éléments canoniques pour une triade divine. Les dieux seront les premiers servis avec de monumentales offrandes. On voit bien que Séthi 1er commandite des chantiers de restauration intensifs : « Je construirai à cet endroit, qui portera le nom de mes pères les dieux » (ligne 25-26). On peut dire que même dans ses propres programmes, il se concentre dans les grands sanctuaires d'empire où sont honorés Rê, Osiris, Ptah et Amon : Ces commandes sont liées à la réouverture des mines et des carrières et à leur exploitation intensive. Séthi 1er met en place un système pérenne de l’exploitation de l’or et de l’électrum au Ouadi Kanaïs à partir de l’an 9. Ce ouadi constitue un réel enjeu économique à l’époque de Séthi. C’est à cet endroit qu’il fait construire un temple rupestre dédié aux principales divinités du panthéon ramesside, vénérées avec le roi dans les sept chapelles du temple d’Abydos : Amon de Thèbes, Rê d’Héliopolis, Ptah-Osiris de Memphis, mais aussi la triade abydénienne, Osiris, Isis et Horus. Ceci conduit la volonté d’exprimer le caractère exceptionnel de ce roi dans la phraséologie royale. Il y est décrit comme le premier véritable souverain instigateur d’une politique de construction et de restauration sur l’ensemble du territoire égyptien. La réorganisation de l’État et la concentration de l’activité de construction monumentale dans les principales métropoles historiques, afin de satisfaire les principales divinités. Ces satisfactions aux divinités permettent au roi d’ « accomplir une bonne chose» (ligne 24) « fonder une ville, avec un sanctuaire en son sein » (ligne 25). On voit bien les divinités servent le souverain et se faire construire un temple est une obligation. Le roi doit assurer le culte mais aussi construire des lieux de culte. Enfin, construire un temple destiné à rendre un culte à la fois à un dieu et à un roi. Il est considéré dans le cadre de ces temples comme divinisé.
  2. Corpus d’un commentaire

    Bonsoir, j’ai un commentaire en histoire sur un thème celui de la mondialisation culturelle sur un sujet d’etuDe celui des JO de 1936 et 1980 (4 affiches voir ci-dessous) et j’aimerai que vous regarder mon introduction + des commentaire sur ainsi si que proposer moi deux parties si vous trouvez a partir des fiches parce que j’ai qu’une partie merci s’il vous plaît voici mon introduction Accroche : « Compte tenu de ce que représente le sport, un succès sportif peut servir une nation autant qu'une victoire militaire » selon Gerald Ford en 1974. Présentation : Le corpus est composé de quatre affiches de propagande dont le thème commun est la mondialisation culturelle. Les documents ont été réaliser dans un contexte de guerre froide et de boycotte. Ils s’inscrivent dans l’objet d’étude celui des Jeux olympique. la mondialisation culturelle. Le premier document, s'agit d'une publicité des jeux olympiques de Berlin de 1936. Il est contredit par l’affiche des « Jeux olympiques du Peuple » organisés à Barcelone du 19 au 26 juillet 1936. Ensuite, il est complété par l’affiche officielle des Jeux de Moscou de 1980 par Vladimir Arsentyev, enfin, la dernière affiche du corpus appelle à boycotter les Jeux Olympique de 1980. On ne connait pas leurs auteurs exacts, néanmoins on connait un. Vladimir Arsentyev Contexte : Le sport a toujours été un enjeu entre les relations internationales. Les Jeux olympiques auraient été créés pour mettre fin aux conflits qui ravageaient le Péloponnèse. Le septième jour avant l'ouverture et après la clôture, les hostilités étaient suspendues pendant une Trêve qui fut rarement violée. Héros populaires, les champions contribuaient à la gloire de leur cité. À partir de la fin du XIXe, les sports modernes, qui ont connu plusieurs mondialisations, sont progressivement devenus un élément de soft power des États et se sont retrouvés au cœur d'importants enjeux financiers et géopolitiques. Le sport, pourtant, est traditionnellement défini comme un ensemble d’amusements. Il va progressivement désigner des pratiques de plus en plus codifiées, donnant lieu à des compétitions institutionnalisées. Depuis l'Antiquité, le sport est considéré comme une ode au corps humain et aux capacités de l'homme mais aussi comme étant le reflet de l'image d'un pays. Il est donc parfois détourné et, à travers de grands événements, utilisé comme un moyen de propagande pour l'idéologie du pays organisateur. Ces cas sont rares, mais existent cependant. Si les rivalités nationales existèrent dès les débuts de l'organisation du mouvement sportif, elles sont renforcées après la Première Guerre mondiale par l'essor de nouvelles idéologies et del'implication des États, démocratiques et surtout totalitaires. Ces régimes totalitaires exploitent en effet le sport comme instrument de diffusion de leur idéologie, de contrôle social et d'affirmation de leur puissance. Les Jeux Olympiques de 1936 à Berlin en sont un exemple de caractéristiques de cette nationalisation du sport, qui marque la fin de sa première mondialisation. Ils s’inscrivent dans un contexte d’entre deux-guerres,ainsi que de l'émergence des totalitarismes en Europe, qui s’achever par la montée du nazisme. Elles se poursuit après la Seconde Guerre mondiale avec les succès sportifs de l'URSS, des démocraties populaires et de la Chine. Les Jeux Olympiques sont un événement sportif qui est initialement une affaire de compétition et de records à battre, mais depuis les JO de 1936 à Berlin, lorsqu’ils ont été utilisés pour la propagande de l’idéologie nazie, c’est un événement qui a rarement été politique et a souvent servi les ambitions des pays organisateurs. Les jeux Olympiques de Moscou sont un exemple très révélateur du lien entre la politique et le sport. Eneffet ils ont été le terrain d’un conflit acharné entre les Etats. C'est la première fois dans l'histoire de l'olympisme qu'un pays socialiste accède au rang de nation organisatrice. C’est également la première fois dans l’histoire des JO que survient un boycott « massif » pour des raisons politiques. Le boycott de ces jeux amène donc à se questionner sur les relations entre politique et sport. Le CIO et les Comités Olympiques nationaux se trouvent alors en situation délicate entre leur fidélité à l’idéal olympique et la prise de position des gouvernements. Ce boycott s’inscrit dans le contexte de la guerre froide, qui divise les nations en deux camps. Son efficacité a été mitigée car tous les pays n’ont pas suivi le mouvement et il n’a pas permis le retrait des troupes soviétiques d’Afghanistan, ou le respect des droits de l’homme. C’est dans ce contexte que s'inscrivent ses affiches. La première affiche, développe les idéaux nazis de puissance guerrière tout en rassurant l’opinion internationale par le rappel des racines grecques des J.O. et par l’affirmation de leur universalisme. La deuxième affiche, présente les athlètes boycottant les Jeux officiels de Berlin. Ensuite, la troisième affiche, indique ainsi que les anneaux olympiques surmontés de lignes parallèles peuventsymboliser la piste d'athlétisme. Ces lignes se terminent verticalement, en pyramide, et sont coiffés d'une étoile, pour représenter le Kremlin. Enfin, elle est mise en avant par l’affiche de la comité français pour le boycott international des Jeux olympique. Problématique : Nous essayerons donc de comprendre comment Les jo ont ils été un instrument géopolitique ainsi qu’un marqueur de la mondialisation depuis les année 30 ? plan : I - Les Jo, un réel enjeu dans l’esprit relation internationale. 1 - Les jeux olympiques et le totalitarisme (doc 1 et 2) 2 - la guerre froide et l’instrumentalion idéologique des Jo (doc 3 et 4) (il me manque deux parties dont je suis bloqué !!!) merci beaucoup
  3. Résumé d’un livre

    Bonjour je suis à la recherche d’Un résumé du livre qui s´intitule Journal de la vie de Jacques Louis menetra que je trouve nul part s’il vous plaît si vous trouvez dites-moi merci d’Avance
  4. Introduction d'un commentaire en Histoire.

    Bonjour, J'ai une introduction d'un commentaire en Histoire. J'aimerais que vous me corriger s'il vous plaît, et éventuellement me dire ce qui va et ce qui ne va pas. Merci d'avance. Voici (Sans le plan qui sont en cours d'élaboration + la photo de mon texte est en joint) : Accroche : A partir du Xème siècle, ils se mettent en place des califats concurrents aux califes Abbassides. On a appelé le Xème siècle de ce qu’on appelle le siècle Chiite. Les Chiites n’ont jamais dominé le monde arabo-musulman à un tel point, ce sont plutôt les Sunnites qui ont gouverné fortement le monde. La bataille de Siffin en 657 provoque la division entre Chiites et Sunnites avec Ali et Mu’awiya. Les Chiites cherchent toujours un imam, Ali étant le premier guide. Présentez le document : Le document met en étude est un extrait tiré de l’ouvrage qui s’intitule Akhbâ mulûk Banî ‘Ubayd wa sîratuhum (Histoire et biographie des rois ‘ubaydites) écrit par Ibn Hammâd. L’auteur et le destinataire : Abû Abd allah muhammad b. Ali b. Hammâd est celebre sous le nom d'ibn hammâd (m. 628 1231). C’est un poète, jurisconsulte et historien sunnite malikite de l'école maghrébine précédant l'époque d'ibn haldûn. Il est l’auteur de la chronique Akhbâ mulûk Banî ‘Ubayd wa sîratuhum. Elle comprend essentiellement deux parties : l'histoire des fatimides au Maghreb et en Orient. L’Histoire et biographie des rois ‘ubaydites a été traduite par Charbonneau (m) et Vonderheyden (m). Vonderyenden acheva la traduction du texte à Alger en 1927. Cette chronique rapporte l'histoire des 14 califes fatimides qui régnèrent au Maghreb et en Orient depuis la fondation de la dynastie fatimide par Ubayd Allah al-Fatimi en Ifriqiya en 909 jusqu'à leur chute sous le règne du dernier calife Al Adid en 1171 au Caire. Contexte : Les Fatimides tirent leurs noms de Fatima, la fille du Prophète et Khadija. Les Fatimides prétendent appartenir à ces descendances de la famille du prophète. En 909, les Fatimides prennent le pouvoir au Maghreb. En 969, ils prennent l’Egypte, et ils fondent la ville du Caire. Les Fatimides appartiennent à la branche Chiite de l’islam, en particulier ils sont ismaéliens. Ils ont une religion très différente de celle des Abbassides. L’espace dominé par les Fatimides c’est le Maghreb, en particulier la région de Kairouan, l’Egypte et la Syrie Palestine. Ils contrôlent une partie de la péninsule arabique, en particulier le Hijaz. Les fatimides vont conserver le pouvoir pendant deux siècles et demi. Les sources sont très riches sur l’histoire des Fatimides, en particulier on a énormément de textes écrits, et d’archives. Les documents de la Geniza est un dépotoir des papier anciens dans une Synagogue, en particulier la Synagogue au Caire Ben Ezra. On a beaucoup de documents d’archive de la communauté juive du Caire pour la période Fatimide. Ces sources permettent à l’historien de retracer de façon, très précise l’histoire économique de la période fatimide. Les Fatimides étaient des grands constructeurs, en particulier des monuments, des mosquées, des palais. On a des textes d’historiens, des textes doctrinaires. Le mouvement fatimide apparait à la fin du IXème siècle. Elle correspond à l’apparition d’un personnage étrange, il s’appelle Ubayd Allah al-Fatimi est le premier chef du mouvement fatimide. Suite à cet évènement, les Abbassides vont attaquer Ubayd Allah al-Fatimi d’un point de vue doctrinal et militaire. En 899, on a la session de la communauté ismaélienne. Celui-ci, Ubayd Allah al-Fatimi s’en fuit de Salamiya pour se réfugier en Afrique du Nord. Il quitte la Syrie en utilisant le réseau des missionnaires envoyer par les ismaéliens de Salamiya depuis longtemps. En particulier, il utilise un réseau d’un missionnaire à partir d’un personnage qui s’appelle Abu ‘Abd Allah. Les Chiites n’est pas un mouvement périphérique, l’Ifriqiya se détache de l’administration Bagdadienne, l’islamisation des berbères se faisait un peu en dehors de l’orthodoxie centrale. Ils avaient soutenu les mouvements Kharidjites et supportant mal la fiscalité qu’impose l’état Abbasside. On a des Chiites présents en Syrie et en Irak avec la présence du propagandiste Chiite d’origine Yéménite Abû Abd Allah. Il aurait rencontré les Khutamas, c’est une grande tribu berbère. Ils sont mécontents de la dynastie des Aghlabides. Abû Abd Allah, le propagandiste passe l’Ifriqiya et va progressivement chasser les Aghlabides. En 904, il prendre la ville de Raqqada. Ubayd Allah arrive en Ifriqiya et se met capturer. Le propagandiste vient délivrer son ami. Les fatimides se forment donc en 909 en Ifriqiya. Analyse brève du texte : On distingue deux périodes essentielles dans l'histoire fatimide : la période maghrébine et la période égyptienne. C’est dans ce contexte que s’inscrit notre texte, mais on va se concentre sur la période maghrébine. Le propagandiste Abû Abd Allah s’empare de la ville de Ifriqiya par la force. Il oblige le dernier gouverneur aghlabides représentant des Abbassides Ziyâdit-Allâh à s’enfuir. Il quitte la ville de Raqqada en direction de l’Orient. Abû Abd Allah a eu un rôle essentiel dans l’expansion du mouvement dans les pays du Maghreb. Il va proclamer Ubayd Allah al-Fatimi comme étant le nouvel Imam caché. Il va prendre le titre de Mahdî. En attendant la fin de la construction de la ville de Mahdiya, le Mahdî gouverne à partir de la ville de Raqqada. Problématique : Comment les fatimides reflètent cette nouvelle recomposition politique du monde musulman pour contester l'autorité du calife de Bagdad ?
  5. Correction de mon texte au passé composé

    Bonsoir, j’ai commencé par faire mon texte au passé alors qu’il fallait le faire au passé composé donc voici les dernières modifications est ce que vous pouvez me corriger s’il vous plaît merciiiiiii et bonne soirée. Voici mon texte : A fines de diciembre, he comenzado mis revisiones para los juegos que tuvieron lugar en enero. He podido descansar unos días después de mi primer parcial porque no me sentía bien estos días. he podido descansar porque no me tenía que levantar temprano y comía bien porque antes no era así debido a mis revisiones. Por otro lado, pasé mucho tiempo hablando con mi novia porque la extraño mucho debido a mis revisiones, no he podido hablar mucho con ella. He celebrado el cumpleaños de mi padre pocos días después de mi cumpleaños, he le comprado un pastel de cumpleaños escrito en "Feliz cumpleaños", he le ofrecido un reloj y un perfume para él y mi madre. también porque no puedo dar un regalo a uno de mis padres sin darle nada al otro.Estaban muy contentos tomando fotos con la familia. Durante las vacaciones después de mis fiestas, he dormido mucho, pero también he visto la televisión especialmente películas en "Netflix", especialmente con mi madre, a veces nos quedamos mucho tiempo a veces no porque todos trabajen y necesitan para descansar Lo que fue más sorprendente durante sus vacaciones, he aprendido de que mi hermano mayor había pedido la mano de una niña, estaba muy feliz y conmocionada al mismo tiempo porque es extraño para mí. He visto el documental de Mr TALLET, mi profesor de historia antigua en la Sorbona en las pirámides de France 5. he tenido mucho de sus descubrimientos, y me brindó mucho conocimiento sobre lo que vimos durante el primer semestre. he salido con mi hermano mayor a comprar una computadora nueva. hemos celebrado despertándolo juntos como una familia. Durante los últimos días de mis vacaciones, he preparado mis cosas para estar listo el día de la recuperación. En 2018, he decidido llegar más organizarme mejor en mis cursos porque estaba perdido a principios de año. he decidido mejorar mis calificaciones en el primer semestre.
  6. Introduction d'une dissertation en histoire niveau universitaire

    Bonsoir, J'ai fait les changements nécessaire voici et dites moi mais pour la problématique par rapport à la remarque de mon professeur je n'arrive pas et est ce que ça répond à sa remarque finale ? Sujet de mon introduction : la population française et le peuplement du territoire au XVIIIeme siècle. Voici ma problématique : Comment explique t on cet accroissement démographique entre 1715 et 1790. Je n'arrive pas à faire plus que ça j'ai recommencé à plusieurs reprises merci de vos remarques ! Merci,
  7. Introduction d'une dissertation en histoire niveau universitaire

    Bonsoir, J'ai fait les modification nécessaire en prenant en compte de ce que vous avez dit ainsi que mon professeur. Voici ce que vous avez dit : - un paragraphe qui définit le sujet et ses termes, et qui en fixe le cadre spatio-temporel ": il y a là un problème, tu as plus d'un paragraphe. Par ailleurs, l'introduction pose le problème sans commencer à le traiter. Ce problème (ou sujet sur lequel on s'interroge) est à énoncer clairement dans le paragraphe "problématique" qui est vide. Par ailleurs, il y a beaucoup de fautes de français... Et enfin, pourquoi n'as-tu pas posté en Histoire ? Voici ce qu'il a dit mon professeur avec la correction mais j'arrive pas toujours à mettre la problématique je sais pas : Introduction d'une dissertation.doc Et voici les les modifications de ma part : L'étude de la démographie de la France d'Ancien Régime est relativement jeune. Si dès le XVIIe ou XVIIIe siècle des esprits comme Vauban, Saugrain ou l'abbé d'Expilly portent de l'intérêt aux problèmes de la population, il faut attendre la seconde moitié du XXe siècle pour voir la démographie historique s'épanouir. A la suite de l’Ecole des Annales, il y a eu beaucoup d’étude démographique qui se sont appuyées sur un type de documents particuliers, à savoir les registres paroissiaux. En effet l’Etat ne s’occupe pas de l’état civil et ce sont les curés qui sont chargés de tenir des registres paroissiaux. Ils nous ont permettent de mieux comprendre l’évolution de la population française. La population désigne un ensemble d’individus occupant une aire géographique commune, le territoire, dans notre cas le Royaume de France. Le mot territoire en géographie suppose une appropriation de l’espace par les habitants, ici le dénominateur commun des habitants c’est la France. Ces deux termes « population » et « territoire » vont introduire un « peuplement » du territoire français c’est-à-dire l’action de peupler, de constituer ou d'accroître la population d'un territoire. Au XVIIIème siècle, la population française s’accroît, certes moins que celle des pays voisins, mais rien ne vient briser cette croissance. Cet accroissement qui franchit les 22 millions d’habitants, seuil jusqu’alors indépassable. Dans une Europe qui double sa population, la part relative de la France diminue, même si le royaume reste en 1789 le pays le plus peuplé du continent. Dans les frontières actuelles, les historiens-démographes estiment qu’elle est passée de 22 millions vers 1700 à quelque 28 millions vers 1790, on a une augmentation 1/5ème de la population. Paradoxalement au XVIIIème siècle, les contemporains sont terrifiés par la « dépopulation », on retrouve ce terme chez les penseurs des lumières. Le fait de penser que le royaume perd des habitants chaque année parce qu’ils considèrent que la démographie reflète la gouvernance du royaume. Or, La monarchie fait face à des graves dysfonctionnements, en conséquence ils en déduisent une baisse de la population française. Après les dures années 1694 – 1710, la croissance commence avec la vigoureuse récupération des années 1710 – 1740. Elle survient dans un contexte économique peu favorable, mais se caractérise par un niveau soutenu de nuptialité, une forte fécondité et une bonne résistance à la mortalité chez eux qui ont survécu aux épreuves de la fin du règne de Louis XIV. Le XVIIIème siècle, c’est le siècle des Lumières, la France n’est pas touchée par les grandes épidémies depuis la grande peste de 1380. Tout cet ensemble d’éléments n’empêche pas des situations. Cependant, les situations régionales peuvent être moins bonnes comme en Provence après 1720 ou dans l’Ouest. Jamais la France ne fut si peuplée, d’habitants en très grande majorité ruraux 80 à 85 %, même si la part de la population urbaine grossit. Une telle augmentation, fait entrer le royaume dans un régime de transition démographique, est dû essentiellement au recul de la mortalité et non à une natalité accrue ou seulement stable. Le recul de la mort n’est pas uniquement dû à l’atténuation des crises démographiques, même si la peste ne revient plus c’est pour des personnes. Après le désastre marseillais et toulonnais de 1720. Au XVIIIème, les historiens ont eu recours à des enquêtes démographique qui se multiplient. Elles ont été initiées par les contrôleurs généraux des finances. Le problème c’est que les résultats sont parfois difficiles à analyser car elles répondent à des objective administrative et rarement à l’échelle du royaume mais à l’échelle des provinces. A travers ces enquêtes et cette évolution démographique, nous essayons de montrer l’accroissement de la population française sur l’ensemble du territoire entre 1715 et 1789, en commençant par un royaume plus peuplé que tous les autres, puis nous allons s’intéressés à la vie familiale sous l'Ancien Régime avant de se pencher sur la mort dans l'Ancien Régime. Merci beaucoup de votre aide
  8. Introduction d'une dissertation en histoire niveau universitaire

    oui j'ai publie en histoire mais je sais pas comment faire pour corriger merci vous pourriez corrigiez mon texte ? s'il vous plait
  9. Compréhension écrite

    Bonjour, j'ai un texte avec des questions à repondre mais j'ai des difficulté en anglais j'ai même traduit le texte, pourriez vous m'aider s'il vous plait merci beaucoup et voici ce que j'ai fait: Pick out the name of the character present in the passage : BIG BROTHER ou Winston j’hésite. Pick out the words meaning A travers : through Dehors : Outside En face : opposite Where is the main character ? In an apartment with glass doors. Merci de m'aider pour la partie 1 Outside, even through the shut window-pane, the world looked cold. Down in the street little eddies of wind were whirling dust and torn paper into spirals, and though the sun was shining and the sky a harsh blue, there seemed to be no colour in anything, except the posters that were plastered everywhere. The blackmoustachio'd face gazed down from every commanding corner. There was one on the house-front immediately opposite. BIG BROTHER IS WATCHING YOU, the caption said, while the dark eyes looked deep into Winston's own. Down at streetlevel another poster, torn at one corner, flapped fitfully in the wind, alternately covering and uncovering the single word INGSOC. In the far distance a helicopter skimmed down between the roofs, hovered for an instant like a bluebottle, and darted away again with a curving flight. It was the police patrol, snooping into people's windows. The patrols did not matter, however. Only the Thought Police mattered. traduction : Dehors, même à travers la vitre fermée, le monde avait l'air froid. Dans la rue, de petits tourbillons de vent faisaient tourbillonner la poussière et le papier déchiré en spirales, et bien que le soleil brille et que le ciel soit d'un bleu dur, il ne semblait y avoir aucune couleur, sauf les affiches partout plâtrées. Le visage blackmoustachio'd a regardé de chaque coin commandant. Il y en avait un sur le devant de la maison, juste en face. Le grand frère vous regarde, dit la légende, tandis que les yeux sombres regardaient profondément ceux de Winston. En bas, au niveau de la rue, une autre affiche, déchirée à un coin de la rue, battait avec force dans le vent, recouvrant et découvrant alternativement le seul mot INGSOC. Au loin, un hélicoptère parcourut les toits, plana un instant comme une bouteille bleue, et s'élança de nouveau avec un vol incurvé. C'était la patrouille de police, qui fouinait dans les fenêtres des gens. Cependant, les patrouilles n'avaient pas d'importance. Seule la police de la pensée comptait.
  10. Introduction d'une dissertation

    Bonjour, J'ai une introduction d'une dissertation à mercredi sur Sur la population française au XVIIIème siècle, et j'aimerais que vous me disiez ce qui va et ce qui va pas surtout sur le contexte et la forme générale ainsi que vous me corrigiez s'il vous plaît à partir du plan ci-dessous L’introduction doit être composée de : - une ou plusieurs phrases d’entrée en matière, mais cela doit rester court, - un paragraphe qui définit le sujet et ses termes, et qui en fixe le cadre spatio-temporel, - un paragraphe qui annonce la problématique et qui découle du paragraphe précédent ; il ne doit pas être posée sans lien avec ce qui précède, mais se situer dans l’enchaînement des idées, - un paragraphe qui annonce le plan, découlant de la problématique; le plan doit être exprimé clairement pour que le correcteur puisse comprendre immédiatement la structure de l’argumentation, et aussi repérer les parties dans votre développement ; le titre des parties dans le développement doit absolument correspondre à ce qui est annoncé dans votre plan. Voici ce que j'ai fait en suivant le plan : - une ou plusieurs phrases d’entrée en matière, mais cela doit rester court : les changements qui affectent l’économie et la société, les hommes des Lumières portent des jugements très variés. Quelques grandes querelles font apparaitre, là encore, de profondes divergences au moment où la France est saisie par la croissance démographique et économique. - un paragraphe qui définit le sujet et ses termes, et qui en fixe le cadre spatio-temporel : A la suite de l’Ecole des Annales, il y a eu beaucoup d’étude démographique qui se sont appuies sur un type de documents particulier, à savoir les registres paroissiaux c’est-à-dire l’Etat ne s’occupe pas de l’état civil et c’est les currys qui sont chargés de tenir des registres paroissiaux, ils nous ont permet de mieux comprendre l’évolution de la population française. Une « population » est un sous-ensemble d'une espèce dont les individus occupent une aire géographique commune et se reproduisent effectivement entre eux sur un même territoire. Un « territoire » est une étendue de terre, plus ou moins nettement délimitée, qui présente généralement une certaine unité, un caractère particulier. Ces deux termes « population » et « territoire » vont introduire le un « peuplement » du territoire français c’est-à-dire l’action de peupler, de constituer ou d'accroître la population d'un territoire. Au XVIIIème, les historiens ont eu recours à des enquêtes démographique qui se multiplient. Elles ont été initiées par les contrôleurs généraux des finances. Le problème c’est que les résultats sont parfois difficiles à analyser car elles répondent à des objective administrative et rarement à l’échelle du royaume mais à l’échelle des provinces. Au XVIIIème siècle, La population française s’accroit, certes moins que celle des pays voisins, mais rien ne vient briser cette croissance, qui franchit les 22 millions d’habitants, seuil jusqu’alors indépassable. Dans une Europe qui double sa population, la part relative de la France diminue, même si le royaume reste en 1789 le pays le plus peuplé du continent. Dans les frontières actuelles, les historiens-démographes estiment qu’elle est passée de 22 millions vers 1700 à quelque 28 millions vers 1790, on a une augmentation 1/5ème de la population. Paradoxalement au XVIIIème siècle, les contemporains sont terrifiés par la « dépopulation », ça se retrouve chez les penseurs des lumières c’est-à-dire ils croient que le royaume perd des habitants chaque année parce qu’ils considèrent que la démographie reflète la gouvernance du royaume. Or, La monarchie fait face à des graves disfonctionnements, en conséquence ils en déduisent une baisse de la population française. Après les dures années 1694 – 1710, la croissance commence avec la vigoureuse récupération des années 1710 – 1740. Elle survient dans un contexte économique peu favorable, mais se caractérise par un niveau soutenu de nuptialité, une forte fécondité et une bonne résistance à la mortalité chez eux qui ont survécu aux épreuves de la fin du règne de Louis XIV. Le XVIIIème siècle c’est le siècle des lumières, la France épargnée des grandes épidémies depuis la grande peste de 1380. Tout cet ensemble d’éléments n’empêche pas des situations des situations régionales moins bonnes en Provence après 1720 ou dans l’Ouest. Jamais la France ne fut si peuplée, d’habitants en très grande majorité ruraux 80 à 85 %, même si la part de la population urbaine grossit. Une telle augmentation, qui introduit e royaume dans un régime de transition démographique, est due essentiellement au recul de la mortalité et non à une natalité accrue ou seulement stable. Le recul de la mort n’est pas uniquement dû à l’atténuation des crises démographique, même si la peste ne revient plus après le désastre marseillais et toulonnais de 1720. Les médecins ont une vision simple de pour faire la chasse aux épidémies, les ports de la méditerranée ont mis en place un système de suivi des bateaux qui délivrent des saufs conduits pour les navires. Par ailleurs, les navires présentant des risques sanitaires doivent être mis en quarantaine. Grâce à ce système Marseille n’a plus connu d’épidémie depuis 65 ans, par conséquent la vigilance se relâche est accentuée par la corruption des médecins de santé. De plus, la ville de Marseille est le plus grand port de France sur la méditerranée et le seul autorisé par le roi à faire commerce avec l’orient. La ville est surpeuplée et les conditions d’hygiène déplorable. - un paragraphe qui annonce la problématique et qui découle du paragraphe précédent ; il ne doit pas être posée sans lien avec ce qui précède, mais se situer dans l’enchaînement des idées, - un paragraphe qui annonce le plan, découlant de la problématique; le plan doit être exprimé clairement pour que le correcteur puisse comprendre immédiatement la structure de l’argumentation, et aussi repérer les parties dans votre développement ; le titre des parties dans le développement doit absolument correspondre à ce qui est annoncé dans votre plan : A travers ces enquêtes et cette évolution démographique, nous essayons d’expliquer l’accroissement de la population française sur l’ensemble du territoire entre 1715 et 1789, tout en commençant sur le dynamisme démographique de la France, ensuite la répartition de la population sur l’ensemble du territoire français avant de se lancer sur les modifications à l’échelle géographique et sociale. Merci beaucoup et merci d'avance.
  11. Bonjour, J'ai une introduction d'une dissertation à mercredi sur Sur la population française au XVIIIème siècle, et j'aimerais que vous me disiez ce qui va et ce qui va pas surtout sur le contexte et la forme générale ainsi que vous me corrigiez s'il vous plaît à partir du plan ci-dessous L’introduction doit être composée de : - une ou plusieurs phrases d’entrée en matière, mais cela doit rester court, - un paragraphe qui définit le sujet et ses termes, et qui en fixe le cadre spatio-temporel, - un paragraphe qui annonce la problématique et qui découle du paragraphe précédent ; il ne doit pas être posée sans lien avec ce qui précède, mais se situer dans l’enchaînement des idées, - un paragraphe qui annonce le plan, découlant de la problématique; le plan doit être exprimé clairement pour que le correcteur puisse comprendre immédiatement la structure de l’argumentation, et aussi repérer les parties dans votre développement ; le titre des parties dans le développement doit absolument correspondre à ce qui est annoncé dans votre plan. Voici ce que j'ai fait en suivant le plan : - une ou plusieurs phrases d’entrée en matière, mais cela doit rester court : les changements qui affectent l’économie et la société, les hommes des Lumières portent des jugements très variés. Quelques grandes querelles font apparaitre, là encore, de profondes divergences au moment où la France est saisie par la croissance démographique et économique. - un paragraphe qui définit le sujet et ses termes, et qui en fixe le cadre spatio-temporel : A la suite de l’Ecole des Annales, il y a eu beaucoup d’étude démographique qui se sont appuies sur un type de documents particulier, à savoir les registres paroissiaux c’est-à-dire l’Etat ne s’occupe pas de l’état civil et c’est les currys qui sont chargés de tenir des registres paroissiaux, ils nous ont permet de mieux comprendre l’évolution de la population française. Une « population » est un sous-ensemble d'une espèce dont les individus occupent une aire géographique commune et se reproduisent effectivement entre eux sur un même territoire. Un « territoire » est une étendue de terre, plus ou moins nettement délimitée, qui présente généralement une certaine unité, un caractère particulier. Ces deux termes « population » et « territoire » vont introduire le un « peuplement » du territoire français c’est-à-dire l’action de peupler, de constituer ou d'accroître la population d'un territoire. Au XVIIIème, les historiens ont eu recours à des enquêtes démographique qui se multiplient. Elles ont été initiées par les contrôleurs généraux des finances. Le problème c’est que les résultats sont parfois difficiles à analyser car elles répondent à des objective administrative et rarement à l’échelle du royaume mais à l’échelle des provinces. Au XVIIIème siècle, La population française s’accroit, certes moins que celle des pays voisins, mais rien ne vient briser cette croissance, qui franchit les 22 millions d’habitants, seuil jusqu’alors indépassable. Dans une Europe qui double sa population, la part relative de la France diminue, même si le royaume reste en 1789 le pays le plus peuplé du continent. Dans les frontières actuelles, les historiens-démographes estiment qu’elle est passée de 22 millions vers 1700 à quelque 28 millions vers 1790, on a une augmentation 1/5ème de la population. Paradoxalement au XVIIIème siècle, les contemporains sont terrifiés par la « dépopulation », ça se retrouve chez les penseurs des lumières c’est-à-dire ils croient que le royaume perd des habitants chaque année parce qu’ils considèrent que la démographie reflète la gouvernance du royaume. Or, La monarchie fait face à des graves disfonctionnements, en conséquence ils en déduisent une baisse de la population française. Après les dures années 1694 – 1710, la croissance commence avec la vigoureuse récupération des années 1710 – 1740. Elle survient dans un contexte économique peu favorable, mais se caractérise par un niveau soutenu de nuptialité, une forte fécondité et une bonne résistance à la mortalité chez eux qui ont survécu aux épreuves de la fin du règne de Louis XIV. Le XVIIIème siècle c’est le siècle des lumières, la France épargnée des grandes épidémies depuis la grande peste de 1380. Tout cet ensemble d’éléments n’empêche pas des situations des situations régionales moins bonnes en Provence après 1720 ou dans l’Ouest. Jamais la France ne fut si peuplée, d’habitants en très grande majorité ruraux 80 à 85 %, même si la part de la population urbaine grossit. Une telle augmentation, qui introduit e royaume dans un régime de transition démographique, est due essentiellement au recul de la mortalité et non à une natalité accrue ou seulement stable. Le recul de la mort n’est pas uniquement dû à l’atténuation des crises démographique, même si la peste ne revient plus après le désastre marseillais et toulonnais de 1720. Les médecins ont une vision simple de pour faire la chasse aux épidémies, les ports de la méditerranée ont mis en place un système de suivi des bateaux qui délivrent des saufs conduits pour les navires. Par ailleurs, les navires présentant des risques sanitaires doivent être mis en quarantaine. Grâce à ce système Marseille n’a plus connu d’épidémie depuis 65 ans, par conséquent la vigilance se relâche est accentuée par la corruption des médecins de santé. De plus, la ville de Marseille est le plus grand port de France sur la méditerranée et le seul autorisé par le roi à faire commerce avec l’orient. La ville est surpeuplée et les conditions d’hygiène déplorable. - un paragraphe qui annonce la problématique et qui découle du paragraphe précédent ; il ne doit pas être posée sans lien avec ce qui précède, mais se situer dans l’enchaînement des idées, - un paragraphe qui annonce le plan, découlant de la problématique; le plan doit être exprimé clairement pour que le correcteur puisse comprendre immédiatement la structure de l’argumentation, et aussi repérer les parties dans votre développement ; le titre des parties dans le développement doit absolument correspondre à ce qui est annoncé dans votre plan : A travers ces enquêtes et cette évolution démographique, nous essayons d’expliquer l’accroissement de la population française sur l’ensemble du territoire entre 1715 et 1789, tout en commençant sur le dynamisme démographique de la France, ensuite la répartition de la population sur l’ensemble du territoire français avant de se lancer sur les modifications à l’échelle géographique et sociale. Merci beaucoup et merci d'avance.
  12. Définition

    Merci beaucoup
  13. Définition

    Bonsoir merci mais je comprends pas la réponse est cévenol que c’ Ça ? Référence aux attaches rurales et régionalistes des individus.
  14. Définition

    Bonsoir s’il vous plaît pourriez vous m’aider S’il vous plaît ? Qu’est ce que le « nerf rustique » ? merci bon week-end à tous
  15. Définition

    Bonsoir s’il vous plaît pourriez vous m’ai S’il vous plaît ? Qu’est ce que le « nerf rustique » ? merci bon week-end à tous